A la une Reporters sans frontières (RSF) extrêmement préoccupée par la répression...

Reporters sans frontières (RSF) extrêmement préoccupée par la répression croissante et le verrouillage de l’information en Algérie

-

À trois semaines des législatives, les journalistes sont systématiquement et violemment empêchés de couvrir les manifestations hebdomadaires du Hirak. Reporters sans frontières (RSF) est extrêmement préoccupée par cette répression croissante et le verrouillage de l’information en Algérie.

Tandis que le soulèvement populaire qui revendique davantage de liberté rejette les élections législatives du 12 juin prochain en Algérie, les autorités tentent d’entraver la couverture du Hirak avec brutalité. De nombreux journalistes ont subi des violences physiques, ont été tenus à l’écart par des tactiques d’encerclement des forces de l’ordre et ont été arrêtés sans motifs lors de la manifestation hebdomadaire du Hirak vendredi 14 mai 2021.

 

À Alger, une quinzaine de journalistes et photographes ont été arrêtés alors qu’ils couvraient l’évènement. Lynda Abbou (RadioM), Sid Ahmed Belouchrani (Sid Walinés) photographe indépendant, et Khaled Drareni (Casbah Tribune) ont été interpellés à plusieurs reprises durant la journée. Ils ont finalement été arrêtés et retenus pendant huit heures avant d’être libérés sans aucune explication. De nombreux journalistes dont le photographe de l’AFP Riad Kramdi, Wided Laouedj (Radio M), Anis Chelouche (Casbah Tribune) et Farida Tayeb Cherrad (TariqNews), ont également été arrêtés plusieurs heures et empêchés de rendre compte de la violente répression lors de la manifestation.

 

Violemment frappé par des policiers anti-émeutes

 

Le journaliste Djaafer Kheloufi du site d’information Twala a été violemment frappé par des policiers anti-émeutes à Alger en essayant d’intervenir lors de l’interpellation brutale de la journaliste Kenza Khattou, vendredi dernier, par cinq agents des forces de l’ordre. Ce lundi 17 mai, la journaliste qui anime la rubrique politique de Radio M était toujours en garde à vue et n’avait pas été entendue par le procureur de la République. La jeune femme porte des traces de coups sur le corps et ses lunettes ont été cassées. Après avoir refusé de signer le procès-verbal qu’elle ne pouvait pas lire sans lunettes, elle a été forcée d’y laisser ses empreintes sous la contrainte.

La volonté d’empêcher la couverture médiatique des manifestations du Hirak s’était déjà illustrée une semaine auparavant. Le 11 mai, Khaled Drareni (Casbah Tribune) Hakim Hammiche (photographe indépendant), Sami Kharoum (photographe El Watan), Mustapha Bastami (El Khabar) et Feriel Bouaziz (Interlignes) ont passé cinq heures au commissariat de la Casbah avant d’être relâchés sans aucune justification. Leurs portables et leurs papiers, confisqués lors de l’interpellation, leur ont été rendus.

 

“ L’intimidation et le harcèlement que subissent les journalistes algériens dans l’exercice de leur fonction est inadmissible. Ils poursuivent leur mission qui est de publier des images et des témoignages, déclare Souhaieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord. Reporters sans frontières appelle les autorités algériennes à cesser immédiatement cette répression brutale, en totale contradiction avec sa Constitution et la Charte des droits de l’Homme”.

Ces arrestations interviennent alors que les autorités algériennes tentent d’empêcher les manifestations dans le pays. Depuis le 9 mai, toute manifestation est interdite si elle ne bénéficie pas d’une autorisation préalable, délivrée à condition que les organisateurs communiquent leur identité, l’itinéraire de la marche et les horaires de début et de fin du rassemblement. Des conditions impossibles à respecter puisque les manifestations du Hirak n’ont pas de leader et qu’ils doivent régulièrement changer d’itinéraire pour éviter les cordons sécuritaires.

