A la une Document exclusif. Après la COVID-19, la tuberculose inquiète fortement...

Document exclusif. Après la COVID-19, la tuberculose inquiète fortement les autorités algériennes

-

En Algérie, il n’y a pas que l’épidémie de la COVID-19 qui menace particulièrement la santé publique de la population algérienne. La tuberculose est l’autre maladie qui est en train de prendre une dimension troublante et inquiète ainsi fortement les autorités algériennes. Preuve en est, le 14 janvier dernier, le ministère algérien de la Santé a adressé une instruction urgente à tous les responsables du secteur public de la Santé pour leur communiquer des recommandations importantes afin de renforcer les dispositifs de lutte contre la tuberculose, a constaté Algérie Part au cours de ses investigations. 

Le document officiel adressé par le ministère de la Santé aux responsables de tous les services et structures de la santé publique réparties à travers le pays souligne clairement que la « tuberculose demeure encore un problème de santé publique en Algérie ». Les autorités sanitaires algériennes sont particulièrement inquiètes par l’infection tuberculeuse chez les personnes asymptomatiques.

D’après les documents en notre possession, les autorités sanitaires algériennes sont préoccupées largement par les proportions inquiétantes de  l’infection tuberculeuse latente. C’est un syndrome clinique lié à une infection par le bacille de la tuberculose, au cours de laquelle le bacille a été réduit à un état quiescent par la réaction immunitaire. En clair, le bacille tuberculeux, une fois dans l’organisme peut rester à l’état de repos peu actif (« dormant ») et ne provoque pas de maladie tout en restant vivant. C’est ce qu’on désigne par infection tuberculeuse latente (ITL), qui est le résultat d’un équilibre entre le système immunitaire de la personne infectée et les bactéries. La personne infectée n’est pas malade, ne présente aucun symptôme et n’est pas contagieuse, mais d’une certaine façon, elle héberge les mycobactéries. Cette infection peut durer des années ou des décennies.

Le risque de développer la TB maladie après une infection concerne particulièrement les personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies par des facteurs comme la malnutrition, le diabète, le tabagisme, mais aussi le VIH, ou certains médicaments. C’est, d’ailleurs, le risque sur la santé de ces catégories fragiles de la population que craignent les autorités sanitaires algériennes. C’est, pour cette raison, qu’elles ont formulé dans leur instruction datant du 14 janvier dernier des recommandations fermes et précises pour faciliter la prise en charge médicale des patients atteints de tuberculose et surveiller l’état de santé des populations les plus à risques de faire des complications secondaires.

 

7 COMMENTS

  1. de gros efforts avaient été durant les années 60 menées a grande échelle pour éradiquer les fléaux de la tuberculose, de la diphtérie, de la polio, du choléra , de la méningite j en passe par une généralisation de soins appropriés à l ensemble de la population .cependant avec les évènements des années noires et la mauvaise gestion des 20 dernières années aggravés par un niveau de vie très bas engendré par de faibles revenus ainsi que la disparition progressive de la médecine gratuite, les gens négligent les soins qu il faut, ne se soignent plus par suite de la cherté des visites médicales, des examens de laboratoire et des médicaments inaccessibles ou en partie remboursés, ce qui a donc fait apparaitre ces maladies, les poux ,les intoxications , l absence d hygiène corporelle , la sous alimentation etc et de ce fait il est très difficile que l état de santé de la population sera au même niveau que durant les années 60

  2. D’abord le cancer que nos dirigeants qu’ils ont inoculé par leurs gouvernance désastreuse à l’ensemble de notre population depuis l’air Boukherouba, qui s’est malheureusement métastase dans l’esprit d’un grand nombres de concitoyens , voici venir le COVID et maintenant la tuberculose, est après ça sera quoi d’autre ? Le proverbe dit :
    Le premier devoir d’un gouvernant est de vouloir ce que le peuple veut. est que veut le peuple ? Qu’ils partent tous.

  3. @morgane. Slt morgane. C fou, je pense la même chose que toi, sur ce long @nif. Lol. Il a plusieurs pseudonyme. Mais qu’il dégage ! Qu’il aille prendre un petit rdv avec son roi dans les arrières grandes chambres du palais. Sa lui fera du bien.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Hirak : la foule « brise » le cordon sécuritaire à Alger et fonce vers le coeur de la capitale

Une foule composée de milliers de manifestants a brisé le cordon policier au niveau de la rue Dr Saadane...

Hirak : une importante foule rassemblée devant la Place de l’Emir Abdelkader à Alger

Une importante foule a pu se rassembler ce matin matin à Alger-centre en dépit de l'impressionnant dispositif policier déployé...

Le Nouveau Communiqué de Presse Trompeur d’Ooredoo Algérie !

Le groupe Ooredoo est une entreprise de communication internationale opérant au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Asie...

Inédit dispositif policier à Alger pour bloquer la marche des étudiants du Hirak

Une seule photo vaut mille mots. Des camions de la police algérienne qui bloque entièrement l'une des plus grandes...

Said Boudour, encore un journaliste algérien en prison

Said Boudour, originaire d'Oran, l'un des journalistes algériens les plus engagés et les plus actifs dans les rangs du...

Tebboune : « Je suis le ministre de la Défense Nationale et le Chef Suprême des forces armées »

Abdelmadjd Tebboune a réfuté catégoriquement toute tension entre lui et l'Institution Militaire en Algérie. "Je suis le ministre de...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you