A la une Contribution. Ce que le haut commandement militaire doit faire...

Contribution. Ce que le haut commandement militaire doit faire pour contenter le Hirak selon un « cerveau algérien » établi à l’étranger

-

Dans un pays qui aspire à la démocratie, l’armée ne doit pas sortir de son champ d’action pour gérer les intérêts politico-économiques de la nation. La charte militaire indique clairement que son rôle est purement opérationnel. Le Chef de l’état major doit par conséquent  veiller à l’intégrité territoriale et à la protection des libertés du peuple décideur.

 

Nous avons donné trop d’importance au dialogue avec le  chef de l’armée et à ses orientations. Cela l’a conduit à s’octroyer de facto une position de dirigeant politique, sans déclaration ou nomination officielles. En profitant de cette approbation involontaire du peuple, il a décidé, de fait, d’assumer la haute magistrature du pays tout en privilégiant une interprétation extra constitutionnelle de sa fonction. En discutant des droits des citoyens avec le premier responsable militaire, ou en suscitant sa réaction, nous renforçons ainsi une autorité inappropriée. Nous sommes donc entraînés par défaut à participer en tant que spectateurs à un jeux de dupes car les décisions sont sous le contrôle des généraux.

 

On remarque à ce propos que le chef de l’armée ne s’adresse pas directement à la nation. Il le fait à travers les casernes et les centres militaires. Il sait pertinemment que toute communication directe avec le peuple serait une violation de la constitution passible des tribunaux.

 

Les Algériens devraient donc constitutionnellement échanger avec le Président « administrative » et son Premier Ministre, par intérim, même si ce ne sont que des marionnettes entre les mains du chef de l’armée et de leurs associés. Ces derniers ont créé un cercle vicieux par le bais duquel ils commandent le chef de l’Etat actuel (acte inconstitutionnel) qui en retour leur confère implicitement l’autorité requise pour maitriser la situation comme bon leur semble (acte illégal). Là est l’engrenage !

 

Insister sur ce dialogue direct renforcerait notre légitimité constitutionnelle et internationale. On bénéficierait ainsi d’un appui et support des observateurs libres et nations démocratiques, dans le cas d’une agression illégitime sur le peuple.  Ceci entrainerait ipso facto une réaction à l’intérieur de l’armée et pression sur le système fantoche actuel.

 

Il ne fait aucun doute que la Grande Muette, et ses nouveaux associés, ont décidé de se débarrasser des anciens décideurs politique et oligarchique et de leurs soutiens (officiers en retraite et non-militaires), nettoyage pas encore achevé,  pour les remplacer par une autre équipe agréée par la nouvelle union avec l’étranger.

 

Cette primo-alliance représente une tendance politico-stratégique différente de la précédente. Elle est conçue de telle manière à ce que la restructuration de la majorité des pays du continent africain soit quasi-uniforme, facile à gérer et contrôler. Elle formerait ainsi une structure puissante et inédite qui servirait les intérêts politico-économiques de ces nouveaux alliés!

 

L’option privilégiée par ce binôme serait de reproduire le modèle égyptien. Un scénario où un militaire occuperait la fonction civile de Président de la république. Pour apaiser le mécontentement de la population, il inclurait dans son programme de gouvernance un nombre raisonnable de revendications populaires permettant le retour à une pseudo-normalité. Cette dernière, légitimée par le vernis populaire, favoriserait le façonnement de la future Algérie selon les plans de ces nouveaux leaders, et de leurs associés, qui en tireraient un maximum de profits au détriment des intérêts vitaux de la nation.

 

Mais pour parvenir à cette fin, les chefs de l’armée ont besoin d’un prétexte pour déclencher l’état de siège. Cette hypothèse leur permettrait « légalement » de s’emparer des rênes du pays et de servir les desseins de leurs nouveaux maitres.

 

Nous avons ainsi été témoins vendredi 21 juin 2019  d’une tentative parmi tant d’autres qui figurent sur la liste de leurs actions subversives. Les Algériens ont observé l’ignorance et le désespoir du chef d’état major quant à la signification culturelle – et non politique – du drapeau de nos frères et sœurs de Kabylie. A cette occasion, j’invite tous les Algériens à outrepasser ce sujet et à le banaliser.  Nous sommes clairement une nation amazigho-arabo-mozabito-chaouio-touareg. C’est une réalité indéniable. Notre passé amazigh et notre foi musulmane unissent historiquement notre grand Maghreb. C’est une partie essentielle, et non négociable, de notre patrimoine.

 

Cette tentative de coup de force traduit en fait l’échec, l’humiliation et la perte de confiance de ses instigateurs. Cette manœuvre a été imaginée afin de nous diviser, de faire diversion et de ralentir notre élan vers la construction d’un véritable Etat de droit. Aujourd’hui, les ennemis de la nation ont reçu une gifle royale. Le peuple est uni, mature et sage. Il a montré au monde entier son formidable esprit pacifique. Depuis le 22 février, la résistance et la conscience populaires sont sans faille. Ces manipulations en tous genres, d’un autre temps, sont désormais inefficaces. Mais, il ne faut donc pas tomber dans un cycle de discussions vides qui risquerait de nous faire perdre de vue l’objectif auquel nous aspirons : une dignité retrouvée, l’indépendance totale, le droit à l’épanouissement économico-social et la liberté d’expression.

