A la une Exclusif. Mali : l'Algérie a exigé le départ définitif...

Exclusif. Mali : l’Algérie a exigé le départ définitif des forces militaires françaises avant de s’engager ensuite sur le terrain

-

L’intervention et l’implication de l’Algérie dans la crise malienne n’est pas une Fake News ni un fantasme exagéré, il s’agit bel et bien d’un dossier qui est sérieusement étudié et négocié depuis plusieurs mois entre Alger et Paris, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations.  

Au cours de ses pourparlers informels et non-officiels, nous retrouvons d’âpres négociations qui tournent autour du rôle que doit jouer l’Algérie à la suite d’un retrait progressif des forces militaires françaises du territoire malien. Or, ces négociations buttent sur le calendrier précis devant régir le départ des troupes françaises et la nature de la coopération militaire qui doit naitre ensuite entre la France et l’Algérie dans le dossier malien. En clair, les autorités algériennes ne veulent pas envoyer un seul soldat au Mali tant que les forces militaires françaises continuent d’occuper de nombreux sites sur le territoire malien.

En effet, Algérie Part a pu confirmer auprès de plusieurs diplomatiques et sécuritaires concordantes que l’Algérie a, d’abord, exigé le retrait définitif de ses troupes du Mali pour pouvoir ensuite se mettre d’accord sur un plan d’intervention militaire de l’Armée algérienne. Officieusement, l’Algérie ne veut pas s’engager militairement au Mali tant que la France y est encore présente militairement. Ensuite, sur le plan purement politique, des divergences opposent encore l’Algérie à la France.

Le régime algérien veut apporter un soutien absolu à la junte malienne qui avait renversé le président malien en août dernier Ibrahim Boubacar Keïta. Or, cette option ne suscite pas l’enthousiasme de la partie française qui se méfie énormément des intentions malsaines de ce petit groupe des colonels qui avait renversé le 18 août le président Keïta après des mois de contestation dans le pays, en pleine tourmente sécuritaire et politique depuis des années.

D’autre part, un deuxième point renforce les divergences entre Alger et Paris. Le pouvoir algérien veut encourager et appuyer un processus de négociations entre les militaires maliens et les groupes djihadistes armés afin de leur proposer d’abandonner la lutte armée en contrepartie d’une intégration progressive et officielle dans la vie politique du pays. En clair, l’Algérie veut reproduire l’expérience de la Concorde Civile qui a permis à partir de 1999 en Algérie de  réintégrer dans la vie civile ceux qui ont manifesté leur volonté de renoncer à la violence armée et à amnistier ceux qui ont été impliqués dans les réseaux de soutien aux groupes terroristes durant la tragédie nationale de la décennie noire.

L’Algérie veut persuader la junte malienne d’accepter cette feuille de route qui prévoit également l’abandon définitive des poursuites judiciaires et actions militaires contre les groupes islamistes qui déposeraient les armes et renoncent aux crimes de sang, de viols et d’attentats à l’explosif dans les lieux publics. Aux yeux d’Alger, ce processus est le seul qui peut instaurer la paix au Mali notamment dans les régions du Nord sous contrôle de plusieurs mouvements islamistes armés.

Mais cette option effraie énormément la France qui craint l’arrivée aux pouvoirs à Bamako d’extrémistes fanatiques religieux lesquels pourront transformer le Mali en un « Afghanistan »-Bis. Les pourparlers entre l’Algérie et la France bloquent essentiellement sur ces points alimentant une divergence de plus en plus croissante entre Paris et Alger.

Dans ces conditions, un engagement militaire algérien au Mali demeure, pour le moment, encore incertain et très peu probable, assurent nos sources, même si en échange, la France s’engage à débloquer des financements européens pour l’Armée algérienne et des projets de développement au profit de la population algérienne au moment où le pays traverse l’une de ses pires crises financières contemporaines.

Rappelons enfin que la France a annoncé depuis le début du mois de juillet dernier qu’elle maintiendrait entre 2 500 et 3 000 militaires au Sahel, contre environ 5 100 hommes actuellement engagés dans l’opération Barkhane. Les effectifs seront donc quasiment réduits de moitié.

La reconfiguration du dispositif militaire français devait se traduire par la fermeture prochaine des bases françaises dans le nord du Mali, notamment celles de Kidal et Tombouctou. « Ces fermetures s’étaleront sur le second semestre de l’année 2021 et seront achevées d’ici au début de l’année 2022 », avait précisé le président français Emmanuel Macron le 9 juillet dernier à l’issue de discussions avec les dirigeants du G5 Sahel (Niger, Mauritanie, Mali, Burkina Faso et le Tchad.