L’Algérie figure à la 146e place sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF. Le pays a perdu 27 places depuis 2015.

Source :Reporters sans frontières (RSF)

8 COMMENTS

  1. RSF ne s’inquiète pas ce qui ce passe en Palestine elle s’occupe pas des journalistes emprisonnés au Maroc elle s’occupe que de l’Algérie car il y’a plein de harka dans notre pays sait notre histoire malheureusement

  2. RSF n’a pas régit au bombardement de l’immeuble Press à Gaza
    Même les américains, Biden lui même a interpellé le PM israélien, mais pas RSF ni Mr Macron
    Trouver l’erreur
    Au Fait l’ancien responsable de 1985- 2006 et co-fondateur de RSF (Mr Robert Ménard ) est actuellement « élu de l »extreme droite française .
    Il milite pour un parti raciste et xénophobe après avoir fait croire au monde défendre la liberté…de la presse

  3. Les mouches à merde se satisfont du sort des algériens du moment qu’on leur réchauffe la soupe sur le Maroc, la Chine, la Palestine.
    Normal, pour des déchets de faire dans le tri sélectif…

  4. @ zakaria75

    Reporters sans frontières (RSF) a saisi dimanche la Cour pénale internationale (CPI) après des frappes israéliennes contre des locaux abritant des médias à Gaza, considérant qu’elles peuvent être des « crimes de guerre », a indiqué une porte-parole de l’association à l’AFP.

    RSF a même précisé dans une déclaration toujours à l’AFP: « L’armée israélienne a non seulement infligé des dégâts matériels très importants à des rédactions dont les journalistes, les équipements et les installations sont des personnes et des biens protégés au titre de la protection due à la population civile. Elle a également entravé la couverture médiatique d’un conflit qui affecte directement et gravement la population civile ».

    Et de ce fait, RSF a vu juste. Les bombardements sionistes continuent sans témoin ni reportage de journalistes.

  5. Me Zemmar a besoin d’un voyou mal éduqué et mal élevé comme toi pour faire vivre son site de fake-news
    Dans tous les sites au monde , il y’a une règle ou charte de modération des commentaires

  6. Zoukakhra75
    Abdou donne la possibilité à chacun de s’exprimer et je comprends que ça te dérange.
    Ce n’est pas la règle dans la dictature que tu promeut.
    Saches que je t’emmerde fils de pute et que j’en suis plutôt fier.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

L’équivalent de 130 millions de dollars USD pour soutenir les catégories les plus fragiles de la société : où ira cet argent public...

En 2022, l'Etat algérien s'est engagé à dépenser l'équivalent de 130 millions de dollars USD pour soutenir et prendre...

Le déclin inquiétant et dangereux de plusieurs secteurs industriels se poursuit en Algérie

Le discours officiel du régime algérien sur la nécessité de développer l'économie nationale en la diversifiant pour renforcer la...

La majorité écrasante des jeunes algériens habitent encore avec leurs parents et peinent à obtenir leur indépendance

La majorité des jeunes algériens habitent encore avec leurs parents et peinent à obtenir leur indépendance en ayant leurs...

Révélations – Le Consul Général à Marseille, le Conseiller de la Présidence Sont-ils Véritablement au Service du Peuple Algérien ?

Nul besoin de le dire. Les Algériens savent que dans ce club très fermé de privilégiés et d’opportunistes composé...

Plus de 8,6 millions d’enfants et 6,8 ans d’adolescents algériens : quel pays va-t-on léguer pour les générations futures ?

L'Algérie compte plus de  8,6 millions d'enfants âgés de moins de 9 ans et plus de 6,8 millions d'adolescents...

L’Algérie ne compte que 4,3 millions de personnes âgées

L'Algérie compte seulement 4,3 millions de personnes âgées, nous apprennent les plus récents chiffres sur l’évolution démographique dans notre...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you