A la une La Décision d'Abdelmadjid Tebboune qui Empêche Air Algérie de...

La Décision d’Abdelmadjid Tebboune qui Empêche Air Algérie de Décoller !

-

Le Ministre des Travaux Publics et Ministre des Transports par intérim, Farouk Chiali, a nommé Amine Debaghine Mesroua nouveau Président-Directeur Général (PDG) par intérim de la campagne aérienne Air Algérie.

Jusque-là, Amine Debaghine Mesroua était conseiller du PDG d’Air Algérie, Bekhouche Allache, relevé de ses fonctions samedi 9 janvier, par le Chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune.

Amine Mesroua, est né le 16 avril 1961 (59 ans) à Tlemcen. Après avoir fréquenté le Lycée du Docteur Benzerdjeb à Tlemcen entre 1977 et 1980, il aurait rejoint l’Université d’Essenia à Oran.

Selon son profil public sur un site spécialisé, Mesroua aurait obtenu sa licence de transport aérien JAA ATPL au sein du centre de formation oxford à Londres entre 1986 et 1987. Après cela il déclare sur son profil LinkedIn avoir rejoint l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile (ENAC) à Toulouse, y obtenant une maitrise en transport aérien, entre 1998 et 1999 !

Or selon des informations publiées aujourd’hui, l’actuel PDG d’Air Algérie par Intérim aurait en fait obtenu un diplôme d’ingénieur des travaux publics, promotion 1982. Surprenant que Mesroua ait pu obtenir un diplôme d’ingénieur en 2 ans et surtout n’en avoir pas fait cas dans son parcours sur le réseau social professionnel !

Ce qui est par contre sûr et vérifié, est que M. Mesroua a été chargé de mission au sein de l’Entreprise Nationale de la Navigation Aérienne (ENNA). A ce titre il avait présidé, en sa qualité de représentant de l’Algérie, une réunion de Planification Opérationnelle d’Aérodrome organisée par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), qui s’était s’est tenue du 11 au 13 Mai 2005 à Nairobi au Kenya.

Expert international en aviation civile selon sa biographie, Amine Debaghine Mesroua a été le représentant de l’Algérie et du Maghreb au conseil de l’organisation de l’aviation civile internationale (OACI) entre 2016 et 2019 au Canada.

Son rôle y a été de porter la voix de l’Algérie dans le domaine du transport aérien en tant qu’État signataire de la Convention de Chicago, et à participer à l’étude des innovations en matière de politique et de normalisation du transport aérien.

C’est donc à une personne qui n’a jamais géré une entreprise, et qui n’a aucune qualification pour cette mission, qu’on confie la délicate mission d’assurer l’intérim de la Compagnie aérienne battant pavillon national, qui non seulement accuse un manque à gagner dépassant les 80 Milliards de Dinars à fin décembre 2020, mais vient d’être classée par le site spécialisé classement « Airline Ratings » parmi les compagnies les moins sûres au monde !

Certaines sources nous expliquent que ce choix a été conseillé au Président par Farouk Chiali, le nouveau Ministre des Transports par Intérim. Amine Debaghine Mesroua et lui seraient proches et tous deux originaires de la ville de Tlemcen…

Il y a quelques jours, précisément le 21 Décembre 2020, M.Mesroua avait publié une contribution sur le journal Liberté ou il donnait des solutions à la sortie de crise dans le secteur aérien induite par le Covid-19.

Amine Debaghine Mesroua – PDG par Intérim Air Algérie

Pour sortir de cette crise, écrit-il, il serait nécessaire de renforcer l’engagement en matière de sécurité, réparer des finances brisées des acteurs de l’aérien et surtout rouvrir les frontières.

Pour Mesroua, la lutte contre le virus, « ne signifie pas nécessairement détruire l’aviation, risquer des millions d’emplois, paralyser les économies et déchirer le tissu social international. »

Pour lui, les frontières peuvent être ouvertes en toute sécurité aujourd’hui, grâce au recours à des tests Covid-19 systématiques, que cela soit le PCR ou le test rapide antigénique.

L’expert international en aviation civile affirme par ailleurs, qu’il serait urgent de soutenir financièrement le secteur de l’aviation car, selon lui, il sert non seulement les compagnies aériennes, mais également l’ensemble de l’économie.

Mais là ou il surprend, c’est quand il affirme que ce soutien financier supplémentaire est nécessaire, mais ne doit pas augmenter la dette des compagnies aériennes. Une demande claire de subvention !

Celui qui vient de prendre la tête d’Air Algérie a donc informé de manière subliminale le gouvernement, que sans le secteur aérien, l’économie ne pourrait reprendre, et qu’il fallait donc ouvrir les frontières, mais surtout injecter de l’argent, beaucoup d’argent pour soutenir les compagnies aériennes !

