L’Algérie a consacré seulement 79 millions d’euros pour acquérir et acheter les vaccins anti-COVID-19

3
1478

En 2021, l’Algérie va consacrer un budget équivalent à 79 millions d’euros pour acquérir et acheter les vaccins anti-COVID-19. C’est un décret présidentiel paru dans le dernier numéro du Journal Officiel qui confirme officiellement cette décision. Il s’agit du décret présidentiel n° 21-143 du 3 Ramadhan 1442 correspondant au 15 avril 2021 portant transfert de crédits au budget de fonctionnement du ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière. 

Ce décret précise qu’il est « ouvert, sur 2021, un crédit de douze milliards sept cent trente-sept millions quatre cent soixante-et-un milles dinars (12.737.461.000 DA), applicable au budget de fonctionnement du ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière et au chapitre n° 44-07 « Contribution exceptionnelle à l’institut Pasteur d’Algérie (IPA) au titre de l’achat pour compte de l’Etat du vaccin anti-COVID-19 ».

L’Algérie consacre ainsi officiellement 12,73 milliards de Da pour acquérir les futurs vaccins indispensables à la protection sanitaire de la population algérienne. Or, il s’agit de l’équivalent de 79 millions d’euros. Une somme qui paraît clairement peu suffisante pour couvrir les véritables besoins du pays en matière de nombre de doses et de vaccins anti-COVID. D’autres pays beaucoup moins peuplés que l’Algérie ont sorti le chéquier pour dépenser des budgets beaucoup plus conséquents en faveur de la vaccination de leur population.

A titre d’exemple, le Maroc a dépensé l’équivalent  de 158 millions d’euros pour acquérir plus de 8 millions de doses de vaccins anti-Covid depuis le début de la crise sanitaire. La France a prévu pour 2021 1,5 milliard d’euros pour les vaccins anti-COVID. En Afrique, un pays comme le Zimbabwe a annoncé qu’il utiliserait les fonds d’un excédent budgétaire de 2020 et réaffecterait une partie du budget de cette année à l’achat des vaccins. Le gouvernement du Zimbabwe a mis de côté 100 millions de dollars pour les vaccins afin d’acheter 20 millions de doses de vaccin pour immuniser 60 % de la population. L’Egypte a prévu en 2021 un budget dépassant les 105 millions d’euros pour acquérir des vaccins anti-COVID et les administrer à la population égyptienne.

Au Nigeria, le ministère des Finances, du Budget et de la Planification nationale a débloqué 10 milliards de nairas (26,27 millions de dollars) pour soutenir la production nationale de vaccins, mais le ministre Zainab Ahmed a déclaré que le budget 2021 ne prévoyait aucune disposition pour financer l’achat de vaccins anti-COVID-19. L’Algérie fait-elle ainsi, comme le Nigeria, le choix de miser sur une production nationale des vaccins pour ne pas dépendre des fournisseurs internationaux et des fluctuations du marché mondial ? Nous répondrons à cette question dans nos prochaines publications.

 

3 COMMENTS

  1. je trouve que c’est trop, il ne doivent consacrer aucun sou pour les vaccins
    c’est un virus qui n’est pas virulent, on peut se soigner avec de la chloroquine, en plus tous les pays qui ont vacciné
    sont dans la merde et ils sont affaibli le système immunitaire de leur peuple.