La France commence à appliquer ses sanctions contre l’Algérie et divise par deux le nombre de visas délivrés aux Algériens

9
1873

Emmanuel Macron est très en colère contre les autorités algériennes. Et cette fois-ci, il a décidé de passer à l’acte en décidant d’adopter des sanctions concrètes contre l’Algérie à travers l’arme fatale des visas Schengen. Ce mardi 28 septembre, la radio française Europe 1 nous apprend que le nombre des visas délivrés aux Algériens a été divisé par deux. 

Cette sanction a été décidée à la suite du refus obstiné de l’Algérie à reprendre ses citoyens arrêtés en France pour des séjours irréguliers sur le territoire français. Tout comme l’Algérie, la France a adopté les mêmes sanctions à l’encontre du Maroc et de la Tunisie, deux autres pays du Maghreb qui refusent de collaborer activement dans le processus des expulsions des migrants illégaux ou clandestins interpellés par la Police française.

« Après avoir tenté plusieurs approches, le dialogue, le conditionnement des aides au développement, et enfin les menaces, l’exécutif est finalement passé aux sanctions », révèle ainsi ce mardi la radio française Europe 1, l’une des radios les plus populaires et suivies de France.

« Une décision prise secrètement il y a tout juste un mois, à bas bruit. Le chef de l’Etat a décidé de diviser par deux le nombre de visas délivrés pour l’Algérie et le Maroc, et de 30% pour la Tunisie, en prenant 2020 comme année de référence. Car ces trois pays ne jouent pas le jeu et refusent en réalité ce qu’ils considèrent être un chantage de Paris », indique ainsi la même source.

« Emmanuel Macron a donc demandé aux services consulaires du Quai d’Orsay de délivrer pour les 6 prochains mois, 31.500 visas maximum, soit une division par deux », révèle encore Europe 1 selon laquelle sur les 6 premiers mois de l’année 2020, environ 63.000 visas ont été délivrés, pour 96.000 demandes, soit un taux de délivrance de 65% alors que les frontières étaient officiellement fermées pour des raisons liées aux restrictions sanitaires imposées dans le cadre de la lutte contre la COVID-19. En 2019,  275. 000 visas Schengen ont été accordés par l’Ambassade de France et ses divers consulats en Algérie. Un record.

Europe 1 nous apprend aussi que de nombreuses expulsions vers l’Algérie n’ont pas pu se faire depuis le début de l’année 2021 en raison de l’obstination des autorités algériennes et de leur refus de collaborer positivement dans ce dossier.  « Dans le cas de l’Algérie, entre janvier et juillet 2021, la justice française a en effet ordonné 7731 obligations de quitter le territoire français et seulement 22 sont repartis chez eux, soit à peine plus de 0.2% », explique ainsi la radio Française.

« Et ce constat s’explique notamment par le fait que l’Algérie refuse de délivrer des laissez-passer consulaires, un document sans quoi une expulsion ne peut pas être exécutée. Cette année sur les 8000 demandes faites par Paris seule une vingtaine a été obtenue. Un chiffre qui a fait bondir Emmanuel Macron à plusieurs conseils de défense cet été », souligne-t-elle encore.

Pour rappel, Algérie Part avait révélé le 25 septembre dernier que le sujet de l’expulsion des migrants clandestins arrêtés sur le territoire français est devenue une véritable pomme de discorde entre l’Algérie et la France. Une crise majeure au niveau des relations bilatérales entre les deux pays a failli se produire au cours de l’été dernier car la France réclamait avec insistance plus  à l’Algérie des facilitations dans la délivrance des « laissez-passer consulaires » qui permettent aux migrants algériens arrêtés en situation irrégulière sur le territoire français d’être expulsés vers leur pays. 

Algérie Part avait révélé également que plus de 2500 migrants irréguliers algériens étaient retenus par les autorités françaises qui ne pouvaient pas les expulser faute d’une meilleure coopération de la part des services de l’Ambassade d’Algérie à Paris et des 18 consulats algériens répartis à travers l’ensemble du territoire français.

Nous avions expliqué aussi que face au flagrant manque de réactivité des autorités algériennes, le Premier-ministre français, Jean Castex, a brandi la menace de sanctions sévères qui devaient être communiquées dés la fin de l’été 2021 à Alger. Ces sanctions portaient essentiellement sur un arrêt brutal et sans précédent des délivrances des visas Schengen depuis l’ambassade de France à Alger au profit des hauts responsables de l’Etat algérien, de leurs familles et de plusieurs fonctionnaires algériens. Ensuite, dans une deuxième étape, Jean Castex avait menacé Alger de revoir radicalement les mécanismes d’octroi des visas à tous les ressortissants et demandeurs algériens. En dernière étape, le Premier-ministre français avait envisagé même de geler plusieurs projets de coopération avec l’Algérie pour manifester ouvertement sa colère contre l’attentisme et l’immobilisme des autorités algériennes dans le dossier des délivrances des « laissez-passer consulaires ».

Les tensions ont connu un pic au cours de l’été dernier lorsque les autorités algériennes ont dénoncé le ton menaçant de Jean Castex. Dés son retour à son portefeuille de ministre algérien des Affaires étrangères en juillet 2021, Ramtane Lamamra s’empare du dossier et essaie de calmer la colère des français en entamant plusieurs pourparlers avec son homologue Jean-Yves Le Drian. Mais Jean Castex ne décolère toujours pas et exige des mesures concrètes et non des promesses sans lendemain.

