Le grand déballage de Bounouira :une onde de choc et un coup dur pour les autorités algériennes

6
1686

Depuis les premières heures de la matinée de ce lundi 10 janvier 2022, il n’y a qu’un seul sujet qui revient sur toutes les lèvres en Algérie : l’incroyable et inédit grand déballage de Guermit Bounouira, ancien secrétaire particulier du défunt chef d’Etat-Major le général Ahmed Gaïd Salah, qui a fait fuiter sur les réseaux sociaux des vidéos filmées depuis la prison militaire de Blida, la prison la plus quadrillée et la plus mieux surveillée de toute l’Algérie. 

Au moins deux vidéos distinctes présentées comme deux parties d’un long et accablant témoignage contre les actuels hauts responsables de l’Armée Algérienne ont été diffusées et partagées massivement depuis hier soir dimanche 9 janvier. Sur Facebook et Youtube, ces deux vidéos ont suscité en un temps record un buzz infini. Selon plusieurs sources sécuritaires contactées par Algérie Part, ces vidéos ont été bel et bien authentifiées et il s’agit réellement de l’ancienne «boîte noire» de Gaïd Salah, l’adjudant-chef Guermit Bounouira, qui parle depuis sa cellule de la prison militaire de Blida où il explique les raisons qui le pousse à procéder à ce « grand déballage » inédit dans l’histoire contemporaine de l’Algérie.

A ce stade des évènements, une certitude demeure : cette fuite inédite et extravagante a été orchestrée avec la complicité d’un réseau extrême complexe et bien introduit au sein de l’institution militaire algérienne. En clair, ce sont des militaires qui disposent de leurs relais structurés au sein de la prison militaire de Blida qui ont permis à Bounouira d’obtenir une smartphone pour se filmer et retracer tout son témoignage qui colporte de graves accusations de corruption et de complots politiques d’un extrême gravité contre l’actuel patron de l’Etat-Major de l’ANP, Said Chengriha, et l’ensemble des généraux composant son entourage le plus proche et fidèle.

En deuxième lieu, le fil des évènements indique que ce sont des militaires qui ont fait parvenir également ces vidéos à des activistes de l’opposition algérienne établis à l’étranger pour diffuser massivement ces vidéos sur les réseaux sociaux. Ces militaires sont organisés autour d’un réseau qui est structuré autour de valeurs communes, une cause commune et des intérêts communs. Pour infiltrer la prison militaire de Blida et entrer en contact avec son plus célèbre détenu, l’homme qui est l’accusé principal dans le gros scandale actuel traité par la Justice militaire, cela exige des complicités de haut niveau, une discipline, une organisation et un certain machiavélisme dans l’organisation. Ce n’est pas un coup fortuit téléguidé par quelques personnes isolées motivées uniquement par la vengeance personnelle.

Ce grand déballage de Bounouira est en soi un « coup politique » qui modifie radicalement la perception que la population algérienne avait jusque-là de son institution militaire. Une instabilité profonde mine cette institution et le pouvoir de plus en plus étendu de Said Chengriha ne fait plus l’unanimité au sein de l’Armée algérienne. Pis encore, des cercles commencent à s’organiser pour torpiller l’actuel Chef d’Etat-Major et le « renverser ». Oui, le mot est fort, mais c’est bel et bien la réalité qui s’offre à nos yeux. Derrière les discours de solidité, d’unicité et de nationalité prônés par le Haut Commandement de l’Armé algérienne, se cache, en vérité, des schismes, des divisions profondes qui peuvent mener des composantes de l’Armée vers la confrontation fratricide. Ce qui dénote de l’extrême fragilité du pays.

