A la une Révélations. L'affaire Petroceltic : comment le PDG de Sonatrach...

Révélations. L’affaire Petroceltic : comment le PDG de Sonatrach va causer à l’Algérie des pertes de plusieurs centaines millions de dollars

-

C’est un autre affaire qui va causer un énorme préjudice financier à l’Algérie au moment où elle traverse l’une de ses pires crises financières. Il s’agit de l’affaire Petroceltic où les médias propagandistes algériens ont dissimulé la vérité aux Algériennes et Algériens à propos d’un véritable gâchis qui vient d’être provoqué par le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar. Explications. 

Le 15 avril dernier, la direction générale de Sonatrach a annoncé dans un communiqué la résiliation du contrat conclu avec la société Petroceltic pour la recherche et l’exploitation d’hydrocarbures sur le périmètre Isarène, et ce, « dans le respect des clauses qui lui reconnaissent ce droit ». « Sonatrach a procédé en date du 12 avril 2021 à la résiliation du contrat pour la recherche et l’exploitation d’hydrocarbures sur le périmètre Isarène (blocs 228 et 229a), conclu le 26 septembre 2004 avec la société Petroceltic International PLC, sous l’égide de la loi n 86-14 du 19 Août 1986, modifiée et complétée, relative aux activités de prospection, de recherche, d’exploitation et de transport par canalisation des hydrocarbures », a précisé la même source qui présente cette information comme une « victoire éclatante de Sonatrach » contre un adversaire étranger qui n’a pas respecté ses engagements.

Sonatrach avait beaucoup insisté sur les modalités de cette résiliation qui ont été accomplies « dans le respect du contrat et notamment des clauses qui lui reconnaissent ce droit », a ajouté le communiqué, tout en soulignant que « Sonatrach a exercé ce droit après avoir vainement demandé à Petroceltic de se conformer à ses obligations contractuelles ».

Sonatrach avait expliqué qu’en vertu de la notification de résiliation, un délai est accordé à Petroceltic pour opérer le transfert des opérations pétrolières à Sonatrach, a fait savoir encore la compagnie nationale.

Contrairement à ce qui a été décrit et raconté par la presse algérienne et la direction générale de Sonatrach, cette résiliation arbitraire n’est guère une « victoire », mais une erreur grossière de la part du PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar. Et cette erreur a permis à la compagnie irlandaise Petroceltic de recourir très rapidement à l’arbitrage international pour réclamer 1 milliard dollars de dédommagement à Sonatrach. Petroceltic risque bel et bien de gagner car Sonatrach n’avait aucunement le droit de priver cette compagnie irlandaise de son droit d’exploiter un champ gazier en Algérie. La seule instance qui est habilitée à délivrer ou retirer aux compagnies étrangères des permis d’exploitation de gisements ou de champs d’hydrocarbures en Algérie est l’agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures algérienne (ALNAFT).

Sonatrach n’est qu’un partenaire commercial qui dispose lui aussi de licences et de permis pour exploiter et explorer des gisements gaziers ainsi que pétroliers. Sonatrach n’est aucunement propriétaire des richesses du sous-sol national. C’est à l’ALNAFT de surveiller les activités de recherche et/ou d’exploitation et conclure des contrats, assurer le suivi et le contrôle, en sa qualité de partie contractante, de l’exécution des contrats de recherche et/ou d’exploitation conformément aux dispositions de la loi relative aux hydrocarbures.

Sonatrach ne peut donc en aucun cas exclure Petroceltic de la recherche et l’exploitation d’hydrocarbures sur le périmètre Isarène. Elle n’a pas ses prérogatives dans ses missions. Sonatrach avait  conclu en 2004 avec cette filiale de la compagnie britannique Sunny Hill Energy un contrat en bonne et due forme. Toute rupture unilatérale d’un contrat commercial nécessite des compensations financières pour la partie ayant fait l’objet de cette procédure.

Or, « Sonatrach, la société d’énergie publique algérienne, a mis fin à sa relation contractuelle sans offrir de compensation », a dénoncé à ce propos Sunny Hill qui a ajouté avoir investi des centaines de millions de dollars dans le projet. « Nous poursuivrons fermement nos revendications », a déclaré à ce propos Angelo Moskov, président de Sunny Hill, estimant que son entreprise a rempli « pleinement rempli ses obligations contractuelles ». « Sonatrach a agi de manière agressive et irrationnelle », a souligné encore Angelo Moskov. Il s’agit, selon lui, d’une « tentative d’expropriation». Pour lui, «cette action injustifiée nuira grandement aux tentatives des autorités algériennes pour attirer des investissements étrangers».