 

Au final, Alger finit par céder aux pressions et ordonne à ses consulats en France de débloquer rapidement les laissez-passer consulaires indispensables pour les opérations d’expulsion des migrants irréguliers arrêtés par la Police française. Mais, pour autant, le dossier n’est pas clos car de nombreux migrants clandestins algériens cachent subtilement leur identité et leurs origines pour éviter toute expulsion. Placés dans des centres de rétention ou sous surveillance policière, ils sont retenus encore en France en attendant que les autorités algériennes puissent vérifier minutieusement leur identité. Ce travail relève de la responsabilité du ministère de l’Intérieur dirigé par Kamel Beldjoud.

Or, les autorités algériennes continuent de ralentir ce processus à travers des lourdeurs bureaucratiques et administratives qui exaspèrent plus que jamais les autorités françaises. C’est ce qui a conduit certainement Emmanuel Macron à prendre ce dossier en main pour adopter des sanctions directes afin de renforcer les pressions exercées sur l’Algérie. C’est dire enfin que les tensions entre les deux pays à cause des problèmes migratoires ne vont certainement pas s’atténuer dans un futur proche.

9 COMMENTS

  1. Encore un effort…, Mémère la France !
    Donner un coup de semonce aux créateurs de « Harragas » c’est bien ;
    mais les dénoncer et les accuser publiquement c’est mieux !
    Mais, le gros dilemme de la France, c’est de dire une chose et de faire
    son contraire ! Ménager la chèvre et le choux, quoi !

  2. Lorsqu’un imbécile parle, il vaut mieux ne pas y prêter attention.

    La France, tout comme les pays européens, les USA, l’Australie, la Nouvelle Zélande, bref tous les pays développés attirent des individus qui vivent ailleurs dans le monde très souvent dans la misère et la mal vie.

    Au Texas, des citoyens mexicains sont expulsés manu militari vers leur pays. Il ne faut pas s’étonner de voir la France agir de même par coercition au vu de la lenteur des pays réservoirs.

    Je remarque que dans cet article, une nouvelle fois, l’Algérie est mise en exergue alors qu’elle n’est pas la seule dans ce cas. Les citoyens de ces pays vivent aussi dans des conditions limites et faut reconnaître par honnêteté que certains de ces individus ne veulent rien faire chez eux et préfèrent aller au péril de leur vie vers ce supposé Eldorado qui ne veut plus et peut plus les accueillir.

    18 % de la population française vit sous le seuil de pauvreté et le minimum monétaire doit être de 1100 € pour vivoter. C’est là le problème car ces gens là, qui sont soit au chômage, soit des clandestins ou même des résidents formalisés n’arrivent pas à subsister à ce seuil monétaire, vu la cherté de la vie qui est générale au monde entier et qui risque de s’amplifier dans un avenir proche.

    Ceux qui croient qu’avec un RSA ou ce genre d’assistanat vont s’en sortir se trompent lourdement. Il faut dire que des crétins, ici même n’arrêtent pas d’évoquer cet RSA comme la panacée, prouvant ainsi que leurs connaissances sont celles des cafés de commerce et plus encore soit de concierges, soit de bouseux qui en veulent à leur condition humaine misérable.

  3. Ya vaginlisse l’érudit !
    Toi tu es Ariace !!!
    En France, il y’a me semble t’il avec le RSA, les allocations familiales, les allocations logements, le chèque énergie, la cmu, le chèque transport et bien d’autres choses. Donc quand ne sais pas on ferme sa gueule.
    Tu es un vrai tahane ou ferhane vivant à quatre pattes devant les grabataires de la junte.
    Quant à l’anjiri ne se soumet à personne, c’est une excellente nouvelle, bien que tout le monde sait que l’anjiri est toujours Française et que la France n’a jamais quitté l’anjiri.
    Mais bon quant on est un idiot généralement on le reste à Vie.

  4. C’est l’Evangile selon saint Vangelis, défenseur des oppresseurs !

    Il excelle dans les généralités, du style « s’ils ne trouvent pas de pain, qu’ils mangent de la brioche » !
    Il n’est pas au courant de la terre brûlée et les occupants avec en Kabylie, il prend de la hauteur, pour lui,
    ce n’est qu’un fait divers !
    Des dizaines ou des centaines, voire plus, de structures économiques en faillites et les gens mis au chômage sans aides, pour lui, c’est une vue de l’esprit !
    Pour des gens jetés en taules sans jugements, détruisant leurs échos systèmes familiaux, sans songer aux conséquences économiques et sociales qu’ils engendrent, c’est aussi une autre vue de l’esprit, on peut continuer comme ça l’énumération longtemps…
    Habituellement ce doubad est spécialiste des panégyriques des nezzar sur l’autre ap. A présent, il est affecté ici pour voler bas en escadrilles avec dey el kelb, zakaroquia et l’imam-pmu. Oiseaux de mauvaises augures, va !

  5. Vangelis : la,différence entre les pays pauvres que tu évoques et l’Algérie ! C’est que l’Algérie est un pays riche en matières premières ! Normalement, si c’était bien géré l’Algérie ne serait dans une telle situation économico-sociale !

  6. L’anjiri doit faire preuve de fermeté et appliquer la réciprocité.
    L’anjiri doit renvoyer tous les clandestins Français manu Militari.
    Cette junte est devenue comme les vielles putes édentée, qui n’aguiche plus les passants.
    Ils sont devenus comme les pleureuses que l’ont sort depuis boukharouba le chien, ils passent leurs temps à accuser la planète entière, parce qu’ils sont convaincus qu’ils sont des lumières, alors que le monde sait que eux et leurs sbires ne sont que des déjections que l’on ne peut même pas utiliser en engrais tellement ils sont néfastes.

  7. marochiens! a la niche même vos maîtres ne veulent plus devous
    ni l’espagne ni l’allemagne
    on vous a enfermé comme des bêtes puantes bientôt on va construire une barrière comme TRUMP pour ne plus vous entendre
    restez chez vous !