A la une Exclusif. La plus stratégique des directions du renseignement extérieur...

Exclusif. La plus stratégique des directions du renseignement extérieur algérien confiée à un officier radié impliqué dans de nombreuses escroqueries

-

La Direction de la Documentation et de la Sécurité Extérieure (DDSE), le renseignement extérieur algérien, est en train de connaître et de vivre sa pire déchéance morale depuis l’arrivée aux commandes de ce service secret névralgique pour la défense de la sécurité nationale du vieux et malade général-major Mahfoud, de son vrai nom le général-major Nour-Eddine Mekri. Comme il a été expliqué dans les précédentes révélations d’Algérie Part, ce général-major n’est qu’un homme de paille qui n’a réellement aucun pouvoir sur la DDSE. Preuve en est, la direction la plus importante de la DDSE est actuellement supervisé par un ancien officier supérieur radié des rangs de l’Armée algérienne en raison de son implication dans plusieurs escroqueries et son attitude profondément immorale. 

Effectivement, la direction des Analyse a été confiée par le général-major Mahfoud au colonel Boualem Bendhina. Cette direction est censée produire des prospectives, des notes de conjonctures et des analyses de renseignements qui doivent orienter la diplomatie algérienne et servir de base aux décisions sensibles du sommet de l’Etat algérien concernant les dossiers géopolitiques les plus brûlants ou les affaires impliquant les intérêts internationaux suprêmes du pays. La direction des Analyses est, en vérité, le coeur battant de la DDSE et sa raison d’être. Malheureusement, sous l’égide du vieux et affaibli général-major Mahfoud, c’est un colonel totalement véreux et sulfureux qui est à la tête de cette direction hyper-stratégique. Ce qui porte un grave préjudice aux mécanismes de défense de la sécurité nationale du pays.

Et pour cause, le colonel Boualem Bendhina traîne derrière lui de nombreux scandales qui ont conduit à sa radiation en 2017. Le colonel Boualem Bendhina était le premier responsable du Bureau de Sécurité de l’Ambassade d’Algérie en Tunisie de 2012 jusqu’à 2016. Durant sa mission à Tunis, ce colonel avait rapidement défrayé la chronique avec ses soirées mondaines, ses fréquentations peu recommandables et surtout ses dépenses onéreuses sur le dos de l’ambassade d’Algérie. Le train de vie luxueux que menait ce colonel en Tunisie lors de l’exercice de ses fonctions ont causé un préjudice financier dépassant les 120 mille dollars US. Cette somme colossale a été dépensée par le colonel Boualem Bendhina pour financer ses dépenses quotidiennes et ses soirées endiablées ou beuveries dans les hôtels les plus luxueux de Tunisie.

Et lorsque les fonctionnaires de l’Ambassade d’Algérie tentaient de le rappeler à l’ordre en protestant contre son usage excessif et incontrôlé de l’argent public considérant ce comportement indélicat comme une pure escroquerie, le colonel des services secrets algériens les menaçaient directement et frontalement. Abusant de son pouvoir que lui confère sa position au sein d’une institution sécuritaire et militaire, le colonel Boualem Bendhina intimidait ses interlocuteurs et faisait taire ainsi ses détracteurs.

Au lieu d’être au service de son pays, le colonel Boualem Bendhina s’était mis uniquement au service de sa petite personne privilégiant son confort au détriment de la qualité de sa mission de renseignement. Les hauts responsables de la DDSE lui ont demandé un rapport confidentiel et détaillé sur les conditions d’organisation de l’élection présidentielle tunisienne de 2014. Le colonel Boualem Bendhina avait pondu un rapport totalement approximatif et qui manquait cruellement d’informations fiables, recoupées ou de renseignements précieux permettant aux autorités suprêmes de l’Etat algérien de se positionner intelligemment face aux évolutions de la situation politique dans la Tunisie voisine.

Le travail bâclé du colonel Boualem Bendhina a occulté la possibilité d’une victoire de l’expérimenté Caïd Essebsi qui avait remporté le second tour de ces élections présidentielles tunisiennes avec 55,68 % des votes contre un certain Moncef Marzouki recueillant 44,32 %.

Ces erreurs d’appréciation et ce manque inédit de discernement pour un officier supérieur du renseignement extérieur ont fini par discréditer le colonel Boualem Bendhina qui sera rappelé à Alger à partir de 2016 laissant derrière lui une Tunisie où de nombreuses puissances étrangères se sont imposées pour menacer les intérêts de l’Algérie et sa sécurité nationale.

