Enquête. Pourquoi l’Algérie est classée officiellement comme une « anocratie » totalement instable

20
1993

Un rapport international explique savamment que l’Algérie est devenue depuis peu une « anocratie », à savoir un régime politique qui n’est ni complètement une démocratie, ni complètement une dictature. Il s’un régime instable qui subit des transformations en permanence sans apporter une véritable possibilité de développement au pays où il est implanté. Enquête. 

« L’élection du 12 décembre 2019 se déroula dans des conditions lamentables et fut largement boycottée. Tous les candidats étaient vus comme des membres du même système politique, ce qui provoqua de nouveau le mécontentement des manifestants. L’ancien Premier ministre Abdelmadjid Tebboune, perçu comme un partisan du président déchu, remporta le scrutin présidentiel avec le plus faible taux de participation de
l’histoire du pays », c’est avec ces mots qu’un rapport international a lancé une sévère mise en garde concernant les perspectives très inquiétantes de l’Algérie d’ici 2040. En effet, un nouveau rapport international vient de paraître pour analyser le plus objectivement possible la trajectoire du développement de l’Algérie à l’horizon 2040. Ce rapport a été réalisé par deux experts de l’Institut d’études de sécurité (ISS).

Les deux auteurs de ce rapport international sont Stellah Kwasi, chercheuse dans le programme Futurs africains et Innovation au bureau de Pretoria de l’ISS. Avant de rejoindre l’ISS, elle était adjointe de recherche au Centre Frederick S Pardee for International Futures à l’Université de Denver, au Colorado. Et Jakkie Cilliers, fondateur de l’ISS et président du conseil d’administration, dirige actuellement le programme Futurs africains et Innovation, au bureau de Pretoria de l’Institut. Il a démissionné de son poste de Directeur général en 2015.

L’ISS est une organisation africaine à but non-lucratif. Ses bureaux sont situés en Afrique du Sud, au Kenya, en Éthiopie et au Sénégal. Ses domaines de compétence sont la criminalité transnationale, la migration, la sécurité maritime et le développement, le maintien et la consolidation de la paix, la prévention de la criminalité et la justice pénale, l’analyse des conflits et la gouvernance. L’ISS fournit de des analyses opportunes et fiables, des formations pratiques et de l’assistance technique aux gouvernements et à la société civile. Le rapport portant sur la trajectoire de développement de l’Algérie à l’horizon 2040 a été financé, nous apprend l’ISS, par le Gouvernement des Pays-Bas, la Fondation Hanns Seidel et l’Agence suédoise de coopération internationale au développement.

Ce rapport de l’ISS estime que l’Algérie « l’ampleur des mouvements contre le gouvernement », en l’occurence le Hirak du 22 février 2019,  ont « suscité d’autres revendications que celle de changement des dirigeants ».

« Elle a réduit les divisions religieuses, ethniques et tribales et a rapproché leurs protagonistes dans une démonstration sans précédent d’objectifs communs », souligne ainsi les deux experts de l’ISS qui ont beaucoup planché sur les particularités du Hirak.

« Les revendications, qui sont très diverses, concernent notamment le renouvellement général du contrat social, la mise à l’écart de l’élite dirigeante et la suppression de son contrôle sur l’économie ainsi que la fin du rôle dominant de l’armée dans les affaires politiques et économiques », souligne encore le même rapport d’après lequel « les manifestants revendiquent aussi plus de démocratie, d’état de droit, de liberté individuelle et d’égalité des chances. Toutefois, les moyens pour y parvenir sont moins clairs ».

« Jusqu’à présent, les manifestations ont généralement été non violentes, mais l’impact de la COVID-19 augmentera inévitablement le sentiment de désespoir chez les Algériens, dont beaucoup ont une grande méfiance envers le gouvernement. Le risque de violence est donc élevé », a analysé encore ce rapport de l’ISS qui prévoit ainsi une forte détérioration de la situation politique en Algérie si les autorités demeurent encore vigoureusement contestées.

En face de ces contestations populaires réprimées durement par les autorités algériennes, le pays sombre entre les mains d’un régime politique très complexe qui apparaît comme un mélange inquiétant et dangereux entre autoritarisme absolu et autoritarisme relatif, préviennent les deux experts auteurs de ce rapport de l’ISS.

« Dans le système IFs, la gouvernance se compose de trois dimensions, à savoir la sécurité, les capacités et l’inclusion. Chacune est établie à partir d’une série de données et d’indices subsidiaires », explique ainsi cette source qui utilise l’indice composite Polity IV du Center for Systemic Peace (CSP) pour identifier la nature politique du pouvoir algérien.

Cet indice « classe les États en fonction des caractéristiques de leur régime. Il fournit une gamme de types d’autorités dirigeantes, allant des autocraties totales aux  systèmes mixtes ou « anocraties », en passant par les démocraties pleinement institutionnalisées ».

Et partant de ces éléments très concrets, le rapport de l’ISS  « classe actuellement l’Algérie comme une « anocratie » (ou régime hybride) avec une note de 2,7, soit environ 3,6 points (ou 57 %) en dessous de l’indice moyen des APRITI sur une échelle allant de –10 à +1013 ».

« L’Algérie a donc un déficit démocratique important par rapport à ses pairs, et les derniers événements sociopolitiques soulignent à quel point la plupart des Algériens ordinaires sont conscients de cet écart », indiquent les auteurs de ce rapport international.

