A la une Pourquoi la seule solution qui reste à Algérie Poste...

Pourquoi la seule solution qui reste à Algérie Poste est de devenir… Une véritable Banque !

-

En Algérie, plusieurs bureaux de la Poste sont paralysés pour la 3e journée successive par une grève anarchique que nous avons encore du mal à cerner. Mais à Alger, la capitale du pays, les plus importants bureaux de la Poste ont cessé leurs activités et les travailleurs d’Algérie Poste ont suivi cet appel à la grève qui a été lancé spontanément pour déplorer plusieurs conditions de travail et la précarité des salaires des 27 mille travailleurs d’Algérie Poste. 

Ce débrayage a été décidé à la veille du mois de Ramadhan  suite au « blocage des primes de rendement et d’encouragement et les mauvaises conditions socioprofessionnelles». La direction d’Algérie Poste a vite réagi en essayant d’apaiser la tension en annonçant le versement durant ce mois de Ramadhan de la prime d’encouragement.  Mais cette annonce n’a pas rassuré les travailleurs d’Algérie qui ont poursuivi leur grève ce mercredi 14 avril.

Plusieurs autres revendications ont été également formulées par les grévistes à l’image du dossier des travailleurs suspendus dont des syndicalistes, l’aménagement du volume horaire et jours de travail durant la semaine, ainsi que les dossiers des travailleurs qui occupent des postes autres que ceux fixés dans les rapports de recrutement. Les grévistes ont réclamé aussi la consécration du principe d’égalité des chances dans l’accès aux postes supérieurs au niveau des diverses directions d’Algérie Poste.

Ce débrayage n’est pas le premier du genre en Algérie. Et les autorités publiques avaient débloqué en 2019 des fonds pour satisfaire les aspirations sociales des travailleurs d’Algérie Poste. Les employés d’Algérie Poste avaient bénéficié d’une augmentation de 14% de leurs salaires et, en août 2019, plus de 6800 employés ont bénéficié d’une promotion verticale.

Or, ces efforts n’ont servi à rien car Algérie Poste a subi de plein fouet les effets de la pandémie de la COVID-19 et les bureaux de la Poste ont été le miroir de cette crise de liquidités qui n’a pas cessé de prendre une dimension alarmante depuis mars 2020.

Officiellement, Algérie Poste affirme afficher des indicateurs financiers au vert. Après avoir subi un déficit de plus de 5 milliards de DA à la fin de 2014, Algérie Poste a réalisé en 2019  des résultats bénéficiaires de l’ordre de 15 milliards de DA qui lui devaient lui permettre de financer ses projets d’investissements notamment dans le tout numérique. Mais depuis le début de la pandémie de la COVID-19 en mars 2020, les fragilités d’Algérie Poste  sont apparues au grand jour. Et pour cause, considéré comme le premier établissement financier en Algérie avec plus de 22 millions de clients détenteurs de comptes postaux les fameux CCP.Algérie Poste dispose actuellement de 1.400 GAB et les retraits des clients d’Algérie poste via les GAB des Banques ne constituent que près de 10%. Plus de 3 millions de retraités disposant de comptes courant postaux.

Les clients d’Algérie poste détenteurs de cartes monétiques EDDAHABIA  sont au nombre de 6 millions. On le voit bien, Algérie Poste a tous les atouts pour devenir une vraie banque et amorcer une véritable modernisation conformément aux mutations du monde d’aujourd’hui. Or, ce projet a avorté plongeant ainsi Algérie Poste dans les dysfonctionnements permanents.

Comme il a été révélé récemment par Algérie Part dans une enquête approfondie, une étude a été commandée par les autorités algériennes à un prestigieux cabinet de conseil international dans le cadre d’un projet qui avait été lancé en juin 2004. Ce projet consiste à transformer Algérie Poste en une Banque Postale. Le ministère des Postes et des TIC avait commandé cette étude stratégique sur le développement des services financiers de la Poste au bureau d’étude international Ernst et Young pour examiner pour le développement de la Banque Postale à partir de trois scénarios économiques : la création d’une filiale à 100% d’Algérie Poste, le lancement d’une filiale commune avec la CNEP-banque, et le maintien du schéma transactionnel actuel moyennant une amélioration sensible de la qualité des services. Les clientèles « captives », et nombreuses, des fonctionnaires, des retraités et des étudiants, étaient susceptibles d’être les cibles privilégiées de cette banque à vocation populaire .

Malheureusement, ce projet n’a jamais vu le jour ! Les effet d’annonces ont été nombreux, mais aucune avancée concrète. La Banque postale a d’abord été annoncée pour 2009, puis pour 2012, et ensuite 2015 et finalement ce projet est resté une… utopie !

Ailleurs, dans le monde, les Postes sont devenues de véritables banques et ces expériences ont porté leur fruit avec une brillante réussite. Prenons le cas de l’expérience marocaine avec la filiale bancaire de Poste Maroc, Al-Barid Bank (ABB) qui gère aujourd’hui plus de 6 millions de comptes et en ouvre 500,000 par an depuis sa création en Juin 2010.

La volonté du gouvernement marocain de collecter la petite épargne rurale et de promouvoir la bancarisation a permis la réussite de l’expérience de la Banque Postale. La séparation des CCP et de la Trésorerie générale du Royaume en 2007 qui a permis de passer d’un rendement de 2% à 4% sur les encours CCP. Cette séparation a permis de dégager des bénéfices suffisants pour financer partiellement la création de la banque. Ensuite, les autorités marocaines ont apporté un appui financier de la Poste Maroc pour la création de la banque postale avec pas moins de 15Millions d’Euros.