Parallèlement, le commandement opérationnel des forces françaises sera progressivement transféré du quartier général malien de la force Barkhane à Gao à Niamey, la capitale du Niger, d’où sera notamment coordonnée l’action de la task force européenne Takuba « dans un périmètre élargi ». « La France maintiendra au sein de Takuba une contribution significative », avait ajouté enfin le président français.

14 COMMENTS

  1. Toujours du Khouroutou
    L’Algérie n’a pas a discuté avec la France mais avec ses voisins, c’est eux les concernés
    Sinon, pour ta gouverne, le nouveau pouvoir en place négocie avec le groupe russe Wagner (présent en Libye, au Soudan, en Centrafrique entre autres) pour l’envoie de Mille mercenaires russes ( Poutine doit être content de damer encore le pion à La France et l’UE)

  2. Balou 15 septembre 2021 At 13 h 56 min
    Ah lala… alors que le peuple fait le pied de grue chaque jour que dieu fait avec un jerricane pour
    avoir de quoi étancher sa soif .. et voilà que nos pauvres soldats vont devoir aller se battre contre
    des barbus assoiffés de sang.. que ferait pas la junte
    en quête de reconnaissance internationale.
    Un dicton kabyle dit :
    l’escargot ne peut pas se prendre en charge, il s’est mis sa coquille sur son dot.

  3. Juste un petit rappel … Quand Macron a déclaré
    “je vais tout faire pour aider le président
    ”… à votre avis il voulait dire quoi par cette phrase ? En gros je vais lui refiler le bourbier du Mali tout en gardant un œil 👁.
    il faut absolument avoir cette phrase à l’esprit
    Je vais tout faire pour aider Tebboune et non pas je vais tout faire pour aider l’Algérie… c’est gagnant gagnant.. Macron retirent ses soldats et la junte gagne une reconnaissance internationale.

  4. Avec tous les discours sur la France neocoloniale au sujet de sa présence en Afrique (Barkhane) ! L’Algérie (la voix des peuples opprimés) prend le relais des impérialistes tant decries !

  5. l’Algérie n’enverra jamais ses troupes au Mali ou ailleurs, ce n’est que du cinéma de bla bla et la France ne lâchera jamais le Mali ni le Niger pour la richesse de leurs sous sol ,en plus la France a investie trop d’argent dans ces pays, ce que veut la France c’est que l’Algérie envoie quelques troupes algériennes pour l’aider en remplacement de quelques militaires français .

  6. Quand un pays veut jouer au sauveur dans un autre pays, la guerre civile n’est pas loin !
    S’en mettre une 2è de guerre civile sur le dos, alors que la nôtre de guerre civile, n’est toujours
    pas terminée, ça craint !!!
    Si j’étais président, je choisirai d’abord de balayer devant ma porte, avant de songer à exporter
    mon savoir faire (peut-être inadapté pour les autres) d’homme de ménage, à l’étranger !

  7. 14/09/2021 – 18:43 selon un journal international

    Avec le président Abdelmadjid Tebboune, l’Algérie est-elle de retour au Sahel À partir de janvier 2020, le président Abdelmadjid Tebboune, qui veut surtout s’inscrire en porte-à-faux par rapport à son prédécesseur, s’active pour faire revenir l’Algérie sur la scène internationale, à commencer par son environnement immédiat au Sahel et en Libye. On observe aussi un fort rapprochement de l’Algérie avec le Niger, qui va abriter à Niamey le siège de Takouba (le nouveau dispositif militaire qui prend la relève de Barkhane).

    En décembre 2020, le président Tebboune modifie la Constitution. Alors que l’Algérie s’interdisait toute intervention militaire extérieure, le président intègre deux nouveaux articles dans la Constitution : l’article 91 et l’article 31. L’article 91 dit en substance : Le président de la République après accord des deux chambres peut déployer l’armée à l’étranger », et l’article 31 dit que l’armée peut participer dans le cadre de mission de la paix, à des opérations de l’ONU, de la Ligue arabe et de l’Union africaine. Un changement qui va susciter beaucoup d’interrogations à l’extérieur et beaucoup de spéculations sur une possible intervention de l’armée algérienne.