« L’Algérie est considérée comme ayant un type de régime « anocrate », mixte ou hybride (les pays qui obtiennent une note comprise entre –5 et +5). Les régimes « anocrates » sont intrinsèquement instables puisqu’ils contiennent des éléments d’une démocratie (tels que des élections régulières) qui suscitent des attentes à l’égard du pouvoir et de la participation des citoyens, mais coexistent avec des éléments d’autocratie (tels que des pouvoirs législatifs limités), comme en Algérie », conclut enfin ce rapport de l’ISS qui résume parfaitement la complexité des tensions politiques qui règnent aujourd’hui en Algérie et qui risquent de durer, malheureusement, encore longtemps faute d’un pouvoir stable et concentré sur une feuille de route rationnelle.

 

20 COMMENTS

  1. Divisions tribales ? On habite dans quelle jungle ? je croyais que ce mot etait revolu en Algerie mais il se passe que des « experts » etrangers de merde ose utiliser ce mot pour l’Algerie. Pourqoui pas des tribus en France, en Suisse ?????
    Finalement ce rapport est pour le dossier  » Affaires Algeriennes pour les nuls  » . En plus cela contient de la fausse information

  2. Toutes les élections dans les pays du tiers-monde sont truquées et se passent mal.Dans les pays développés,les peuples sont influencés par les médias et font eux aussi les mauvais choix ce qui posent des questions sur la démocraticité de la démocratie!!Ce qui compte pour moi c est le socio-économique!Ce dernier laisse à désirer dans le monde entier!Un pays dit hyper-avancé ne doit pas compter de pauvres!Or l Amérique en contient des dizaines de millions,la France aussi!S agissant de l Algérie c est sa fourberie qui sautent aux yeux!Elle se veut populaire et démocratique et n a de popularité et de démocratie que le nom!L enseigne est là mais la boutique ne contient aucun article signalé,les inégalités sociales et régionales sont criantes etc!Dans une démocratie populaire,lorsqu une manifestation a lieu,les responsables accourent,s enquièrent des motifs de la grogne et y remédient immédiatement!En Algérie ça fait deux ans les algériens battent le pavé en vain!

  3. Le makhnaz est lui reconnu pour être une dictature feodale pure et dure…
    Ça coûte des millions de dollars pour acheter des journalistes et quelques députés d’extrême droite pour les caisses de Pédale 6 le roitelet bouffi et ignare qui a enfermer depuis des années la mère de ses enfants. ..Elle ne supportait plus l’homosexualité de Michou 6….

    Pour autant il existe des esclaves consentants qui font du de tout ce que je viens d’écrire…. effarant…

  4. rapports bidons d’instituts bidons pour faire plaisir aux marochiens et aux abrutis
    On est pas une démocratie…zut …mais on le savait
    Donnez-nous un pays démocratique en Afrique, dans le monde musulman
    On a à coté un baron de la drogue qui se prétend « un cousin du prophète  » et ses esclaves lui reconnaisse un droit divin
    Et ses mêmes esclaves viennent nous parler de démocratie LOL

  5. Zoukakhra75
    Des millions d’algériens réclament la chute du régime militaire dictatorial algérien.
    Seul les cachiristes en sont à ramener le voisin marocain pour se voiler la face où ce qu’il en reste.
    À défaut de vous cacher, taisez-vous comme dirait notre footballeur cachiriste national madger

  6. Des millions d’Algériens réclament…..

    Hahahahahaha….. j’ai pas lu plus loin… J’arrive plus….. Rarement vu des débiles aussi malhonnêtes… Quelques centaines de sangliers enragés et de salafistes dans les 3 mêmes endroits..et ça devient des millions….On dirait les discours anisés qu’on entend dans les bars glauques fréquentés par des sangliers qui refont le monde et se prennent pour le centre de Celui ci ….

    Des millions ? Non…des milliards ! Soyons fou !

    Ahhahahahahahaaahah…..

  7. Amara
    La merde marocaine ( hachakoum) n’a rien de glorieux mais vous donne accès à certains besoins primaires qui n’existent plus chez nous ( eau, éducation, soins…).
    Ils vivent sous le joug d’une dictature comme nous mais avec plus de dignité que nous.
    Leur Reine les laisse entreprendre en ouvrant le pays vers l’extérieur.

  8. On te laisse adorer la reine du pays voisin classé comme le plus inégalitaire du Maghreb
    Juste un chiffre, on a 1.8 millions d’étudiants contre 850.000 chez les narco trafiquants pour une population presque égale
    Des jaunes filles de familles pauvres sont donné comme servante aix familles riches..car leurs parents n’ont pas les moyens de les nourrir
    Des dizaines de milliers de mineurs vivent dans la rue pour les mêmes raison
    Les villles européennes accueillent des dizaines de milliers de mineurs marocains et pas que Ceuta
    Personne n’a le monopole du patriotisme surtout pas toi adorateur de momo escobar et sa Thaïlande du tourisme sexuel du monde musulman
    Jamais l’Algérien libre ne prendra exemple sur cette monarchie moyenâgeuse
    Si je dois choisir entre ton Mak ou ton Rachad et le regime actuel, je les rejette les 3

  9. A zak a merde
    Pourquoi tu dois choisir le MAK ou Rachid
    Tu n’a qu’à choisir benkhrina
    tête de têtard fini à la pisse
    Ça se voit à sa tête.. il l’a l’air très intelligent
    A l’image des dirigeants algériens .
    Plus de 90% d’algériens ont boycotté votre
    Mascarade…. Vous êtes grillés.

  10. Dey l’kelb et Zoukakhra75
    Vous oubliez que vos maîtres ont des pieds à terre chez notre voisine d’à côté…
    Ps: après consommation, bien remettre vos cachirs au frais.De vos aigreurs à l’indigestion, il n’y a qu’un pas.

  11. Mon Maître c’est Rebbi Sobhanou.
    Les tiens sont en France en lien direct avec Israël et le Makhnaz…
    Mais comme tu disais lucidement : des milliards de gens sont d’accord avec toi…. Hahahaahhaha
    Yakhi sale race putride