A la une Ministère de l'Energie : Le "faux" colonel veut déstabiliser...

Ministère de l’Energie : Le « faux » colonel veut déstabiliser le vrai… général !

-

Intrigues, manipulations et gros mensonges, tous les ingrédients d’un véritable « feuilleton » d’espionnage sont réunis en ce moment au ministère de l’Energie à Alger. Le général Achour, le numéro 2 de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), la principale branche des services secrets algériens, a été au coeur de ce « feuilleton ». L’entourage du ministère Mohamed Arkab, l’actuel ministre de l’Energie, notamment le directeur de sa sécurité, le colonel Mourad Khaldi, ont propagé des informations controversées qui comportent de graves accusations de favoritisme à l’encontre du général Achour, a pu confirmer Algérie Part auprès de plusieurs sources.

En effet, des informations ont été sciemment fuité du ministère de l’Energie pour torpiller le général Achour en l’accusation d’avoir exercé des pressions sur Mohamed Arkab afin de le contraindre à désigner deux nouveaux hauts responsables à la tête d’organismes stratégiques dans le secteur de l’énergie. Il s’agit comme il a été révélé récemment par Algérie Part de Mohamed Djaouadi, l’ancien directeur régional de Sonelgaz à Tizi-Ouzou et Abdelouaheb Zedam, ingénieur d’Etat en mécanique et chargé de mission au niveau de la Société Algérienne de Distribution de l’Electricité et du Gaz, filiale du groupe SONELGAZ.

Finalement, il s’avère que l’homme qui a orchestré la diffusion de ces informations fortement préjudiciables à l’encontre de l’intégrité morale du général Achour  s’appelle… Mourad Khali, un personnage sulfureux sur lequel Algérie Part a fait de nombreuses révélations s’agissant de ses attitudes moralement répréhensibles qui se prêtent à un véritable trafic d’influence au sein du département ministériel le plus stratégique du pays, celui qui est censé gérer la manne des hydrocarbures, première et seule sources des devises pour l’Algérie.

Mourad Khaldi joue depuis plusieurs mois « l’espion » et « détourne » au profit de plusieurs clans influents au sein du pouvoir algérien des informations confidentielles et hyper-sensibles relatives aux grosses affaires du secteur de l’Energie. En contrepartie de ce travail indélicat, Mourad Khaldi obtient la protection de plusieurs hauts responsables de l’Etat algérien. Ce qui lui permet de conserver son poste et ses privilèges alors qu’il n’a aucune expérience ni la moindre compétence en matière de sécurité. Cet homme qui se fait appeler « Colonel » n’a, en réalité, aucun lien avec l’institution militaire ou sécuritaire. Il bluffe régulièrement ses collaborateurs et le cabinet des ministres de l’Energie successifs en leur faisant croire qu’il est l’interlocuteur permanent des services secrets ou de certains généraux influents de l’institution sécuritaire. Algérie Part a publié de nombreuses informations sur les incartades de Mourad Khaldi.

Mais cette fois-ci, ce « faux colonel » a été embrigadé par d’obscurs relais au sein des services de sécurité dans « une sale guerre » contre le général Achour et certains de ses officiers. A la veille des promotions de carrière des personnels militaires qui seront annoncés comme le veut la tradition en Algérie à la veille de la célébration du 59e anniversaire de l’indépendance du pays le 5 juillet prochain, une véritable guerre de clans divisent le sérail algérien et l’actuel numéro 2 de la DGSI est annoncé comme l’un des principaux futurs bénéficiaires des opportunités de progresser dans leurs fonctions et dans la chaine hiérarchique. Ce qui dérange énormément plusieurs autres clans qui parrainent d’autres concurrents au général Achour.

Le ministère de l’Energie, département régalien en Algérie, s’est retrouvé ainsi embourbé dans ces histoires de luttes intestines pour des ambitions carriéristes. C’est une dérive très inquiétante qui relance plus que jamais le débat sur la pertinence de maintenir encore certains hauts cadres de ce ministère dans leurs fonctions.

4 COMMENTS

  1. Dans une vrai democratie ont a pas besoins d’un vrai general qui propulse un faux colonel pour essayer de demonter, que le vrai est faux et le faux est vrai! C’est le pays ou il n’y a que les vrais parasites sanguinaire qui squattent les positions decisionels.

  2. Tu veux dire que le « pouvoir » est à l’image du peuple avec ses cachiristes qui soutiennent la junte en faisant mine de mettre de la nuance?
    Faux algériens vrais harkis….

  3. Ces luttes intestines des clans de la même institution qu’on n’a jamais cessé de nous présenter comme la seule qui fonctionne dans le pays, sonnent comme le début de la fin d’une Algérie abimée qui n’attend que son implosion !
    Voilà, à quoi conduit le mélange des genres !!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Quatrième record à la baisse pour le dinar algérien en moins de deux mois face au dollar américain

La dégringolade du dinar algérien se poursuit sur le marché des changes. La monnaie algérienne vient d'enregistrer hier lundi...

Confidentiel. Gravement malade, le général-major Mahfoud travaille à peine deux heures par jour : le renseignement extérieur algérien pris en otage par l’état de...

C'est une situation totalement inédite qui suscite de très vives inquiétudes au sein du régime algérien. Au moment où...

Des avocats algériens déposent plainte contre Zeghmati pour « Tortures, Tentative d’homicide volontaire et Usurpation de fonction ministérielle »

Des avocats algériens ont déposé auprès de la Cour Suprême une plainte contre l'ex-ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati....

Une étude mondiale démontre l’impact des problèmes politiques et économiques sur la santé émotionnelle des Algériens

Les turbulences politiques et économiques ont un impact important sur la santé émotionnelle et le bien-être de la population...

Emmanuel Macron demande pardon aux Harkis

Le Président français Emmanuel Macron a demandé officiellement ce lundi 20 septembre pardon aux Harkis, ses anciens combattants -ou leurs...

Conséquences économiques de la COVID-19 : En 2020, au moins 60 % des Algériens ont cessé temporairement de travailler et plus de 51 %...

La pandémie de la COVID-19 a produit des conséquences économiques et financières désastreuses en Algérie. Les travailleurs et les...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you