Exclusif. Le demandes des visas pour études en France ont augmenté de plus de 125 % en Algérie !

5
1122
©Tatif/Wostok Press/Maxppp France, Paris 03/03/2019Des centaines de personnes ont manifeste place de la Republique a Paris, contre un 5e mandat du president Algerien Abdelaziz BouteflikaDemonstration in Paris against the 5th term of Abdelaziz Bouteflika 03 March 2019. (MaxPPP TagID: maxnewsworldfour755968.jpg) [Photo via MaxPPP]

C’est un signe qui ne trompe pas. La jeunesse algérienne la plus instruite veut fuir le pays pour bâtir son avenir ailleurs à l’étranger. Preuve en est, le nombre des demandes des visas pour études en France déposées par des étudiants algériens au niveau des consulats français à Alger, Oran ou Annaba a totalement explosé depuis 2015,  a constaté Algérie Part au cours de ses investigations. 

Selon des documents et diverses sources que nous avons pu consulter au cours de notre enquête, le nombre de demandes de visa d’études pour rejoindre les universités françaises a plus que doublé entre 2015 et 2017 en Algérie. Avec une progression de 3% en 2018, cette hausse est exponentielle et démontre que les jeunes étudiants algériens veulent quitter massivement le pays. Il faut savoir qu’entre 2015 et 2017, le nombre des demandes des visas pour études en France a augmenté de plus de 125 % en Algérie. Une augmentation totalement vertigineuse.

En 2018, pas moins de 6341 étudiants algériens ont quitté l’Algérie pour partir étudier en France. Des départs souvent sans retour car de nombreux étudiants algériens changent ensuite leur statut pour s’installer en France et développer leur vie professionnelle dans ce pays européen auquel nous sommes liés par des relations historiques très profondes et complexes à la fois. En 2017, ils étaient au moins 9375 étudiants algériens qui ont rejoint la France après avoir quitté les bancs des universités algériennes.

Et même si les étudiants algériens sont confrontés à un taux de refus élevé, ils ne sont pas pour autant découragés et s’accrocher à leur « rêve » de partir étudier en France. Il faut savoir enfin que plus de 15 000 étudiants algériens ont demandé en 2018 des visas d’études au niveau des consulats français. En  2017, plus de 14 600 étudiants algériens ont tenté également d’obtenir le visas d’études pour rejoindre la France. En 2015, ce nombre était d’à peine 6688 étudiants. Cette augmentation des demandes de visas de la part des étudiants algériens démontrent clairement une forte volonté d’émigration en raison des horizons bouchés en Algérie et du sous-développement économique encore endémique du pays.

 

5 COMMENTS

  1. Peut on donner tort à des jeunes qui veulent un avenir meilleur ?
    Le seul souci c’est que personne ne remettra les pieds en Algérie définitivement.
    Au départ, ils reviendront pour les vacances et après ils iront à la découverte du Monde. Ils auront des boulots ou malgré ce que raconte les aigris ils sont respectés et payé à leurs juste valeur. Et surtout ils n’auront jamais un bourricot cousin ou frère de si flen comme chef de service.
    Dans un grand hôpital de la région Parisienne, je me me suis fait opérer des deux coudes à six mois d’intervalle par un chirurgien Algérien, dès sa dixième année en France il est devenu chef de service, et les gens retardent leurs opérations pour ne se faire opérer que par lui. En Algérie il aurait fait quoi? Travailler pour la gloire sans moyen. Moi je dis à tous les jeunes Algériens qui peuvent aller faire leurs études ailleurs qu’ils foncent, car l’école de la vie commence par le départ du cocon familial.
    Si un jour notre Algérie devient un vrai pays, beaucoup rentrerons.

  2. Juste pour vous rappelez que le nombre des étudiants dans les universités Algeriennes s’élève à 1,7 million dont 60 000 étudiants étrangers et vous écrivez sur 6688 étudiants en France et d’une fuite massive??.
    Le dénigrement systématique est devenu votre label, bravo « patriote »!!

  3. Les etudiants Algeriens doivent diversifier leurs destinations d’etudes, de recherches et de travaille. Ils/elles ne doivent pas devenir prisonier d’une langue ou d’un seul pays car ils/elles ont des connaissances. Les autorites Algeriennes doivent normallement aide’ avec tous les moyens disponibles, aide’ les etudiants a decouvrir de nouveau pays et leurs structures universitaires et de recherches. L’Asie (La Chine, la coree du sud et meme du nord, le Vietnam, etc) l’amerique du sud sont des destinations a decouvrir.