    Tout a change Cependant, en mars 2021, le président affirme que l’armée ne va pas intervenir. Il dit alors dans une communication : « Je n’ai pas envie d’envoyer les enfants du peuple se faire tuer pour les autres », et dans une référence à l’Occident, il laisse entendre : « Nous n’irons pas remplacer les Français au Sahel. »En juin, le ton change. Le président Tebboune fait une nouvelle communication à l’occasion d’une interview du journal Le Point dans laquelle il déclare que « l’Algérie ne laissera pas le Mali devenir un sanctuaire pour les jihadistes », et précise :

    « Nous pensons que la résolution du conflit ne peut se faire que dans le cadre des accords d’Alger », confirmant l’option de la solution politique. Toutefois, à la question : « L’Algérie va-t-elle intervenir militairement ? », le président répond : « On n’en est pas encore là pour l’instant. » Donc l’Algérie ne compte pas intervenir militairement mais ne l’exclut pas si la situation l’exigeait.L’Algérie est donc bien de retour et elle entend prendre toute sa part dans la résolution du conflit au Sahel

    Le sujet Afrique dans les relations franco-russes est un sujet toxique

    les mercenaires russes du groupe Wagner bientôt présents dans le pays?Le groupe Wagner serait payé six milliards de francs CFA – plus de neuf millions d’euros – par mois pour former des militaires maliens et assurer la protection de certains hauts dirigeants. Pas de participation directe au combat contre les groupes terroristes

    On trouve toujours de l’argent pour faire la guerre

    La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. Paul Valery

  8. Y’en a qui vivent en France et qui passent leurs journées à profiter du social de ce pays.
    Et en parallèle ils crachent leurs venins sur leurs mains nourricières.
    Ces gens là ne sont juste que de vrais beaux enculés, car ils n’ont même la reconnaissance du ventre, donc zemour et le Pen ont mille fois raison.

  9. L’Algérie a exigé non c’est tebob et son chenlefouha qui veulent jouer à la grenouille qui veut se faire aussi grosse qu’un bœuf, ils assument pas leur propre pays et cherchent à assumer ailleur, c’est comme celui qui a peter en portant une chèvre et demande qu’on lui rajoute un bouc.inateze mekome ya rekhas.

  10. Pour les frères qui n’ont pas compris le post. Le grand fils de pute défenseur de la junte suceur de la CAF et des services sociaux, crachant à longueur de journées sur les juifs et sur les Kabyles, et la France s’appelle ZAKAKHRA.
    j’attends toujours sa plainte à ce fils de harki indigne de prononcer même le mot Algérie.
    Un vrai tahan, pédéraste,fils de harkis, que même les Français rejette, mais tant que le RSA est versé il est content. La nif, ni rien du tout. Un fils de pute, défenseur de la junte et DE tous ces abus. En definitif vivement zemour ou Marine, pour envoyer tous ces posts que je compile soigneusement.
    In3al din rabak ya kelb, et je te mets au défi de m’attaquer en justice avec tes associations d’enculé.
    Tfouhhhhhh ya rkhiss fils de rkhiss.

  11. Frère AMARA,
    C’est une grosse pute de la junte qui crache sur tout le monde. Il devait déposer plainte contre moi, j’attends cela avec plaisir, car je jure sur ce qui m’est le plus cher que je vais lui enlever son pantalon.
    Il croit qu’il va faire peur à un KABYLE ce fils de pute. Il croit qu’il est chez ses chikours.
    Moi je sais que l’Algérie tant que cette bande de bâtards est là, je ne pourrai jamais y retourner, mais ces enculés qui croient que l’on va se taire pour faire plaisir à leurs batards de Tebtoub et Chengriha, ils se trompent lourdement.
    Thanmirthik et nous serons toujours debout.

  12. Article Bidon , pauvre ignorant, la Russie a déployé secrètement depuis des mois des commandos du groupant Wagner en appuis au force malienne pour chasser les troupes françaises, maintenant il existe une étroite coordination entre l’Algérie et la Russie afin d’aider le Mali à restructurer son armée .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Des pluies diluviennes sèment la panique à Alger et d’autres villes du nord du pays

Des pluies diluviennes s'abattent depuis ce mardi matin sur la Capitale Alger et plusieurs autres villes du nord du...

Quatrième record à la baisse pour le dinar algérien en moins de deux mois face au dollar américain

La dégringolade du dinar algérien se poursuit sur le marché des changes. La monnaie algérienne vient d'enregistrer hier lundi...

Confidentiel. Gravement malade, le général-major Mahfoud travaille à peine deux heures par jour : le renseignement extérieur algérien pris en otage par l’état de...

C'est une situation totalement inédite qui suscite de très vives inquiétudes au sein du régime algérien. Au moment où...

Des avocats algériens déposent plainte contre Zeghmati pour « Tortures, Tentative d’homicide volontaire et Usurpation de fonction ministérielle »

Des avocats algériens ont déposé auprès de la Cour Suprême une plainte contre l'ex-ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati....

Une étude mondiale démontre l’impact des problèmes politiques et économiques sur la santé émotionnelle des Algériens

Les turbulences politiques et économiques ont un impact important sur la santé émotionnelle et le bien-être de la population...

Emmanuel Macron demande pardon aux Harkis

Le Président français Emmanuel Macron a demandé officiellement ce lundi 20 septembre pardon aux Harkis, ses anciens combattants -ou leurs...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you