Près d’un million de nouveaux chômeurs en Algérie depuis février 2021

2
1100

L’emploi est en panne en Algérie à cause de la crise économique et financière qui paralyse le pays. Les conséquences de la crise sanitaire de la COVID-19 ont aggravé les déséquilibres d’un pays fortement touché par le ralentissement  de l’activité économique depuis le début de la crise politique en 2019. Dans ce contexte houleux et compliqué, l’Algérie a enregistré près d’un million de nouveaux nouveaux chômeurs jusqu’à février 2021. 

Une récente enquête menée par L’Agence Nationale de l’Emploi (ANEM) a permis de quantifier l’impact de la crise sanitaire et ses effets sur le marché de l’emploi algérien. Ainsi, cette enquête nous apprend que depuis février 2021, l’ANEM recensait 2,343 millions de demandeurs d’emploi dans le pays, contre 1,449 million en mai 2019. En clair, tout au long de l’année 2020 et depuis le deuxième semestre de l’année 2019, l’Algérie a enregistré prés d’un million de nouveaux chômeurs.

L’enquête de l’ANEM nous apprend aussi que les deux catégories de demandeurs d’emploi les plus représentés, à hauteur de 35%, sont les personnes titulaires d’un diplôme universitaire ainsi que ceux possédant un niveau d’instruction qualifié de «moyen » par l’ANEM.

De manière globale, la situation du marché de l’emploi en Algérie apparait bel et bien critique à en croire plusieurs études et enquêtes spécialisées comme l’affirme également le dernier rapport de la Banque Mondiale d’après lequel l’Algérie présente le 13ème plus faible taux d’emploi (37%) au monde selon l’institution financière. Par ailleurs, il convient de rappeler que la sphère publique représente 2/3 des emplois formels soit 38% des emplois totaux. La Loi de Finances 2021 a consacré une hausse des dépenses de fonctionnement, et renforcé les dispositifs d’emploi pour une enveloppe de 400 milliards DZD, soit 3 milliards USD. Cet argent va-t-il suffire réellement pour relancer le marché du travail et faire reculer le fléau du chômage ?

 

2 COMMENTS