A la une EXCLUSIF - Ce PDG Intérimaire qui a fait perdre...

EXCLUSIF – Ce PDG Intérimaire qui a fait perdre Plusieurs Millions de Dollars à Air Algérie !

-

Air Algérie, une société déficitaire et proche de la faillite relance l’édification de son siège social dans le quartier d’affaires de Bab Ezzouar, à la périphérie de la capitale algérienne. Ce projet, à l’arrêt depuis 2013, a suscité de nombreuses interrogations et une longue procédure d’arbitrage perdue par la compagnie aérienne publique.

C’est au mois de février 2007 qu’Air Algérie décide de s’offrir un nouveau siège après avoir sollicité le bureau d’études libanais Khatib et Allami.

Après un premier appel d’offres infructueux, Air Algérie attribue lors d’un second appel d’offres en 2009 cet ambitieux projet, à la société canadienne SM International, pour un montant de 83 millions d’euros et un délai de réalisation de 23 Mois.

Entre temps, Air Algérie décide d’entamer des travaux dans le but de gagner du temps en réalisant un fond de fouille. Cette excavation, réalisée pour y établir les fondations d’une construction, a pu finalement être réceptionnée par Khatib et Allami en 2009. Seulement les caractéristiques du sol ont changé car le terrain est resté exposé à la pluie et aux aléas du climat pendant plus de deux années.

Il faut dire que la signature du contrat de construction du Siège de la Direction Générale d’Air Algérie n’a pu avoir lieu qu’en février 2011, et l’ordre de service (ODS) de démarrage des travaux établi qu’en juin 2011.

Quelques temps après la signature de ce contrat avec le société canadienne, Air Algérie change de tête. L’ancien PDG, M. Bouabdallah, est remplacé par Mohamed Salah Boultif, qui a, entre autres, représenté l’Algérie à l’Organisation internationale de l’aviation civile (Oaci), au Canada entre 2003 et 2004.

Dès son installation à la tête d’Air Algérie, M.Boultif va désigner un de ses conseillers, diplômé en Génie Civil, pour être le chef de projet du futur siège social d’Air Algérie, un certain…Amine Debaghine Mesroua !

Pour rappel, M.Mesroua, qui actuellement assure la fonction de PDG intérimaire d’Air Algérie, était employé de l’Entreprise de Gestion de Service Aéroportuaire (EGSA), dont le Directeur Général n’était autre que Mohamed Salah Boultif…

Alors que des actions d’assainissement du terrain étaient nécessaires au lancement du projet, le groupe canadien a demandé le paiement de travaux supplémentaires entrepris pour la mise à niveau du sol. Air Algérie a refusé le paiement, créant une crise sans précédent qui a eu pour conséquence l’arrêt total des travaux.

Devant ce retentissant scandale et les carences observées dans la gestion du projet, caractérisées par les graves manquements du chef de projet dans la mise à jour des plans et du permis de construire, de l’absence de système de désenfumage, etc., le P-DG d’Air Algérie Mohamed Boultif décide d’annuler le contrat, puis récupère une caution de 18 millions d’euros au prétexte que SMI n’aurait pas respecté ses engagements contractuels !

Pourtant, c’est le bureau d’études libanais Khatib & Allami, choisi par Air Algérie pour être le maître d’œuvre, qui avait, en violation des clauses du contrat, modifié le plan initial du projet sans que le groupe canadienne n’en soit informé ou destinataire des nouveaux plans…

Au nom d’Air Algérie, Amine Debaghine Mesroua aurait, selon nos informations, apporté de nombreuses modifications à l’aménagement des bâtiments et des changements importants qui ont exigé la réalisation de nouveaux plans, mais qui n’auraient pas respectés, selon la compagnie canadienne, la réglementation algérienne, causant ainsi des retards et des surcoûts, objets du litige.

Lésé, le groupe canadien de BTP a alors introduit une requête d’arbitrage devant la Chambre Commerciale Internationale de Paris en avril 2013, réclamant à la compagnie aérienne nationale 120 millions d’euros en dommages et intérêts, en raison des pertes occasionnées suite à l’annulation  »abusive » du contrat.

Air Algérie a perdu son procès en arbitrage contre le groupe canadien SM International. La compagnie aérienne nationale a été condamnée, le 31 août 2017, à verser la somme de 1,5 milliard de dinars à la société canadienne, soit une perte pour Air Algérie de plus de 13 Millions de Dollars…

Pour protéger Amine Debaghine Mesroua, il va vite être entrepris de le faire éloigner d’Algérie et le nommer au siège de l’Association internationale du transport aérien IATA à Bruxelles en Belgique, puis au Canada pour représenter l’Algérie, comme l’a fait quelques années auparavant Boultif, à l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale.

