A la une Exclusif. Le pouvoir algérien veut organiser des élections législatives...

Exclusif. Le pouvoir algérien veut organiser des élections législatives anticipées avant le printemps 2020

-

Le pouvoir algérien algérien envisage d’organiser des élections législatives anticipées pour justifier la dissolution de l’actuel parlement hérité de l’ère Bouteflika, a-t-on appris au cours de nos investigations. Une feuille de route politique a été tracée pour changer le visage de toutes les institutions politiques du pays afin de donner aux algériens et algériennes une véritable impression que le réel changement politique est en cours dans le pays. 

Et pour ce faire, les autorités algériennes n’attendront pas jusqu’à mai 2022 pour changer de parlement. Dés la désignation d’un nouveau Président de la République à la suite du scrutin présidentiel du 12 décembre prochain, il sera procédé à la dissolution de l’actuel parlement qui cristallise toute l’illégitimité du système politique algérien.

Ainsi, la feuille de route qui a été dessinée par les officines du régime algérien prévoit la possibilité que le nouveau Chef d’Etat puisse prendre une décision stratégique dés le mois de février 2020. C’est, effectivement, à ce moment-là que le futur Président de la République dissoudra l’actuel parlement et convoquera de nouveau le corps électoral pour organiser des élections législatives anticipées au cours du printemps, à savoir le mois de mars ou avril 2020. L’objectif est de se doter d’un nouveau parlement entièrement remodelé pour permettre l’émergence de nouvelles forces politiques et de nouvelles personnalités dans l’optique d’opérer une rupture symbolique avec les anciennes institutions du régime Bouteflika.

Le futur Président de la République lancera un processus de dialogue avec les partis et les leaders de l’opposition algérienne pour les convaincre de participer à ce processus consistant à se doter d’un nouveau parlement totalement remanié pour créer une nouvelle vie politique dans le pays. Cependant, la tâche s’annonce ardue et le futur Président de la République souffrira d’un énorme déficit de légitimité en raison du rejet massif de la population algérienne de ces élections présidentielles du 12 décembre. Il sera donc très difficile et complexe de mettre un nouveau parlement « légitime » et « représentatif » qui regroupera des figures crédibles de l’opposition algérienne ou du hirak, le mouvement populaire du 22 février. La feuille de route du régime algérien s’avère ainsi « excentrique ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

L’Algérie est-elle réellement capable d’organiser les Jeux Méditerranéens ?

C'est la question que se pose sérieusement le Comité international des Jeux méditerranéens (CIJM). Cette haute instance dont le...

Nouvelle vague de COVID-19 et nouveau variant dangereux : pourquoi l’Algérie doit cesser de tergiverser et décréter la vaccination obligatoire

Les autorités algériennes sont en train de jouer avec le feu. Et à ce rythme, elles finiront par se...

Confidentiel. Polémique au sein d’Air Algérie : la gratuité des billets d’avion réservée uniquement aux pilotes, stewards ou hôtesses

Une vive polémique a éclaté au sein d'Air Algérie à la suite d'une note émanant le 25 novembre dernier...

L’Etat algérien a enclenché en 2021 le processus d’acquisition de 20 % d’Ooredoo Algérie

Dans la plus grande discrétion et sans faire de bruit ni la moindre annonce aux médias nationaux, l'Etat algérien...

La fraude et l’évasion fiscale ont fait perdre à l’Algérie plus de 467 millions de dollars en 2020

L'Algérie perd un total de 476,57 Millions de dollars US en termes de recettes fiscales et se classe, en...

Tebboune calme le jeu avec la France et s’attend à un « retour à la normale »

Le président Abdelmadjid Tebboune a prédit vendredi "un retour à la normale" des relations avec la France, en pleine...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you