L’avenir est en Afrique et l’Algérie ne l’a pas encore compris

4
892

L’une des grandes leçons de cette pandémie de la COVID-19 est la nécessité d’en finir avec la dépendance vis-à-vis des importations de l’étranger pour couvrir les besoins essentiels d’un pays. La souveraineté économique, à savoir réaliser un seul élevé dans l’autosuffisance des peuples en termes de médicaments, de matériaux médicaux et de formation des compétences, est plus que jamais une nécessité absolue pour construire le monde de l’après COVID-19. Et dans ce monde, l’Algérie devra se tourner vers l’Afrique pour réduire l’impact des crises mondialisées sur sa stabilité économique et financière. 

Pour comprendre cette nécessité, d’abord un constat.  La fin de la pandémie et le rééquilibrage du marché ne se traduiront pas nécessairement par des investissements en Afrique, à moins de réformes audacieuses.

Partout dans le monde, la pandémie de Covid-19, ainsi que ses restrictions de voyage et l’effondrement historique des prix du pétrole, retardent des décisions d’investissement finales majeures et des milliards de dollars de capitaux qui étaient censés affluer dans l’industrie énergétique africaine. Mais le Covid-19 en est-il vraiment seul responsable ?

Bien que l’impact de la pandémie de Covid-19 sur le marché pétrolier ait été impitoyable, la dernière réunion des comités d’investissement et de réglementation de la Chambre africaine de l’énergie la semaine dernière a eu tendance à réduire la responsabilité de ces chocs externes pour expliquer le manque d’investissement en Afrique. S’il est clair que 2020 restera l’une des pires années de l’histoire du pétrole et du gaz, la fin de la pandémie et le rééquilibrage du marché ne se traduiront pas nécessairement par des investissements en Afrique, à moins de réformes audacieuses.

Dans une conversation de haut niveau avec René Awambeng, Global Head, Client Relations, Afreximbank; Chijioke Akwukwuma, directeur général / PDG d’Ocean Deep Drilling ESV Nigeria Limited (ODENL); Nicolas Bonnefoy, directeur général, Africa Oil & Gas LTD; Bill Drennen, président et chef de la direction, WTD Resources LLC et Gontse Moseneke, PDG de GAIA Infrastructure Capital, les membres du comité de la Chambre ont souligné la nécessité de s’engager dans des réformes significatives tout en travaillant plus dur pour débloquer les capitaux locaux en Afrique.

D’un point de vue réglementaire, la plupart des juridictions africaines n’étaient déjà pas compétitives pour les investissements pétroliers et gaziers avant la crise actuelle, et étaient en proie à une incertitude politique et à des problèmes liés au caractère sacré des contrats. Si certains pays ont fait des efforts remarquables ces dernières années pour réformer leur législation et sont devenus des juridictions beaucoup plus attrayantes et plus favorables aux entreprises, il reste encore beaucoup à faire pour promouvoir un environnement favorable. Les risques de premier ordre tels que les régimes fiscaux, le caractère sacré des contrats ou la bureaucratie restent les principaux obstacles à l’investissement en Afrique et il est peu probable que les entrées de capitaux reprennent même dans de meilleures conditions de marché, à moins que quelque chose ne soit fait à ce sujet.

De même, un travail substantiel doit être fait pour débloquer les capitaux nationaux et les mécanismes de financement en monnaie locale qui peuvent pleinement exploiter les ressources présentes sur le continent. Les membres du Comité ont convenu qu’il y avait beaucoup de capitaux disponibles pour financer la relance de l’Afrique et lutter contre sa précarité énergétique, de la dette aux capitaux propres, de l’argent commercial à l’argent institutionnel. Cependant, un manque d’engagement, trop peu de renforcement des capacités et une connaissance globalement insuffisante des opportunités et des outils de financement disponibles limitent encore la capacité des investisseurs africains à investir sur leur propre continent.

Une question clé à cet égard concerne l’adoption de normes environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Alors que les investisseurs du monde entier continuent d’embrasser la transition énergétique et d’adopter un contrôle ESG rigoureux dans leurs décisions d’investissement, la nécessité pour les sponsors, développeurs et propriétaires de projets africains d’adhérer à ces normes est urgente s’ils veulent attirer des investisseurs crédibles.

Enfin, le déploiement de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) pourrait être un catalyseur majeur pour les investissements transfrontaliers et la régionalisation du développement énergétique de l’Afrique. Ces possibilités de travailler sur des projets régionaux, en particulier dans les domaines de l’électricité et du gaz, et de tirer parti d’une zone de libre-échange pour créer de nouveaux modèles d’entreprise ne doivent pas être sous-estimées. Une fois de plus, des dialogues plus solides entre les nations africaines, les régulateurs et les investisseurs pourraient aboutir à la mise en place de projets solides qui contribueraient grandement à soutenir la croissance future en Afrique. Et c’est à ce niveau-là que l’Algérie doit intervenir pour dénicher les futures opportunités de croissance économique. Au lieu de continuer à négocier éternellement les prix de livraison de son gaz à l’Espagne ou l’Italie, l’Algérie gagnerait davantage à prospecter au sud, à savoir le prometteur marché africain où la croissance économique est nettement plus solide et où l’urbanisation des villes africaines permet d’augmenter les besoins énergétiques qu’il faut  satisfaire dans les plus brefs délais. Il y a un énorme gâteau en Afrique sub-saharienne, mais l’Algérie n’a pas encore compris que sa part risque d’être subtilisée par d’autres concurrents qui vont gagner beaucoup d’argent en profitant de l’immobilisme et paralysie de l’Algérie sur la scène économique continentale.

4 COMMENTS

  1. Il faut dire a ces dirigeants africains que les dirigeants algériens sont occupés a travailler sur les programmes de l’arnaque ,ils n’ont pas le temps de s’occuper des intérêts de la nation ou bien celui du peuple et ils ont raison car en face d’eux il y a des moutons endormis qui attendent l’ordre pour claquer les mains en échange on va leur baisser le prix de la semoule ,les bananes et les patates ,les moutons ne pensent qu’à leurs ventres.

    • Il est vrai que je connais beaucoup de dirigeants africains qui pensent à leur pays et à leurs peuples avant de penser à eux. Raison pour laquelle tous ces pays africains sont des puissances sauf l’Algerie évidemment.🤭🤭🤭.