Au final donc, il ne pense rien changer et espère que le trésor public continuera à renflouer les caisses d’Air Algérie comme il le fait depuis toujours…

Au lieu d’innover, de briller par de l’originalité dans les solutions à trouver, et faire montre de courage et de bon sens pour assainir la compagnie aérienne avec son sureffectif et ses pistonnés par exemple, ou en repensant sa stratégie et adapter sa gestion pour une meilleure efficience, le nouveau patron d’Air Algérie pense que c’est aux Etats et aux fournisseurs de se démener pour sauver la filière.

Comment s’expliquer dès lors qu’on ait pu nommer cette personne à la tête d’Air Algérie, malgré ses faibles ambitions affichées sur les médias, alors que le Président de la République vient tout juste de dégommer son prédécesseur, pour ne pas avoir tenu compte du contexte économique national et des orientations financières visant la gestion rationnelle des devises !

N’y a-t-il plus de cadres de haut niveau et de véritables gestionnaires en Algérie ? va-t-on continuer à les marginaliser et les bloquer à des postes non stratégiques, quand ils ne sont pas tout simplement évincés pour des raisons de politique clanique qu’échafaudent des responsables inaptes ?

Rappelons que de tous ceux qui se sont succédés à la tête d’Air Algérie, le seul à avoir obtenu des résultats financiers positifs, était Mohamed Abdou Bouderbala, mais sa volonté de faire évoluer l’entreprise aurait, nous dit-on, rencontré une farouche opposition de ceux qui ont fait de la compagnie aérienne nationale leur chasse gardée.

A l’heure ou l’Algérie traverse une grave crise multidimensionnelle, Abdelmadjid Tebboune continue de naviguer à vue et, à cause de l’abyssale ignorance de son exécutif, condamne de facto Air Algérie au crash. Et probablement tout le Pays avec.

Pauvre Algérie…

13 COMMENTS

  1. Le problème de la nomination a des postes de hauts fonctionnaires a la tête d’entreprises ou d’institutions ne se résoudra que si on adopte le principe de concours d’accès a ces postes. Ces concours consistent en la fourniture d’un dossier de candidature comprenant un exposé du projet du postulant pour une stratégie de gestion optimale de l’entreprise et de son rayonnement.

  2. Bouderbala né au Maroc et d’origine marocaine était un des milliers de hauts cadres nommés par les bouteflika sur le seul critère d’être né dans le triangle Oujda Tlemcen Nedroma….

    Ça me rappelle les pires années de l’Algérie qui ont vu le pays devenir ce qu’il est actuellement : un fiasco VOULU par La clique des Tlemcano marocains de Boutesrika le chien

  3. ….Heureuse Algérie !….tu te diriges vers plus de bonheur et de bonne gouvernance !…. PAUVRE ZAMARA !… Lui il persiste a combattre le vent !…. il fait semblant d’ignorer que l’ancien système régi par ses cousins est en phase finale de démantèlement !….Allez Zemara !… tires encore à vue !….profites-en !… pendant que les patriotes sont occupés à nettoyer la galère !…. on sait bien que la mission qui t’est confiée est de pousser à l’affrontement entre kabyles et non-kabyles!….tu es appuyé par des bâtards agents du franco-sionisme qui squattent honteusement ton espace de discussions !

  4. Amine Debaghine ? Humm …. il fait partie de la famille « revolutionnaire » ! Son pere etait quelque chose dans le FLN d’avant . C’est peut etre sa seule « qualification « . Pauvre bled. On n’as pas fini de recycler le systeme de pere en fils et fille.

  5. Excusez -moi mais le problème ne concerne pas seulement Air Algérie, mais toute la classe dirigeante , à votre avis comment avoir un chef d’entreprise compétent si celui-ci qui le nomme l’ai encore moins ? C’est l’éternel recommencement depuis 1962 ,est ça ne va s’arrêter de sitôt. « C’est le serpent qui se mord la queue «  pauvre Algérie et pauvre de nous , verrons un jour la lumière ?

  6. C’est quoi ce mépris. Je vous rappelle que le général Giap, il est le seul général ayant vaincu à la fois l’armée française et l’armée américaine au cours de sa vie, n’a que le niveau primaire et n’a jamais dirigé quoique ce soit de sa vie.
    Ce n’est pas les diplômes qui font de vous forcément un bon gestionnaire et le fait d’avoir dirigé plusieurs sociétés ne fera de vous le meilleur manager.
    Pour moi cet article est le reflet du mépris de classes que nous avons en Algérie.
    Nous voulons une Algérie libre mais les Algérois continuent à se foutre de la gueule des habitants de Médéa.
    Nous avons les dirigeants que nous méritons.