Mais malgré l’amateurisme évident de ce chef de Projet et conseiller de Boultif, Amine Debaghine Mesroua se retrouvera quelques années après, miracle du régionalisme, conseiller du désormais ex-PDG d’Air Algérie : Bekhouche Allache.

Notons que ce dernier a été limogé par Abdelmadjid Tebboune pour un préjudice causé à la compagnie aérienne algérienne de l’ordre de 98.000 Dollars, correspondant au montant d’une importation de vaisselle en porcelaine pour les passagers de Première classe, en pleine pandémie du Covid-19, alors que les avions étaient cloués au sol.

Mais alors comment Abdelmadjid Tebboune peut-il nous expliquer que celui qui conseillait un PDG d’Air Algérie ayant failli dans sa mission, puisse être à son tour catapulté responsable de la Compagnie aérienne publique ?

Et comment le Président algérien peut-il être crédible dans sa démarche lorsqu’il accepte la désignation d’un PDG par intérim à la tête d’Air Algérie, alors même que cette personne a fait perdre à la compagnie pas moins de 13 Millions de Dollars ? Une véritable mascarade !

Alors qu’il existe des cadres compétents à Air Algérie, leur préférer des personnes qui ont montré leurs limites et qui ne présentent aucune expérience de gestion et de management digne de ce nom, est plus que criminel. Avant qu’il ne soit trop tard, de grâce arrêtez le massacre !

Pauvre Algérie…

YF.Cheikh

[email protected]

4 COMMENTS

  1. Nous Algériens quand on touche le fond, on creuse (dixit Fellag). C’est exactement ce qui se passe avec Air Algérie et Sonatrach, entre autres. On nomme PDG, quand bien même par intérim, quelqu’un qui a fait perdre à l’Algérie 13 millions d’Euros. Où est le problème? On a bien nommé PDG de Sonatrach quelqu’un condamné par la justice algérienne de haute trahison, non? L’ex ministre des transports qui vient d’être dégommé n’a-t-il pas arnaqué la CNAN? Cela ne l’a pas empêché d’être nommé ministre. Les parlementaires et sénateurs actuels n’ont-ils pas tous, à quelques rares exceptions près, acheté leurs sièges à coup de milliards de centimes? Cela ne les empêche pas de « voter » (à l’unanimité unanime) les soi-disant lois en vigueur en Algérie. Quand un ex-plusieurs fois premier ministre déclare publiquement et toute honte goulûment bue que lui et ses pairs ont, sans aucun état d’âme, vendu l’Algérie qu’ils étaient censés défendre et protéger pour quelques lingots d’or (innocemment offerts par des émirs du Golf) qu’ils ont écoulés, qui plus est, sur le marché noir. Y a-t-il eu ouverture d’enquêtes suite à de telles déclarations gravissimes? Non. Que reste-t-il de l’État dans de telles conditions? Rien, ulac, nada! Un simple épouventail, c’est tout. On a touché le fond, on a creusé et on continue de creuser avec plus d’acharnement. Nos gouvernants continuent leur sale besogne qui consiste à tout faire pour vider l’Algérie de ses richesses, ce qui ne saura tarder, de ses enfants (via harga et/ou prison) et la vendre au plus offrant, voire à l’Euro symbolique en échange d’une carte de séjour et d’un(de) compte(s) offshore. Et pendant ce temps, Mr Tebboune est en Allemagne pour subir « une petite intervention au pied ». Exit le meilleur système de santé (hôpitaux et médecins) d’Afrique, voire de la planète. Pôvre Algérie!
    Assegas ameggaz
    Ansuf i Cacnaq.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Le déclin des hydrocarbures illustré par la chute de l’activité de l’exploration et forage pétrolier en Algérie

L'activité de l'exploration de nouveaux gisements et du forage pétrolier pour améliorer le rendement des champs en activité est...

6,5 millions de travailleurs algériens ne peuvent pas se nourrir correctement et payer un loyer à chaque fin de mois

Récemment le président de la République,  Abdelmadjid Tebboune, a fait savoir que l'exonération des salaires inférieurs à 30.000 de...

Ghaleb Bencheikh est-il Crédible Pour Parler Au Nom de l’Islam?

Victor Ghaleb Bencheikh est un Franco-Saoudien qui s’annonce Islamologue réformiste et se dit attaché à la séparation du religieux...

Le dinar algérien recule face au dollar au moment où les prix des matières premières agricoles flambent

Le dinar algérien a reculé dangereusement face au dollar américain depuis le début de cette  semaine marquant une nouvelle...

Tribune. Le Hirak ne peut pas être un parti !

Dans le sens où on comprend qu’un parti est une organisation d’un courant politique et parfois idéologique plus ou...

Tribune. « La dernière sortie de notre Président suggère que les portes du dialogue sont définitivement closes en Algérie »

Est-il encore utile d’acculer le régime Algérien d’une quelconque forme que ce soit ? Et bien je ne le...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you