A la une Vendredi 9 Avril : "C'est le Peuple qui décide",...

Vendredi 9 Avril : « C’est le Peuple qui décide », crient des milliers de manifestants du Hirak à Alger

-

Ce vendredi 9 avril, le Hirak a mobilisé une nouvelle fois des milliers de manifestants dans les rues de la Capitale d’Alger. Dés la fin de la prière du vendredi, des milliers de militants, activistes ou simples sympathisants du Hirak se sont regroupés au niveau des artères les plus stratégiques d’Alger. 

Des marches citoyennes ont été lancées depuis la Place du 1er Mai, Bab El-Oued, la rue Victor Hugo, Belouizdad, etc., en à peine 30 minutes, de foules nombreuses et très denses ont occupé les rues d’Alger défiant encore une fois la répression, les arrestations systématiques, les intimidations du régime algérien et de ses services de sécurité. Dans la joie, dans la communion, avec des chants et des clameurs harmonieuses, les manifestants du Hirak ont secoué Alger.

Ils ont réveillé la capitale algérienne de la torpeur habituelle dans laquelle elle est enfermée le reste de la semaine. Mais cette fois-ci, un mot d’ordre est revenu en force sur toutes les lèvres et pancartes des manifestants : « C’est le Peuple qui décide ! », « la Rue appartient au Peuple » ! Le message est on ne peut plus clair : les manifestants du Hirak veulent contraindre le régime à reconnaître leur force, leur légitimité et prendre enfin en considération leurs revendications appelant à un changement radical au plus haut sommet du pouvoir algérien.

Des chants enthousiastes, des slogans éloquents, des pancartes de génie, le Hirak a sorti l’arme du « pacifisme » et du patriotisme pour lutter contre un régime autoritaire qui ne cesse de réprimer, d’interdire, de censurer ou d’intimider la société algérienne. « Non à la continuité du régime », a-t-on pu lire sur de nombreuses pancartes. C’est justement au nom de « cette continuité » que le pouvoir algérien refuse de faire la moindre concession face au Hirak. Le bras-de-fer risque de durer encore plusieurs mois en Algérie.

 

9 COMMENTS

  1. C’est plus un  » ras de marée  » ou des millions…Semmar a vu que ses mensonges ne passaient plus…c’est toujours les mêmes sangliers ( qui picolaient pendant la prière ) et les salafistes…Comme prévu ça fait Pschiiiit…Bravo aux algériens d’avoir compris que ce Hirak là est celui des Makistes et des ratés ex fissistes…Tanpis pour Mhenni le sale bâtard bhl et pedale6…

    Cheh pour la micro secte des sangliers de Toutoune le néo harki assumé…la3kouba d’autres désillusions jusqu’à leur mort….

  2. Comme d’habitude, les cachiristes à
    2 neurones sont de sortie pour se rassurer en se répètant mais le cœur n’y est plus. Le Peuple aura le dernier mot, vous ne perdez rien pour attendre. Vous avez misé sur le mauvais canasson !

  3. A Toutoune, on est frère par beaucoup de choses, mais là je ne suis pas d’accord, oulid el kahba il faut me le laisser. J’aimerais bien en faire, comme on fait chez nous Achedhlouh ( de la viande salée).
    Je suis capable d l’occir rien qu’avec mes dents ce batard.

  4. Ne vous casser pas la tète , il est dans son rôle le Kouloughli (fils d’esclave en turque) comme son pseudo l’indique , ils ont vendu l’Algérie en 1830 ils ont perdu leurs privilèges avec l’indépendance de l’Algérie. ils ne peuvent pas comprendre ce peuple ni avoir de la sympathie avec lui, hacha limayesthelche.

  5. Et oui c’est le peuple qui décide…et le peuple ne reçoit pas des instructions ni de Tebboun, ni de islamistes du RACHAD ni des Makistes
    Le peuple, ce n’est pas la masse, les manifestants, le Hirak, ne choisira pas entre le Typhus et le Choléra
    Le peuple ce n’est pas que les manifestants du vendredi, c’est la majorité silencieuse, qui refuse de revivre les années noires
    Il y’a beaucoup de jeunes…70 % de notre population est jeune…et eux, ne connaissent pas ce que c’est passé dans les années 80 puis 90…les manifs, la montée de la contestation, la récupération par les islamises et la guerre civile qui a durée 10 ans…
    D’un coté on a des gens qui veulent que tout le monde démissionne, disparaissent et pas que le gouvernement
    Ah oui, et après? qui va diriger la transition…une coalition? qui choisi qui? qui est représentatif? surtout sans élection
    Désolé mais la majorité silencieuse refuse de jouer à la roulette russe…on s’en tape de Tebboun ou d’un autre mais on veut « la stabilité », la sécurité, et que nos enfants ne revivent pas ce que nous avions vécus dans les années 90
    Personnellement, je ne ferais jamais confiance au barbus…60 ans après l’indépendance, la femme algérienne est toujours une sous citoyenne à cause de leurs interprétation moyenâgeuse de l’islam…
    Rachad-FIS même combat…

  6. Il y’en a toujours qui croient au père Noël, en essayant de se rassurer que ce n’est pas le peuple tout entier « sauf eux les cachiristes notoires » qui manifeste !
    Certains veulent s’accrocher à leurs privilèges comme des morpions, mais le peuple LE GRAND PEUPLE ALGÉRIEN dans toutes ces composantes
    à sifflé la fin de la récré qui dure depuis 60 ans.
    Le Flytox ne sera pas de trop .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Une Anomalie algérienne : les salariés paient plus d’impôts que les entreprises, les importateurs ou les commerçants

C'est une anomalie 100 % made in Algérie. En effet, l'Algérie est l'un des rares pays au monde où...

Crise financière : l’Etat algérien prépare la fin progressive des subventions sociales à partir du deuxième semestre de 2021

Les prix soutenus du pain, de l'huile, du sucre, des carburants ou de l'électricité, c'est bientôt un souvenir en...

Révélations. L’affaire Petroceltic : comment le PDG de Sonatrach va causer à l’Algérie des pertes de plusieurs centaines millions de dollars

C'est un autre affaire qui va causer un énorme préjudice financier à l'Algérie au moment où elle traverse l'une...

La pandémie de la COVID-19 et la dévaluation du dinar provoquent de nouvelles dépenses de 2,6 milliards de dollars en Algérie

En 2021, l'Etat algérien sera obligé d'augmenter encore son budget de fonctionnement d'au moins 2,6 milliards de dollars en...

En 2021, les hydrocarbures ne rapporteront même pas l’équivalent de 15 milliards de dollars de recettes fiscales aux caisses de l’Etat algérien

L'année 2021 sera, comme l'année 2020, une année de disette financière pour l'Algérie. Et pour cause, les recettes fiscales...

En 2020, face à la crise, l’Etat algérien a sacrifié l’Education, la production nationale et l’Agriculture

En 2020, face à la crise financière qui s'est aggravée en Algérie à cause des effets désastreux de la...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you