Malheureusement, il faut reconnaître que les agissements du PDG de Sonatrach donnent raison aux arguments du patron de la maison-mère de la société Petroceltic International PLC qui pourrait donc gagner son procès en arbitrage international et obliger ainsi Sonatrach à lui verser des indemnisations onéreuses.

Une autre issue était totalement possible et envisageable à cette affaire. Petroceltic subit de grosses difficultés financières depuis 2016. Elle n’était plus dans la capacité de développer des investissements ambitieux en Algérie. Il aurait été préférable pour Sonatrach d’enclencher des négociations directes avec ce partenaire étranger pour lui proposer de racheter ses parts à des prix négociés intelligemment dans la sérénité sans faire de bruit ni aboutir à un bras-de-fer car Petroceltic avait signé un contrat en bonne et due forme et disposait de toutes les autorisations délivrées par l’Etat algérien pour opérer dans le secteur des hydrocarbures.

Sonatrach et Petroceltic ont engagé, d’ailleurs, de nombreux frais importants qui risquent, désormais, de causer des déséquilibres à Sonatrach. Petroceltic International plc coté à Londres détient 38,25% d’intérêt dans l’accord de partage de production Isarene, contre 43,375% pour la compagnie nationale Sonatrach et 18,375% pour Enel . Elle est impliquée dans le plan de développement approuvé pour le champ gazier d’Ain Tsila, situé dans la wilaya d’Illizi à 1100 km au sud-est d’Alger, où il était prévu une production de réserves brutes de 2,1 trillions pieds cubes de gaz, 67 millions de barils de condensat et 108 millions de barils de gaz de pétrole liquéfié extrait sur la base d’un volume annuel moyen, à partir d’un gaz humide, au rythme plateau de 335 millions pied-cubes standard par jour.

Le contrat pour la recherche et d’exploitation du périmètre Isarene signé par Sonatrach avec Petroceltic International Plc le 26 septembre 2004 a été approuvé cinq mois après par un décret présidentiel (n°05-24 du 13 janvier 2005). Il prévoit une durée d’exploitation de 30 ans à compter de la date de l’approbation du plan de développement. Petroceltic a aussitôt entamé les travaux de recherche et d’exploration et elle a découvert un important potentiel, estimé à 269,29 milliards mètres cube de gaz, soit l’équivalent de 9,51 TCF.

Dans le plan de développement qu’elle a présenté à Alnaft en date du 8 août 2012, il était question de commencer la production à partir d’octobre 2017. Ce faisant, l’approbation du plan de développement étant conditionné par le démarrage de la campagne de forage dès 2013, le scénario d’exploitation par déplétion naturelle du gisement sur une période de 30 ans –le contrat expire le 11 décembre 2042–, prévoit une production de 63,55 milliards de mètres cube de gaz brut, 67,10 millions de barils Condensat et 108 millions de barils de GPL. Ce plan de développement prévoit également un plateau de production étalé sur 14 ans constitué de 10,05 millions de mètres cube de gaz brut/jour, de 11.428 barils/jour de condensat et de 17.117 barils/jour de GPL (1.235 tonnes/jour).

En mars 2019, le groupement Isarène avait octroyé un marché avoisinant le 1 milliard de dollars à la compagnie britannique Petrofac  pour le projet de développement d’Ain Tsila. Ce marché permettait à Petrofac  de prendre en charge la réalisation d’un CPF de traitement de gaz humide d’une capacité de 12 millions m3 Jour, la réalisation d’une centrale électrique de 125 MW, la réalisation des utilités, la réalisation d’un réseau de collecte de 110 Km pour le raccordement de 30 puits prévus pour le First Gas, la réalisation d’un système d’expédition d’une longueur de 356 Km.