  7. Vous décrédibilise le sieur parceque il est diplômé en bâtiment en 1982 ??
    Mais 38 ans c’est toute une vie !!
    Churchill était maçon, Bérégovoy autodidacte, au-lendemain des attentats du 11/09 à Manhattan les dirigeants de la site qui dirige le monde fesaient la queu pour embauche, pour la simple raison qu’ils sont arrivés au sommet par le mérite et non pas par les diplômes.
    Le diplôme c’est bien, le merite c’est mieux le diplôme et le mérite c’est encore mieux.
    Le bonhomme n’a même pas chauffé son siège, il devient un homme à abattre !!
    Mais c’est quoi cette mentalité nihiliste, jugée les gens sur de faits et des pièces, thika fi al wathika est votre slogan n’est ce pas ??
    Mais c’est normal vous n’avez jamais travaillez de votre vie, se cacher deriere un écran et faire des procès d’intentions c’est trop trop facile !!

  8. @Daya le proverbe dit: les chiens ne font pas des chats , en espérant pour nôtre pays que la génération qui arrive ne soit pas dans ce cas.

  9. @dzman
    tu es vraiment tres selectif au sujet du general Giap !
    Le general Giap :
    – n’as jamais insulte les Francais ou Americains mais les as consideres comme des ennemis sur le terrain de combat.
    -est rentre chez lui apres la guerre du Vietnam, etant satisfait de son combat de patriote
    -n’as jamais pavoise dans une villa ; il a habite dans une simple maison a la campagne
    -s’est contente de l’argent de sa retraite apres s’etre retire de l’armee.
    -n’as jamais pousse sa famille a s’enrichir illegalement
    -ne s’est jamais soigne a l’etranger , et surtout pas en France ou Etats Unis
    -n’as jamais achete quoi que ce soit en France, Europe ou ailleurs. Pour une chose il n’en avait pas les moyens mais
    surtout son orgueil de vrai patriote ne l’aurait pas emmener sur ce chemin qui sent la trahison.
    -a pousse son pays a fermer les pages de la guerre envers les puissances occidentales : aujourd hui meme les anciens
    militaires americains sont recus a bras ouverts.
    – serait fier que son pays soit devenu une puissance economique en Asie.
    …….

  10. D’anciens camarades de l’ENNA viennent de me briefer relativement au nouveau DG d’Air Algérie.
    Apparemment, et en presque 30 ans de carrière, les seules réalisations de ce monsieur sont d’avoir présidé un sous-groupe de travail AOP (Aerodrome Operations Planning) de l’OACI (Organisation de l’Aviation Civile Internationale) et d’avoir chauffé une chaise auprès de cette même organisation OACI en tant que représentant de la région Maghreb.
    Il m’a été précisé que la présidence du sous-groupe AOP lui avait été imposée par le directeur général de l’ENNA de l’époque, qui n’avait pas d’autre cadre à affecter à cette tâche au moment où le sous-groupe se réunissait. Quant à la représentation auprès de l’OACI, nous savons tous sous quels critères se font les désignations à ce type de poste.
    Je pense que, pour cette fois, Algériepart a bien soulevé un lièvre et il est plutôt dodu.
    Ahmed Reggab

  11. Ahmed ,c’est le même scénario qui est entrain de se dérouler au niveau de sonatrach mais juste un peu de patience et toute ces racailles de pdg et dg finiront espérant en tôle si vraiment notre justice fait son travail.

  12. Erre Algérie est une compagnie très surdimmensionnee en effectif par rapport à sa flotte…Un réajustement est nécessaire avec une filialisation à l’intérieur et à l’international avec un regroupement avec d’autres compagnies aériennes étrangères…Un nettoyage des agences intérieures et à l’étranger…A conditions que l’espace et le marché de l’aviation soit ouvert à la concurrence… Pour rendre le transport aérien populaire, l’Algérie est un continent….

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Le déclin des hydrocarbures illustré par la chute de l’activité de l’exploration et forage pétrolier en Algérie

L'activité de l'exploration de nouveaux gisements et du forage pétrolier pour améliorer le rendement des champs en activité est...

6,5 millions de travailleurs algériens ne peuvent pas se nourrir correctement et payer un loyer à chaque fin de mois

Récemment le président de la République,  Abdelmadjid Tebboune, a fait savoir que l'exonération des salaires inférieurs à 30.000 de...

Ghaleb Bencheikh est-il Crédible Pour Parler Au Nom de l’Islam?

Victor Ghaleb Bencheikh est un Franco-Saoudien qui s’annonce Islamologue réformiste et se dit attaché à la séparation du religieux...

Le dinar algérien recule face au dollar au moment où les prix des matières premières agricoles flambent

Le dinar algérien a reculé dangereusement face au dollar américain depuis le début de cette  semaine marquant une nouvelle...

Tribune. Le Hirak ne peut pas être un parti !

Dans le sens où on comprend qu’un parti est une organisation d’un courant politique et parfois idéologique plus ou...

Tribune. « La dernière sortie de notre Président suggère que les portes du dialogue sont définitivement closes en Algérie »

Est-il encore utile d’acculer le régime Algérien d’une quelconque forme que ce soit ? Et bien je ne le...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you