En 2021, l’Etat algérien a alloué l’équivalent de plus de 6 millions d’euros pour renforcer les moyens de l’Inspection Générale des Finances

0
1039

En 2021, l’Etat algérien a décidé de renforcer les moyens financiers et d’améliorer les conditions de travail des agents de l’Inspection générale des Finances (IGF), l’un des corps les plus sensibles de l’administration financière du pays, chargé officiellement de contrôler et de vérifier la gestion financière et comptable des organismes publics, quels que soient leur statut juridique, et parfois même, sous certaines conditions, des organismes privés. Il faut savoir qu’en Algérie, l’IGF peut  prêter son concours aux magistrats désirant être éclairés sur les aspects techniques des dossiers économiques comprenant de faits complexes soumis à leur appréciation.

Par ailleurs,  l’article 04 du Décret exécutif n°08-272 du 06/09/2008, fixant les attributions de l’IGF, prévoit que les interventions de l’IGF peuvent porter sur « l’audit, les études, les enquêtes ou les expertises à caractère économique, financier et comptable », de même qu’il s’identifie expressément dans les dispositions de l’article 07 de l’Ordonnance n° 96-22 du 09/07/1996, modifiée et complétée (défini par le décret exécutif n° 97-256 du 114/07/1997), qui confère à l’IGF des prérogatives de police judiciaire pour rechercher et constater sur procès verbaux, les infractions se rapportant à la législation des changes.

Pour faire aboutir ces missions névralgiques pour la transparence publique et la surveillance de l’usage de l’argent public, en 2021, l’Etat algérien a débloqué un budget dépassant les 967 millions de Da, soit l’équivalent de plus de 6,2 millions d’euros, pour équiper et financer l’amélioration du fonctionnement de l’IGF.

Grâce à ce budget, l’IGF a pu financer l’acquisition de cinquante (50) micro-ordinateurs de bureau et 100 PC portables. Un nouveau siège de l’antenne régionale de l’IGF à Tlemcen a été également financé et équipé de logements d’astreinte. Un autre nouveau siège a été approuvé au profit de l’antenne régionale de l’IGF à Mostaganem. Une enveloppe dépassant les 68 millions de Da a été débloquée pour financer ces nouveaux sièges.

Notons enfin que les inspecteurs de l’IGF ont bénéficié aussi d’une revalorisation de la prime de scolarité. A travers ces nouvelles incitations financières, l’Etat algérien espère motiver les agents de l’IGF pour mener à bien leur travail de contrôle sur la gestion financière et comptable des services de l’État, des collectivités territoriales ainsi que les institutions, organes et établissements soumis aux règles de la comptabilité publique.