PETROFAC devait procéder à la mise en service de ces installations gazières stratégiques dans un délai de 42 mois. Aujourd’hui, à cause de la décision brutale de Sonatrach, les travaux de ces équipements ont été gelés momentanément en attendant l’issue du conflit opposant Sonatrach à Petroceltic, son partenaire dans ce projet gazier stratégique. Cependant, PETROFAC a d’ores et déjà reçu un budget de 500 millions de dollars pour introduire en Algérie les équipements nécessaires à la réalisation des installations d’Ain Tsila. Sonatrach est, désormais, la seule compagnie qui devra prendre charge tous les frais de ce projet et tous les retards occasionnés par la rupture brutale avec Petroceltic devront être indemnisés par Sonatrach qui sera ainsi contrainte de verser des réparations à Petrofac laquelle a mobilisé des équipes et du matériel d’ingénierie pétrolière et gazière pour les besoins de ce marché.

C’est dire que Sonatrach risque d’assumer toute seule un gâchis financier dont la facture sera salée. Et elle ne pourra pas se défiler de ses responsabilités car Petrofac dispose elle-aussi d’un contrat en bonne et due forme et elle n’est nullement responsable des retards du projet qui entraîneront de fortes pénalités parce que les deux actionnaires du projet Ain Tsila ont fini par… divorcer.

Petroceltic avait vendu par le passé une partie de ses parts dans l’association, 18,375% qu’elle a cédées le 28 avril 2011 à l’électricien italien Enel pour 183 millions de dollars. Mais Sonatrach avait exercé son droit de préemption pour lui acheter, le 12 février 2014, 18,375% des parts qu’elle voulait vendre à la compagnie indienne Oil India. Il était donc possible pour Sonatrach de racheter tout simplement toutes les parts de Petroceltic pour enterrer tranquillement ce partenariat au lieu de partir en « guerre » en utilisant des méthodes illégales dignes des « voyous ». Avec de telles pratiques, voire des dérives, le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, prouve son incompétence et son incapacité à diriger des dossiers délicats et complexes du secteur des hydrocarbures. A moins que le sieur Toufik Hakkar ait sciemment commis cette grossière erreur pour permettre à Petroceltic de récupérer un bon pactole en passant par… l’arbitrage international. C’est une hypothèse qui dévoilerait un plan machiavélique très dangereux contre les intérêts vitaux du pays. Nous y reviendrons.

 

12 COMMENTS

  1. Où quand les sbires de la junte à qui on demande de descendre de leur ânes pour venir piloter des avions de chasses…

  2. Les amis et les parrains de Semmar ne digèrent toujours pas d’avoir perdu les clefs du coffre de la sonatracht qu’ils ont pourtant pillés allègrement depuis 1962 à travers une mainmise filiale et tribale connue de tous…
    Ces fossoyeurs ( Sangliers pour la plupart faut appeler un chat un chat et un sanglier un sanglier…) Ont pourtant assurés leurs arrières et vivent avec leur progéniture dans leur QG que sont le Canada et Paris…

    Mais ils n’ont pas supportés leur juste éviction par Hakkar….Alors ils sont prêts à faire sauter cette entreprise vitale…oui oui…ils sont prêts à faire exploser ce qu’ils ne possèdent plus…Ça vous rappelle pas les Néo Harki ?
    Et pourtant ils veulent nous dicter l’avenir du pays et le mode de gouvernance…Alors qu’ils sont avant tout égoïstes cupides racistes et voleurs….Le Hirak étant leur maigre couverture et alibi…

    D’ailleurs le peuple algérien dans son ensemble ne les suivra jamais….pour l’instant il les tolère dans leur défilés bras dessus dessous avec des Salafistes…Le comble de leur hypocrisie légendaire et séculaire…

  3. Ni vos races de cafards ni celles des salsifis.
    Je crois que le peuple à compris.
    Votre plus grand malheur, c’est que ça ne marche plus maintenant…

  4. Les algériens te vomissent toi et tes semblables… c’est le principal pour moi…Pour le reste lève ton verre de Ricard bien haut et mange tes glands… Personne je s’en soucie…

  5. @DEY
    Ton HAKAR a commencé par mettre au placard un brillant directeur de recherche (Docteur avec des centaines de publications des travaux scientifiques de haut niveau et un patriotisme sincère) pour mettre un IGNORANT et corrompu jusqu’à l’OS.
    Pour ta gouverne
    LA SONATRACH est la vache à lait des services depuis sa création, elle est corrompue et ne sert à rien.
    Le plus petit agent de bureau des services achats et logistique est plus riche(matériellement) qu’un cadre honnête.
    A qd Mr SEMMAR une bonne enquête de fond sur les manœuvres des services achats et logistique

  6. Amara
    (Hacha)
    Ce qui est sûr c’est que c’est impossible d’être aussi con sans intérêts .
    C’est pas des simples anomalies et une fiche de paye ne peut pas tout expliquer.
    Le fond de ma pensée est qu’il est possible que certains d’entre eux, soient nos «  cousins lointains »
    Bien à toi.

