Révélations – Le Dernier Baroud de (Dés)Honneur du Tandem Moussaoui-Zekri

7
1030

Le Bureau national du CFCM, s’est réuni le 11 Janvier 2022 pour statuer sur son devenir après avoir été publiquement désavoué par les autorités publiques françaises.

Au cours de cette réunion, les participants ont vu un Abdallah Zekri hors de lui, soucieux du départ de son ami de toujours, le Franco-marocain Mohammed Moussaoui dont la fin de mandat est prévue la semaine prochaine.

A l’issue de cette réunion, le Bureau du CFCM, qui met en œuvre les décisions ou orientations générales décidées par le conseil d’administration ou l’assemblée générale, a rédigé un communiqué dans lequel il appelle à une capitalisation de son expérience et de ses instances représentatives.

Par ailleurs, le communiqué affirme que le CFCM a décidé unanimement de continuer sa mission pour une période provisoire jusqu’à une Assemblée Générale Extraordinaire pour statuer sur des changements liés à son futur.

Si selon les statuts du CFCM, une Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) est réunie « dès lors que le tiers des membres de l’Assemblée Générale ordinaire ou les deux tiers des membres du Bureau en prennent la décision. », comment le CFCM de Mohamed Moussaoui peut-il convoquer les membres de son Assemblée Générale par lettres individuelles ou Courriels adressés, tout en respectant un délai réglementaire de quinze jours, alors que durant ce même délai, Moussaoui ne sera plus légitimement président de cette instance ?

Une surprenante manœuvre du duo Mohammed Moussaoui et de son délégué général Abdallah Zekri, qui s’activent, quoiqu’il en coûte et dans l’illégalité, à vouloir prolonger le mandat de l’actuel président sortant.

Il faut savoir que, conformément aux statuts du Conseil français du culte musulman (CFCM) et au processus électoral entériné par procès-verbal du conseil d’administration en date du 19 janvier 2020, la 1ère Présidence tournante (2020-2022) arrive à son terme le 19 janvier 2022 à minuit, pour laisser place à la deuxième présidence (2022-2024).

Revenir sur des décisions acceptées démocratiquement ne peut être l’œuvre de celui censé promouvoir une religion devant s’inscrire dans les valeurs de la République, opposées à la radicalisation et à l’extrémisme et plus généralement à toute idée ou pensée qui contesteraient, directement ou indirectement, les principes fondamentaux énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme…

Manifestement, les agissements de Moussaoui vont à l’encontre de toutes les décisions préalables et n’ont vraisemblablement pour unique dessein que d’imposer les instances régionales du CFCM aux pouvoirs publics dans le projet du Forum de l’Islam de France (FORIF)…

Sauf que dans le nouveau paysage cultuel musulman qui se dessine en France, nous sommes tentés de nous demander de quelle véritable légitimité peut se prévaloir le duo Moussaoui-Zekri, après tous ses échecs, mais également après le tonitruant désaveu du gouvernement français et des urnes ? Troublant !

Le 8 Décembre 2021, Le Ministre de l’Intérieur Français, Gérald Darmanin recevait officiellement le nouveau Président du Conseil National des Imams de France qu’il a félicité et les membres de Fédérations Musulmanes regroupés au sein de la Coordination, qui s’étaient éloignées du CFCM. L’entrevue a tourné autour de la situation de l’organisation du culte musulman en France et de la tenue du Forum de l’Islam de France, qui devrait, selon de nombreux observateurs, sonner la mort du CFCM !

Pourtant, Abdallah Zekri, proche de l’ambassadeur d’Algérie en France Antar Daoud, et auquel nous avons consacré une enquête édifiante, semble soutenir la voie du maintien de son ami Moussaoui, dont l’inclinaison pour la Monarchie marocaine et ses services de renseignements n’est plus à démontrer… Et pourtant, Abdallah Zekri possède un siège au Bureau exécutif du CFCM rattaché à …La Grande Mosquée de Paris… Notre Diplomate le sait et laisse faire ! Etrange non ?

Antar Daoud ne sait-il pas que son ami Zekri, nommé en qualité de représentant de la Grande Mosquée de Paris, a de tout temps servi avec zèle et loyauté le régime marocain ?

D’abord en 2003, lorsqu’il était l’agent d’influence de Mohamed Béchari, premier représentant du Maroc dans les affaires du culte en France, puis de son remplaçant Abdallah Boussouf, qu’il a servi avec autant de docilité et de soumission, avant de réitérer son comportement avec Anouar Kbibech et Mohammed Moussaoui, tous deux chargés de renforcer la mainmise de l’islam par le Royaume marocain.

Devant ce qui peut s’apparenter à une grossière tentative de coup d’Etat, les fédérations musulmanes membres du Conseil français du culte musulman (CFCM) qui s’étaient retirés du Conseil, en contestation à la gestion de Mohamed Moussaoui, ont promptement réagis et ont invité l’ensemble des fédérations à une réunion le 13 Janvier 2022.

