COVID-19. Attention, la situation commence à se dégrader au niveau des hôpitaux algériens

1
1314

Inquiétante fin du mois de mai en Algérie. Les indicateurs sanitaires sont au rouge notamment au niveau des hôpitaux où une certaine tension commence à se faire sentir depuis la fin du mois de mai en raison de l’augmentation significative des nouveaux cas graves hospitalisés. C’est l’Institut National de la Santé Publique (INSP) qui l’affirme dans un rapport officiel. Cet organisme scientifique relevant officiellement du ministère de la Santé n’a pas manqué de relever dans son dernier bulletin épidémiologique que que le taux moyen hebdomadaire d’hospitalisation en Algérie a augmenté de plus de 28 % au cours de la fin du mois de mai passé. 

 

« On observe une augmentation que le taux moyen hebdomadaire d’hospitalisation entre le 24 et le 30 avril et le 25 et le 31 mai est  passé de 26,44 à 33,95 patients hospitalisés pour 100 000 habitants. L’accroissement est de 28,5 % », relève ainsi à ce propos l’INSP dans son rapport scientifique dans lequel il a identifié pas moins de 7 wilayas qui enregistrent un taux d’augmentation des nouveaux cas hospitalisés supérieur ou égal à 100,0 % entre les deux dernières périodes, à savoir le 24 et le 30 avril ainsi que le 25 et le 31 mai.  Ce sont, Naâma avec un record effrayant de 575,0 %, Tébessa (174,5 %), Skikda (157,0 %), Ain Témouchent (135,6 %), Tipaza (129,8 %), Ain Defla (127,3 %) et Souk Ahras (100,0 %).

Les wilayas de la région Centre ont observé « au cours du mois de mai la hausse la plus importante du nombre d’hospitalisations », met en garde à ce propos l’INSP dans son dernier bulletin épidémiologique. Ainsi, ces wilayas ont enregistré en moyenne 869,8 patients par jour versus 633,7 en avril, soit une augmentation des nouveaux cas hospitalisés de +39,2 %.

Les experts de l’INSP ont noté, par ailleurs, que la courbe des hospitalisations dans le centre du pays présente la même allure que celle du niveau national, à savoir, une hausse progressive en avril et début mai avec en moyenne 701,0 entre le 20 et le 26 avril, 754,7 patients par jour entre le 27 avril et le 03 mai et, 807,6,4 entre le 04 et le 10, soit des accroissements respectifs de +7,7 % et de +7,0 % ; puis, on observe une baisse à 768,3 (-4,9 %) entre le 11 et le 17 et de nouveau une augmentation à 862,0 (+12,2 %) entre le 18 et le 24 et à 1 087,1 (+26,1 %) entre le 25 et le 31 mai. Au cours du mois de mai, les taux d’hospitalisation moyens varient de 4,92 entre le 27 avril et le 03 mai à 7,09 patients en structure de santé pour 100 000 habitants durant les sept derniers jours de mai.

Ces augmentations témoignent clairement d’une inquiétante  détérioration de la situation au niveau des hôpitaux algériens. Et si cette situation perdure encore, elle va provoquer un scénario cauchemardesque. Il est donc urgent pour les autorités sanitaires de préparer un plan d’action et de prévention pour anticiper une saturation des principaux hôpitaux du pays.

 

1 COMMENT

  1. Quel article débile et mensonger…. Hahahahaha…
    Du très grand n’importe quoi signé Semmar le Harki haineux et revanchard…

    Il doit prier tous les jours pour qu’une catastrophe frappe le pays….

    Maïs comme on dit

    La 7awla Waka Qouwata Ila Bilah