Les autorités marocaines ont recouru à l’assistance d ́un cabinet juridique pour rédigerles propositions de textes de loi et décrets qui permettent la mise en place d ́ABB ainsi que le transfert des actifs. En deuxième étape, l’agrément de la Banque centrale marocaine a été conditionné au marché de clientèle (particuliers, si possible des catégories C et D). L’organe de supervision bancaire a en outre demandé à ce qu’ABB attende avant de lancer les produits de crédit et commence par offrir ces produits en partenariats avec d’autres sociétés spécialisées pour acquérir le savoir faire nécessaire à l’analyse du risque de crédit.

Et au Maroc, les autorités ont su comment utiliser plusieurs facteurs stratégiques pour réussir cette transformation de la Poste en une banque au sens propre du terme. Le principal facteur de cette réussite est la rentabilisation du réseau de la Poste. L’ensemble des 950 bureaux de poste gérés directement par ABB sont connectés effectivement à internet. De plus, ABB compte plus de 600 distributeurs de billets à travers le territoire. Dans le cadre du projet de création de la banque des investissements énormes ont été effectués dans l’infrastructure de télécommunications,qui permet à son tour la modernisation du système informatique et sa centralisation. En effet, plus d ́une centaine de bureaux n ́étaient pas connectés avant la création de la banque.

Il ne restait ensuite que de procéder à un véritable pilotage commercial et contrôle de gestion avec suivi des objectifs mensuels, trimestriels et semestriels. Grâce à cette stratégie, la Poste est devenue une nouvelle banque au Maroc appelée ABB. Et elle a permis d’offrir la tarification des produits la moins chère du marché avec, de surcroit, une offre très simple et transparente pour le consommateur.

Une étude réalisée récemment par l’Union Postale Universelle (UPU), une institution spécialisée des Nations Unies et le principal forum de coopération internationale pour le secteur postal,  a salué l’expérience marocaine en appelant les autres pays africains de s’inspirer de ce modèle de réussite pour transformer les postes en de véritables institutions financières ambitieuses et solides.

Mais l’UPU a averti qu’il ne suffit pas d’avoir un réseau, des comptes chèques postaux, une caisse d’épargne postale et l’accord de principe de la banque centrale pour mettre en place une banque postale. « L’établissement d’une banque postale requiert d’une multitude de facteurs, et en particulier d’investissements considérables (20 millions de USD au Maroc), d’une mise à niveau du réseau et des systèmes informatiques, d’une formation poussée du personnel, d’un leadership fort et durable, du soutien du gouvernement et de la banque centrale, et finalement de la patience pour mener à bien un projet sur un horizon temporel d’au moins 5 ans », peut-on lire dans cette étude de l’UPU publiée en février 2013.

« Il est donc important que les gouvernements désireux de se lancer dans cette voie, prennent en compte ces facteurs dans leurs décisions et évaluent leur capacité de réunir la plupart des prérequis exposés. Surtout, il faut que les gouvernements commencent par investir dans la mise à niveau de leurs services financiers postaux comme une étape préalable au lancement d’une banque postale de plein exercice », prévient en dernier lieu l’UPU. Le gouvernement algérien sait ce qu’il lui reste à faire s’il veut réellement moderniser Algérie Poste et la transformer en une institution moderne et efficace. De la volonté d’abord, et du bon management ensuite. Mais qui peut comprendre ces notions élémentaires au plus haut sommet du pouvoir actuel en Algérie ?

3 COMMENTS

  1. Demander à une Poste archaïque avec des services et des compétences et des mentalité du moyen âge de devenir une véritable banque, du 21 siècle, c’est comme demander à un âne boiteux de devenir un cheval de course juste en lui changeant de selle.
    Le seul mérite de la poste c’est de faire travailler quelques milliers de fonctionnaires et donner du travail à des copains qui font semblant de remplir un rôle de service publique en te le faisant bien sentir, en te faisant sentir qu’ils te rendent service et comme ils te rendent service alors tas rien à redire, c’est ça au rien!
    On aime ça, l’expression: c’est mieux que rien !

  2. A personne, comment peut tu critiquer un organisme bancaire telle que (la poste)d’archaïque , alors qu’elle gérée et censée être réformée par les mêmes personnes que tu défend à longueur de journée ? Alors si tu peux passer le message à tes amis cachiristes et autres cireurs de rangers à majorettes, essayez d’être logique dans vos propos .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Révélations. L’affaire Petroceltic : comment le PDG de Sonatrach va causer à l’Algérie des pertes de plusieurs centaines millions de dollars

C'est un autre affaire qui va causer un énorme préjudice financier à l'Algérie au moment où elle traverse l'une...

La pandémie de la COVID-19 et la dévaluation du dinar provoquent de nouvelles dépenses de 2,6 milliards de dollars en Algérie

En 2021, l'Etat algérien sera obligé d'augmenter encore son budget de fonctionnement d'au moins 2,6 milliards de dollars en...

En 2021, les hydrocarbures ne rapporteront même pas l’équivalent de 15 milliards de dollars de recettes fiscales aux caisses de l’Etat algérien

L'année 2021 sera, comme l'année 2020, une année de disette financière pour l'Algérie. Et pour cause, les recettes fiscales...

En 2020, face à la crise, l’Etat algérien a sacrifié l’Education, la production nationale et l’Agriculture

En 2020, face à la crise financière qui s'est aggravée en Algérie à cause des effets désastreux de la...

Urgent. L’ONU se dit « de plus en plus préoccupée » par la situation en Algérie et dénonce les violences du pouvoir algérien

L’ONU est « de plus en plus préoccupée » par la situation en Algérie où plusieurs droits fondamentaux, comme...

L’Algérie a dépensé plus d’argent sur les élections qu’un pays aussi riche comme… la France

En Algérie, on dépense énormément d'argent sur l'organisation des scrutins électoraux. L'Algérie dépense même plus d'argent sur les élections...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you