Selon nos sources, les représentants turcs et autres fédérations musulmanes appellent au respect de la légalité et de la présidence tournante du CFCM, qui devrait voir la consécration de Chems-Eddine Hafiz de la Grande Mosquée de Paris en 2022 et Ibrahim Alci de la fédération CCMTF en 2024.

Cette rencontre a également permis de réaffirmer que le président du CFCM élu, qui prendra ses fonctions à partir du 20 janvier 2022, est celui qui assumera la plénitude de ses prérogatives au sein de ce Conseil dont le Bureau exécutif se réunira le même jour.

A suivre…

7 COMMENTS

  1. Voila que les Nord Africains veulent politiser la religion en France qui est pourtant un etat tres seculaire, peut etre le plus seculaire sur la terre. Un manque de respect flagrant de s’integrer dans la societe francaise sans faire du tintamare. On a vu ce que la religion politise en Algerie afait des Algeriens: leurs cervelles a ete remplace apres avoir ete programmee a repeter du non sense a longeur de journee tout en ne produisant rien.
    Entre temps, Les Chinois arrives recemment en masse en France (aller voir du cote du 13 iemme a Paris) , passent inapercus!
    Quand on immigre dans un pays on pratique sa religion en douceur et respecte les lois du pays..

  2. bien dit Balou.

    D’après une information du Point, un membre des renseignements marocains résidant en France serait soupçonné d’avoir été «l’agent traitant» du président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui. Ce dernier nie toute ingérence.

    Selon une information révélée par Le Point le 1er décembre, un agent secret marocain serait soupçonné d’avoir cherché à influencer l’islam de France à travers son rôle présumé d’«agent traitant» du président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui.

    Un «agent traitant» du président du Conseil français du culte musulman ? Plus qu’un simple agent, l’homme serait en réalité un rouage essentiel de la Direction générale des études et de la documentation (DGED), l’équivalent marocain de la DGSE française. Sa mission serait de renforcer le contrôle du royaume chérifien sur la pratique de l’islam en Europe. D’après Le Point, Mohamed B. serait soupçonné d’avoir été, des années durant, «l’agent traitant» du président du Conseil français du culte musulman (CFCM), le Franco-Marocain Mohammed Moussaoui. L’homme serait ainsi une pièce maitresse d’un dispositif marocain visant à asseoir l’influence du Maroc sur de nombreuses mosquées françaises et contrer ainsi les intérêts du rival algérien.

    le Point : Voici comment le Maroc a infiltré le Conseil religieux français grâce à un espion privé
    Selon Le Point, l’espion travaille avec un réseau marocain qui vise à consolider l’influence du Maroc dans de nombreuses mosquées françaises Il y a quelques semaines, les médias néerlandais révélaient le même stratagème que le Makhzen avait mis en place pour espionner les musulmans fréquentant les mosquées sur le sol néerlandais, y compris les Marocains.

    La France reprend la main sur le culte musulman
    Il est fort possible que la fin du système des imams détachés ait rendus nerveux les deux grands pays du Maghreb (Algérie et Maroc). En les poussant à accentuer leur emprise et à renforcer leur dispositif, cette compétition a peut-être poussé Rabat à franchir certaines limites. Ce qu’on appelle une violation de souverain

    N’oublions pas que l’affaire d’espionnage Pegasus n’est pas loin. Le président Macron et l’ancien Premier ministre Edouard Philippe auraient vu leurs téléphones sous écoute grâce à une application.

    il est attendu avec un bon the ……………………..;

  3. du balai! dégagez batard! en politisant lislam vousnous avez sali tout ça pour que le maroc mette la main sur les musulmans de france et les retournent contre la france
    la politique du chantage! alors ils ont mis un espion aux ordres du roi avec un complice pour les basses œuvres !
    mais voilà que leur PEGASUS a fait défaut ! et pan sur ces faces de rats!
    ils n’existent plus
    tant mieux les musulmans de france n’ont pas besoin de ces chaperons aux ordres d’un roi aux mœurs degradantes

  4. Tous ces mange-merde ont fait commerce de la religion. Ce Zekri de nationalité Française marié à une vraie Française et musulman comme moi je le suis. C’est un gougnafier qui a son rond de serviette chez Nezzar le criminel.
    Le jour où la religion sortira de la politique et du tout Haram qui arrange la junte, ce jour là la religion gagnera beaucoup d’adeptes. Ces gens là attisent la haine et c’est juste normal le retour de bâton.
    La religion relève de intime, et tout ce qui sort de l’intime comme les quamis et hidjab et compagnie ne sont que de la provocation, car il n’est écrit nulle part que cela relévede la religion.