A la une Près de 10 millions de dollars de subventions seront...

Près de 10 millions de dollars de subventions seront accordées par le ministère des Moudjahidine en 2022

-

En 2022, le ministère des Moudjahidine va procéder à l’octroi de l’équivalent de près de 10 millions de dollars de subventions publiques au profit de plusieurs structures et institutions mises à la disposition des anciens combattants de la Guerre de l’Indépendance et leurs ayants-droit. C’est, en effet, un budget de 1,38 milliard de Da qui a été prévu par le ministère des Moudjahidine pour financer de nombreuses subventions publiques qui ont été prévues dans le cadre de la répartition des crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par la loi de finances pour 2022.

Ces subventions bénéficieront notamment aux centres de repos des moudjahidine. Ces centres vont bénéficier 672 millions de Da au cours de l’année 2022. Pas moins de 93 millions Da seront également mis à la disposition du fonctionnement au musée national du
Moudjahid. De son côté, le centre national d’appareillage des invalides et des victimes de la révolution de libération nationale et des ayants-droit bénéficiera de 174 millions de Da de  subventions publiques.

Soulignons enfin que 445 millions de Da seront consacrés aux subventions de fonctionnement aux musées régionaux du Moudjahid. Pour rappel, le budget total du ministère des Moudjahidine dépassera les 232 milliards de Da en 2022, soit l’équivalent de 1,6 milliard de dollars.

5 COMMENTS

  1. Assegas Ameggaz a mes freres. et ma famille La reconnaissance officielle de Yennayer est l’un des aboutissements du long combat pour la culture, l’identité et la langue amazighes », estime l’anthropologue Azzedine Kinz

    Ce Yennayer, j’ai mal à ma Kabylie

    https://tamurt.info/2022/01/10/ce-yennayer-jai-mal-a-ma-kabylie/227880/By Mastan At u-Amran -10 janvier 2022.

    CONTRIBUTION (TAMURT) – En cette période ou on fête tranquillement l’arrivée du nouvel an, nous Kabyles et plus généralement Imaziɣen, nous broyons du noir. Je pense à ceux qui nous sont ravis par la machine à broyer l’être humain qu’est le régime d’Alger. Je pense à toutes les mères, pères, conjoints, enfants, parents qui vivent le calvaire. Si je ne parle pas de la persécution du détenu et des affres de la prison qu’il subit durant des mois, voire des années, avant d’être libéré, c’est parce que je n’ai pas envie d’oublier ces familles qui souffrent en silence. Celles-ci se démènent le coeur gros et désemparées, pour essayer de faire libérer leurs enfants. Et se démener, elles le font, car le système enferme ou juge leurs enfants dans des villes lointaines pour justement les faire souffrir et empêcher tout soutien de la société civile.

    Si donc, l’injustice première est de mettre un citoyen ou un militant en prison pour avoir exprimé quelque chose, l’autre injustice et de violenter cette société, la museler et la condamner à vivre la misère. Justice arbitraire, sentences absurdes sont le lot de nombreuses familles. Torturer une société de cette manière, va certes lui laisser des séquelles qui prendront très longtemps à guérir ou qui ne guériront peut être pas. Vous le voyez bien, on ne détruit pas seulement le militant, mais toute une société. Ceux parmi nous chez qui le souvenir des rafles et tortures pratiquées par l’armée française existe encore, doivent se dire que ce pays est damné. La violence coloniale et celle de la guerre contre le colon ont marqué ce pays de façon indélébile. Mais cette violence qui a fleuri sur les corps encore chauds de nos maquisards assassinés (Abane, Khider, Krim, Boudiaf, etc.), est une violence abominable. Depuis notre naissance, l’Algérie n’a fait que régresser, bouffer ses enfants, les handicaper et leur confisquer l’avenir à jamais. La regression continue à tel point qu’on se demande quand est ce que nous atteindrons le fond de ce puits de la misère, de cette violence et de cet absurde qui règnent en maitres absolus?

    C’est honteux même de les appeler “détenus”, car ailleurs on met en prison des criminels. Ailleurs, il y a ce qu’on appelle la présomption d’innocence. Ailleurs, on encourage l’expression, pour favoriser la création et améliorer le quotidien. Ailleurs on se plaint que les gens ne s’impliquent pas assez. Mais, surtout on ne jette pas quelqu’un en prison pour avoir pensé. Ce n’est jamais un crime de penser, même au meurtre. Ailleurs l’action civique est encouragée car elle comble les lacunes ou complémente les actions du gouvernement. Une société qui s’implique dans la construction de son avenir est une société saine et qui avance. En Algérie, on se fait arrêter si on organise un café littéraire ou bien on éveille l’esprit des jeunes. On se fait arrêter pour un écrit ou une critique dont le but est de proposer des solutions. Si on envoie des masques chirurgicaux à un hôpital en Kabylie, on les refuse par ordre de la gendarmerie. Les concentrateurs d’oxygène, on les stock à la douane, car il y a des gens pour décider où les envoyer. Décider, ils savent faire, bien faire non! On refuse les Canadairs pour éteindre les feux, pour laisser le feu tout ravager. En Algérie, il est interdit de bouger. Aujourd’hui tout le monde se fait petit par peur de finir en taule. Le silence est total, l’oppression aussi!