Signalons enfin que le 11 août 2020, le parquet militaire de Blida avait décidé d’engager des poursuites judiciaires pour le chef d’accusation de haute trahison à l’encontre de l’adjudant-chef à la retraite Guermit Bounouira. « Conformément aux dispositions de l’article 11, alinéa 3 du code de procédures pénales, monsieur le Directeur de la justice militaire au ministère de la Défense nationale informe l’opinion publique des poursuites judiciaires engagées par le parquet militaire de Blida pour le chef d’accusation de haute trahison (possession d’informations et de documents secrets pour les remettre à des agents d’un pays étranger), à l’encontre de l’adjudant-chef à la retraite Guermit Bounouira, du commandant Darouiche Hichem, et du général à la retraite Belksir Ghali, conformément à l’article 63, alinéa 2 du Code Pénal », avait précisé à l’époque un communiqué du ministère de la Défense nationale. Selon nos sources, Bounouira risque la peine capitale et c’est, sans doute, pour cette raison qu’il a décidé « de se mettre à table » espérant chambouler totalement les rapports de force au sein de l’Armée pour attirer l’attention sur son « cas désespéré ».

6 COMMENTS

  1. Les mêmes informations ont été publié par les journaux marocains mais il y’a presque 2 ans déjà
    Algériepart est déchu un organe du makhnez mais le problème de Semmar c’est qu’on peut « sourcer » une information
    Et là c’est mot pour mot la même information publié dans le journal du makhnez « le360ma » du 09 aout 2020

    Les généraux Saïd Chengriha et Mohamed Salah Benbichahttps://fr.le360.ma › monde › algerie-comment-les-gen…
    9 août 2020 — Guermit Bounouira, l’ancien secrétaire particulier et homme de confiance du défunt Ahmed Gaïd Salah, était grassement payé par ceux-là mêmes …

  2. On savait depuis l’affaire de Kamel le Bouchi que des hauts gradés algériens sont parmi les plus grands trafiquants de drogues dures dans le monde. Les accusations repetées contre le Maroc et son haschich n’etaient qu’un voile pudique que ces hypocrites agitaient pour masquer l’immensité de leur trafic et crimes. Un trafic aggravé par la production amphétamines ultra nocives tels que le tristement celebre karkoubi qui cause des degats irrémédiables dans le cerveau des jeunes maghrébins. Une preuve de plus de la profonde pourriture du système mafieux du pouvoir algérien.
    De toute evidence, cette fuite est un signe prochaine de la chute du petit Chengrihaillon dans la Tabounie decadente.

  3. au morpion hmarocain axis 7

    ton no-pays est, faut-il encore le rappeler, le 1er producteur et le 1er exportateur de drogues au monde.

    tu ne vas pas nous dire que bouffi sex n’est pas au courant de cette activité criminelle et qu’en plus, il est intéressé puisque d’après le Département d’Etat miricaine le produit de ce trafic procure plus de 25 % du montant du PIB hmarocain.

    Tiens voilà par exemple parmi tant d’autres une info d’un site hmarocain que tu ne peux pas taxer de pro algérien qui détaille l’affaire par hélico. et là aussi, il est incompréhensible qu’un hélico passe sur le territoire du hmaroc sans être identifié ou annoncé, à moins qu’il ait reçu le feu vert des plus hautes autorités de ton no-pays, donc de bouffi sex

    Tu lira, crétin que tu es, d’autres affaires signalées en gras dans le lien.

    https://www.bladi.net/espagne-reseau-drogue-helicoptere,89563.html

    En aparté c’est taboune mok qui est décadent de t’avoir mis au monde sale type

  4. @[email protected] c’est le département américain des drogues ou l’ONUDC qui classent les narco état
    Le premier producteur et premier exportateur de cannabis au monde reste et restera le royaume de Amir El Haschschine et cela dure depuis plusieurs décennies
    Question drogue ou tourisme sexuel, personne ne vous arrive à la cheville…les petits trafiquants algériens c’est des pieds nickelés…momo6 est même plus fort que le défunt Pablo escobar
    Quand à l’intox de ce jour…elle a déjà été publié il y’a 18 mois dans les journaux du makhnez…