A la une Document exclusif. L'administrateur désigné par l'Etat liquide SOVAC Production...

Document exclusif. L’administrateur désigné par l’Etat liquide SOVAC Production et renvoie au chômage plus de 4000 employés

-

Ailleurs dans le monde, les Etats désignent des experts ou des managers pour tenter de sauver des emplois et booster l’économie, en Algérie, l’ETAT désigne des administrateurs pour jouer le rôle des liquidateurs et supprimer les emplois des Algériens. Preuve en est, l’administrateur chargé de sauver les emplois et de redresser la situation de SOVAC Algérie a  décidé tout bonnement de fermer l’entreprise et mettre tous les employés au chômage, indique un document exclusif obtenu par Algérie Part au cours de ses investigations. Ce document date du 23 novembre dernier. 
Une simple décision plonge plus de 1100 travailleurs directs dans la misère sociale et la précarité. Ils sont plus de 4000 travailleurs indirects qui se nourrissaient par le passé du projet de SOVAC Production consistant à procéder au montage des véhicules neufs du groupe allemand Volkswagen au niveau d’un site industriel basé à Relizane.
Naguère des travailleurs payés chaque fin de mois et entretenant ainsi leur familles à l’abri du besoin, aujourd’hui ils se retrouvent dans une situation critique à cause de la mauvaise gestion dont a fait preuve l’administrateur judiciaire Rabah Tafighoult désigné par l’Etat  fin août 2019 pour gérer provisoirement le groupe SOVAC en attendant de trouver des solutions économiquement fiables à l’avenir des employés et de cette entreprise.
La gestion provisoire tourne à la catastrophe et  Rabah Tafighoult met en place un plan davantage social qu’économique pour décider de licencier des milliers d’employés affectés aux différents sites de SOVAC situés à Alger, Boumerdes, Bouira, Oran et Relizane.
En ces temps de crise avec l’impact de la situation sanitaire sur l’économie nationale à cause de la pandémie de la COVID19, ces milliers d’employés ainsi que leurs familles se retrouveront dans un futur proche dans une grande précarité.
Tous les employés du groupe Sovac représentés par leur syndicat respectif revendiquent le maintien de leurs emplois, ce qui relève de la mission principale attribuée par l’Etat à l’administrateur dans son ordonnance qui parle du “souci d’assurer la pérennité des activités desdites sociétés et de leur permettre de préserver les postes d’emploi et d’honorer leurs engagements envers les tiers”, lit-on dans les ordonnances du juge enquêteur en charge des dossiers des propriétaires de SOVAC Algérie.  Cet administrateur judiciaire se faisait payer ses honoraires à des montants colossaux provenant des caisses de SOVAC pour finalement décider de liquider l’entreprise et de la fermer définitivement !

4 COMMENTS

  1. avec l existence d infrastructures appropriées , un personnel formé il aurait préférable de saisir tous les biens de l ex opérateur véreux pour tenter de recouvrer même partiellement le montant du préjudice financier subi par le trésor et de s arranger avec la maison mère sur un nouvel investissement en bénéficiant des moyens matériels et humains disponibles.

  2. Moi, AMHA, je ne croix pas un traitre mot à ces histoire de poursuites qui visent des caciques du régime.

    C’est fait pour flouer les algériens.

    C’est aussi et surtout fait pour laisser la place à d’autres pontes du régime qui n’avaient pas ou peu l’occasion de passer à table.

    Comment peut-on imaginer que des sociétés soient mises sur le carreau, liquidées et salariés mis à la rue alors que chacun sait que l’Algérie non seulement peine à avoir des investisseurs étrangers mais aussi est incapable de faire quelque chose sans le recours à des partenaires étrangers.

    On voit bien là aussi que c’est un mauvais, un très mauvais signal lancé à ces derniers pour leur signifier que l’Algérie est une chasse gardée par le régime qui n’entend pas qu’on vienne fouiner dans ses affaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

La « religion » va coûter à l’Algérie plus de 170 millions d’euros en 2021

En 2021, l'Etat algérien va dépenser l'équivalent de plus de 170 millions d'euros pour financer des activités liées aux...

COVID-19. Attention, augmentation des nouvelles contaminations dans plusieurs wilayas en Algérie

L'Institut National de la Santé Publique (INSP),un organisme scientifique officiel relevant du ministère algérien de la santé chargé de...

COVID-19. Alger, Jijel, Blida et Oran : les 8 wilayas où le nombre des cas hospitalisés est le plus important en Algérie

En dépit du recul des cas contaminés en Algérie, les hôpitaux continuent d'hospitaliser les cas souffrant des formes les...

Document exclusif. Après la COVID-19, la tuberculose inquiète fortement les autorités algériennes

En Algérie, il n'y a pas que l'épidémie de la COVID-19 qui menace particulièrement la santé publique de la...

Le Consulat général de France à Alger déconseille strictement tout déplacement depuis l’Algérie vers la France et de France vers l’Algérie

Ce dimanche 17 janvier, le Consulat général de France à Alger a déconseillé strictement tout déplacement depuis l’Algérie vers...

Confidentiel. Sonatrach : de nouvelles magouilles douteuses autour d’un important marché dans la production des hydrocarbures

A la suite des révélations d'Algérie Part sur l'annulation illégale et surréaliste de séance de l'ouverture des plis commerciaux...

Les plus lus

La « religion » va coûter à l’Algérie plus de 170 millions d’euros en 2021

En 2021, l'Etat algérien va dépenser l'équivalent de plus...

COVID-19. Attention, augmentation des nouvelles contaminations dans plusieurs wilayas en Algérie

L'Institut National de la Santé Publique (INSP),un organisme scientifique...
- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you