    Ailleurs, il y a une justice indépendante qui refuse aux larbins zélés du régime et opportunistes corrompus d’abuser de leur pouvoir. Ailleurs, le délit d’opinion n’existe pas et le juge ne met pas n’importe qui en détention provisoire. Pas en Algérie. En Algérie, les procureurs et les juges eux-mêmes sont des larbins zélés. Me pardonneront ce propos ceux qui font exception. Ils ne sont plus à leurs postes, car le régime veille au grain. Ainsi les robes noires des juges ne sont pas indicatrices de compétence au service de la justice, mais plutôt d’un asservissement au système. En Algérie, robes noires ou cagoules noires, c’est la même chose!

    En Algérie, on ne met pas les criminels en prison, ce sont les criminels qui mettent des innocents en prison. Et pas n’importe quels innocents. des gens irréprochables, des gens qui réfléchissent et qui ont le courage de tirer leur société vers un avenir meilleur. Des Djaouts, des Harouns, des rebelles que l’on devrait remercier d’être à l’avant garde des luttes pour la démocratie et la liberté.

    En ce Yennayer qui devrait normalement être la fête de l’espoir, du renouveau, j’ai mal à ma Kabylie. Comment pourrais-je le fêter quand des centaines de mes frères innocents le passeront dans des cellules froides? J’ai mal à ma Kabylie devenue le souffre douleur du régime arabo-islamiste d’Alger. Ma Kabylie est poussée chaque jour un peu plus vers sa mort. On lui a programmé toutes les morts imaginables: on lui assassine ses jeunes, on la pousse à l’exode et au dépeuplement, on l’affame, on l’assimile, on l’arabise, on la re-islamise, on l’abandonne à la covid-19, on lui refuse son oxygène, on la brule, et on jette la crème de sa crème en prison. On la violente, on lui monte des scénarios abominables, on la désigne à la vindicte populaire. En Algérie, être kabyle est une tare. Se déclarer kabyle, avoir l’accent Kabyle vous fait atterrir en taule. Bref, en Algérie, on tue la Kabylie et pendant qu’on la tue, le silence est assourdissant!

    Mastan At Uamran

  2. UN KABYLE MEME EST LOIN DE TOUT, IL N OUBLIERAI JAMAIS SA KABYLIE . OUI

    Ce Yennayer : LA JOIE, LA PROSPERITE SOIENT DANS VOTRE COEUR ET CEUX DE VOS PROCHES

    UNE PENSEE AUX MILITANTS.

  3. ASSEGAS AMEGAZ a toi aussi sœur Morgane
    et à tous les frères et sœurs berbères à travers le monde .
    Tu as raison de rappeler que nous avons le devoir de ne pas oublier notre mère patrie “La Kabylie ”
    et nos frères et sœurs sur place qui souffrent le martyre, notamment depuis les incendies criminels de cet été.
    Comme le chante si bien:Mr Ait Menguellet : “A yarachnagh El Dzaïr tamurnagh”.

  4. FRERE BALOU , MOI AUSSI JE TE SOUHAITE UNE EXCELLENTE ANNEE, SURTOUT UNE BONNE SANTE A TOI ET A NOS FRERES ET SOEURS

    ECOUTE CETTE CHANSON

    Mačči d yiwet⎟Zedek Mouloud | Nouveau single 2022

  5. A sœur morgane
    Merci infiniment, c’est une superbe chanson
    que je recommande à tous, c’est tellement réel .
    Merci encore une fois à toi et Zedek Mouloud toujours aussi émouvant et généreux.
    Le pays, la famille et les amis me manque tellement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

En 2022, les autorités algériennes envisagent d’importer seulement 1,7 milliard de dollars USD de céréales

En 2022, l'Etat algérien ambitionne de réduire drastiquement les importations du blé depuis l'étranger. L'objectif fixé est de limiter...

L’équivalent de 130 millions de dollars USD pour soutenir les catégories les plus fragiles de la société : où ira cet argent public...

En 2022, l'Etat algérien s'est engagé à dépenser l'équivalent de 130 millions de dollars USD pour soutenir et prendre...

Le déclin inquiétant et dangereux de plusieurs secteurs industriels se poursuit en Algérie

Le discours officiel du régime algérien sur la nécessité de développer l'économie nationale en la diversifiant pour renforcer la...

La majorité écrasante des jeunes algériens habitent encore avec leurs parents et peinent à obtenir leur indépendance

La majorité des jeunes algériens habitent encore avec leurs parents et peinent à obtenir leur indépendance en ayant leurs...

Révélations – Le Consul Général à Marseille, le Conseiller de la Présidence Sont-ils Véritablement au Service du Peuple Algérien ?

Nul besoin de le dire. Les Algériens savent que dans ce club très fermé de privilégiés et d’opportunistes composé...

Plus de 8,6 millions d’enfants et 6,8 ans d’adolescents algériens : quel pays va-t-on léguer pour les générations futures ?

L'Algérie compte plus de  8,6 millions d'enfants âgés de moins de 9 ans et plus de 6,8 millions d'adolescents...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you