  7. @El hassi

    Tu décris un fonctionnement de la sonatracht connu de tous…
    Mais si Hakkar était ton semblable tu ne tiendrai pas ces propos..
    T’apporte rien fait
    Semmar lui au moins assume de défendre ses potes fossoyeurs de la sonatracht et qui se sont faits éjectés…..

    C’est comme quand un sanglier raciste islamophobe et laicard enragé te parle de démocratie et de projet de société…. On ne fait pas d’une sous merde comme toutoune un exemple de pensée sociétale…On le combat et on le défonce.
    Rajoute l’autre débile sans cerveau de Amara et tu comprends que je préfère encore ceux qui essayent de bosser sur le terrain…. même de manière médiocre.
    C’est dire…
    Tu vois une Algérie selon la secte des sangliers de Toutoune le Néo Harki ?
    Allons un peu de dignité…

  8. À tous les fils de chien , pleurez aujourd’hui car les musulmans sont heureux malgré votre hogra…
    Nous vous envoyons des millions de pensées pour vous maudire et libérer nos frères et sœurs.
    Vous n’y pouvez rien c’est comme ça.
    Race maudite de cafards en rangers à scratch.

  9. Depuis 2004 ils n ont rien fait ! Pas tenu d engagements, normal qu’il y ai résiliations !!
    C est logique même ! Donc pourquoi faire un article à charge la ou chaque pause aurait fait la meme

  10. Salam aleikoum NASS
    Tu peux sortir tous les arguments objectifs que tu veux, la secte des Néo Harki assumés de Toutoune le sanglier n’en n’a cure….

    Semmar lui c’est clair : il affirme chaque jour sa haine de l’Algérie et son rôle de Harki enragé…
    .
    Avec ces sous hommes et ces bâtards de sale race faut juste se tenir prêt à les défoncer quand ils franchiront la ligne rouge sous l’impulsion de leurs maîtres Mhenni BHL et Pédale 6….

    Semmar charge Hakkar parce que ce dernier a chassé les amis de Semmar qui ont détruits pillés et coulés la Sonatracht depuis des dizaines d’années…
    Donc il pondra chaque jour des articles malhonnêtes qui servent de glands aux sales race de sangliers…

  11. Dey l’kelb
    Même si t’es maîtres te donne l’autorisation d’aller te soigner chez khalti França, t’as cause est déjà perdue depuis longtemps…
    T’es juste mort comme ton régime.
    Les algériens vont une nouvelle fois te le rappeler aujourd’hui.
    Regarde et Écoute.
    ( essaye d’en faire autant samedi, dimanche, lundi, mercredi ou jeudi)

    Nick Mok.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Document. Répression des Droits de l’Homme : la lettre des 82 ONG algériennes et internationales qui demandent une « action urgente » contre le régime algérien

Mesdames, Messieurs, Nous, organisations non gouvernementales algériennes, régionales et internationales soussignées, exhortons votre gouvernement, individuellement et conjointement avec d'autres...

82 organisations Algériennes et internationales appellent à des sanctions concrètes contre le régime algérien

82 organisations Algériennes et internationales ont lancé des appels pour demander au Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) et...

En Kabylie, un village bannit à vie un partisan du pouvoir algérien et de Tebboune

"Taajemaah", le comité de village, de la localité d'Imzizou, a décidé le 15 juin dernier d'excommunier et de bannir...

COVID-19. Augmentation du nombre des patients hospitalisés dans au moins une quarantaine de wilayas en Algérie

Attention, la situation commence à devenir inquiétante dans les hôpitaux algériens en raison d'une augmentation significative des patients hospitalisés...

COVID-19. Les nouvelles contaminations continuent d’augmenter dans les wilayas du centre et de l’ouest algérien

L'épidémie de la COVID-19 continue de progresser en Algérie et les indicateurs commencent à virer au rouge. Le dernier...

Hôtels saturés et confinement sanitaire compliqué : Transavia contrainte d’embarquer que 189 voyageurs vers Oran

Le confinement sanitaire obligatoire d'une durée de 5 jours est en train de créer de nombreuses complications en Algérie....

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you