Le mauvais rapport du colonel Boualem Bendhina sur les élections présidentielles tunisiennes de 2014 lui a même valu un sévère blâme de ses supérieurs hiérarchiques. Mais en dépit de toutes ces maladresses, le vieux général-major Mahfoud a daigné récupéré le colonel Boualem Bendhina pour lui confier une nouvelle mission à la tête d’une direction délicate de la DDSE.  Agé de 72 ans, handicapé par une maladie lourde, manquant cruellement de charisme et souffrant de plusieurs troubles physiques, le vieux général-major Mahfoud est en réalité un épouvantail derrière lequel se cachent de jeunes officiers téméraires qui tirent les ficelles pour s’approprier les postes les plus stratégiques du renseignement extérieur algérien. Selon nos investigations, la réhabilitation et promotion accordée à Boualem Bendhina a été dictée au général-major Mahfoud par des interventions de personnalités influentes étrangères à la DDSE. Comme le vieux général veut uniquement terminer sa carrière en profitant encore des largesses de son poste, il n’a pas pu dire non à ces réclamations insensées puisqu’elles permettent à un officier radié en 2017 et collectionnant les échecs à Tunis de 2012 jusqu’à 2016 de revenir au plus sommet de la hiérarchie du renseignement extérieur algérien. Quelle triste déchéance. La sécurité nationale de l’Algérie est clairement entre de mauvaises mains…

 

4 COMMENTS

  1. Zemmars dois être vacciner non pas contre le Covid mais contre la rage … Les services de renseignement Algérienne t’empêche de dormir ou empêche de dormir tes bienfaiteurs… Par la mm occasion emmene Dey à l’Institut Pasteur avec toi pour le vacciner contre la rage anti Kabyles.

  2. À la lecture de cet article, il ressort clairement que ce n’est pas « le vieux général-major Mahfoud » qui a nommé ce « colonel totalement véreux et sulfureux » à la tête de la DDSE mais bien ces « jeunes officiers téméraires qui tirent les ficelles pour s’approprier les postes les plus stratégiques du renseignement extérieur algérien ». Mais alors, comment de jeunes officiers, aussi téméraires qu’ils soient, arrivent-ils à tirer les ficelles? De qui relève la DDSE dans l’organigramme actuel? Et l’État Major dans tout ca? Et la Présidence dans tout ça? Ce vieux général-major Mahfoud « Agé de 72 ans, handicapé par une maladie lourde, manquant cruellement de charisme et souffrant de plusieurs troubles physiques (…) » ne s’est pas retrouvé à la tête de la DDSE comme ça par hasard. Quelqu’un de très haut placé l’a placé, en toute connaissance de cause, à ce poste. C’est ce dernier qui tire les ficelles et qui a aussi placé, là aussi en toute connaissance de cause, ce colonel Boualem Bendhina là où il est et pour faire ce qu’il fait. Comme je l’ai déjà dit, un véritable panier de crabes que cette issaba.

  3. Le problème de Zemmar c’est de continuer à nous servir ses histoires de jeha à dormir debout
    Il nous faire croire qu’il être informé mais en réalité il bosse pour ses anciens bienfaiteurs et amis …au temps béni ou il se prenait pour un vrai journaliste alors qu’il n’a été que le serviteur de ses financiers ( et oui un journal cela demande de l’argent et beaucoup quand il faut pondre plusieurs articles les uns aussi décousus et invraisemblables
    De nouvelles têtes émergent et des têtes sont tombé en disgrâce …et nous on va plaindre ses officiers qui ont travailler avec la junte de Boutef…tous pourris jusqu’à la moelle…car quand on est patriote on dénonce les faits, et si on se tait c’est qu’on a été un traitre
    Gaid Salah était le général le plus corrompu de sa génération tout l’état major le savait…ses voyages chez ses amis Emirats ne laissent aucun doute ..et tout son entourage dans les différents état major étaient parfaitement au courant

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Quatrième record à la baisse pour le dinar algérien en moins de deux mois face au dollar américain

La dégringolade du dinar algérien se poursuit sur le marché des changes. La monnaie algérienne vient d'enregistrer hier lundi...

Confidentiel. Gravement malade, le général-major Mahfoud travaille à peine deux heures par jour : le renseignement extérieur algérien pris en otage par l’état de...

C'est une situation totalement inédite qui suscite de très vives inquiétudes au sein du régime algérien. Au moment où...

Des avocats algériens déposent plainte contre Zeghmati pour « Tortures, Tentative d’homicide volontaire et Usurpation de fonction ministérielle »

Des avocats algériens ont déposé auprès de la Cour Suprême une plainte contre l'ex-ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati....

Une étude mondiale démontre l’impact des problèmes politiques et économiques sur la santé émotionnelle des Algériens

Les turbulences politiques et économiques ont un impact important sur la santé émotionnelle et le bien-être de la population...

Emmanuel Macron demande pardon aux Harkis

Le Président français Emmanuel Macron a demandé officiellement ce lundi 20 septembre pardon aux Harkis, ses anciens combattants -ou leurs...

Conséquences économiques de la COVID-19 : En 2020, au moins 60 % des Algériens ont cessé temporairement de travailler et plus de 51 %...

La pandémie de la COVID-19 a produit des conséquences économiques et financières désastreuses en Algérie. Les travailleurs et les...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you