Vendredi 16 avril : des milliers de manifestants dans les rues d’Alger crient : « Emmenez-nous tous en prison ! »

3
1214

Malgré le mauvais temps et le jeûne du mois du Ramadan, des milliers de manifestants ont défilé ce vendredi 16 avril dans les rues de la capitale Alger pour organiser de nouvelles marches hebdomadaires du Hirak. Et la détermination des manifestants et militants du mouvement populaire algérien était bel et bien au rendez-vous. 

« Emmenez-nous tous en prison ! », ont crié ces manifestants sous une pluie battante dés le début des marches du Hirak dans plusieurs boulevards de la capitale Alger. Confrontés à plusieurs cordons policiers déployés au coeur de la capitale pour bloquer les marches pacifiques, les hirakistes ont crié haut et fort leur volonté  de « manifester jusqu’au bout » pour défendre les revendications favorables au changement démocratique. « Emmenez-nous tous en prison », ont crié à maintes reprises les Hirakistes pour dénoncer les arrestations, interpellations et incarcérations arbitraires perpétrées la semaine passée par les services de sécurité et les autorités judiciaires algériennes.

« Daoula Haggara, noudou ya wlad el Assima », le pouvoir est injuste, réveillez-vous les enfants d’Alger, ces mots revenaient tel un leitmotiv qui provient des tripes de ces manifestants grandement mobilisés pour le premier vendredi du Hirak au cours de ce mois sacré du Ramadan 2021. Force est de constater que le Hirak n’a pas perdu de sa vigueur ni de sa puissance populaire.

Et comme à leur habitude, plusieurs arrestations ont été réalisées par les services de sécurité à l’encontre notamment de manifestants qui brandissaient des pancartes affichant les noms et visages des récents hirakistes incarcérés à Alger pour avoir tenté d’organiser des marches pacifiques favorables aux revendications du Hirak. « Ya les généraux ya khawa, atelgou wladna ysouma maa », (Ya les généraux traîtres, relâchez nos enfants pour qu’il passe le Ramadan avec nous », ont chanté enfin d’une seule voix les hirakistes devant des policiers impassibles et sur le qui-vive face à une immense foule qui déborde de tous les coins des quartiers d’Alger-centre…

3 COMMENTS

  1. Le peuple est ingénieux mêmes dans ses slogans, quand à nos dirigeants, vous êtes prisonniers d’un système de civilisation qui vous pousse à détruire le peuple pour survivre. La réalité est une prison, l’imagination en est la clé.