 

Qu’on ne s’y trompe pas toutefois. Ces pratiques diaboliques sont amenées à se répéter. Différemment du scénario égyptien où un candidat civil élu par le peuple a été chassé par la ruse des dirigeants de l’armée. Les décideurs du scénario algérien pourraient quant à eux avoir recours à un semblant de compromis : les chefs militaires « quitteraient » la scène politique en plaçant un président civil à leur botte. Ils veilleraient à ce que des élections soient prétendument libres, comme revendiqués par les citoyens, mais feraient en sorte que les candidats à la présidence soient cooptés pour être en phase avec la nouvelle alliance étrangère politico-stratégique. Afin de gagner la confiance des votants, les exigences populaires seraient théoriquement prises en compte et les personnalités choisies, avec une feuille de route à appliquer, seraient publiquement connues et probablement même respectées par un grand nombre d’entre nous. Le tout dans une démocratie de façade.

 

 

Dans cette optique de compromis, ils pourraient prendre les mesures concomitantes suivantes :

1) L’armée se sépare de l’ancienne bande et neutralise tous ses membres  (réalité ou mise en scène qui se déroule actuellement sous nos yeux?)

2) Remplacement du joug colonial, qui a ruiné, paralysé le développement du pays, depuis le début des années 80, et privé le peuple algérien d’un progrès légitime, par de nouveaux alliés géo-politiques. Ces derniers «prendraient en compte » la détermination et la force indivisible de la nation et trouveraient un moyen d’intégrer ses desiderata afin d’apaiser le peuple et garantir leurs intérêts.

3) La mise au point d’un processus électoral avec des candidats présélectionnés provenant soi-disant du mouvement populaire mais qui ne seraient pas en réalité tout à fait indépendants.

4) Le nouveau Chef de l’Etat désigne un cabinet ministériel et des fonctionnaires conformément aux décisions de l’état major et au programme de leurs nouveaux alliés

 

On peut légitiment rêver d’une vision sur le papier conforme aux aspirations de la population. La prudence doit toutefois être de mise car l’imbrication du peuple dans une structure pyramidale de gouvernance restera à la merci des caprices des dirigeants et de leurs nouveaux alliés. Ce programme n’offre donc en aucun cas une garantie totale d’indépendance car il dépendra toujours des décideurs et de leur vision stratégico-économique. Les mauvaises pratiques de jadis resurgiront et les décideurs de l’ombre continueront d’influencer le gouvernement et le haut commandement militaire.

 

La seule mesure positive, parmi les quatre points sus-mentionnés, serait le remplacement de l’ancienne puissance coloniale par de nouveaux partenaires visionnaires. Ceux-ci devront réaliser que le seul moyen de préserver leurs intérêts serait d’éviter toute prédation et de se soucier du développement économico-social des Algériens et des intérêts géo-politique de la nation. Ce choix, nécessaire et stratégique, doit nous aider à nous débarrasser d’une mentalité de colonisés qui n’a que trop duré. En effet, l’ancien système, pourri de l’intérieur par cupidité, a couté cher à notre nation et l’a privée de ses capacités de se définir et de s’épanouir.

 

Toutefois, même si l’alliance coloniale est remplacée par un pacte avec un nouveau partenaire étranger plus pragmatique, qui tiendrait compte des besoins de base du peuple sans en perdre le contrôle et qui favoriserait des élections apparemment libres se traduisant par le choix d’une personnalité connue de la nation, cela ne garantit guère la liberté du peuple qui restera toujours sous leur férule.

 

Ce changement d’alliance ne devra donc se réaliser que dans un contexte de gestion nationale où le peuple est à la fois libre et décideur. C’est cette volonté populaire qui doit imposer ses prérogatives à la nouvelle alliance étrangère, laquelle devra donc s’aligner sur les choix et les besoins du peuple, et non l’inverse. Cela doit nous conduire à considérer une nouvelle structure de gestion des biens nationaux et un processus électoral rénové.

 

Ce dessein ne peut se concrétiser qu’avec la création et la mise en œuvre d’un système de gouvernance original et novateur. Un éco-système qui favoriserait les droits du peuple, qui lui confèrerait une authentique souveraineté, qui limiterait de par sa structure et sa législation, l’accaparement indu des richesses nationale, les tentations attachées au pouvoir et les risques d’actions séditieuses.

 

Il faudra coûte que coûte éviter de se faire piéger dans la même structure avec l’équipe qui arrivera au pouvoir. Même si celle-ci émane d’organisations populaires de confiance, le risque de reproduire le schéma destructif précédent, en raison de la faiblesse intrinsèque de l’âme humaine, est toujours possible.

 

Pour ne pas tomber dans la même ornière, l’actuel système archaïque – électoral et de gouvernance – doit être complètement remplacé par un mode de gestion politique et juridique fait sur mesure où les droits du peuple seront étroitement contrôlés par et pour lui.

 

Pour faire éclore ce nouveau paysage politique, et suite à la dissolution du gouvernement et des deux chambres,  il sera nécessaire de mettre sur pied une commission présidentielle (Presidium) transitoire d’une année. Celle-ci gérera les besoins immédiats opérationnels du pays, et des citoyens, tout en veillant à la mise en place des fondements nécessaires à la création d’une structure politique et électorale inédite.

 

Un document élaboré par des Algériens  – issus de l’intelligentsia  diasporique et de l’intérieur du pays –  proposant cette nouvelle organisation gouvernementale et de gestion, sera présenté très prochainement à l’approbation populaire. Il inclura l’armée du peuple comme partie intégrante de la nation.

 

Cette ère qui s’ouvre nécessite donc une législation idoine et une nouvelle constitution. Il en va de la souveraineté entière du peuple qui demeure la priorité nationale.

 

Par Faouzi Zerrouk, fondateur et président du Group international Zecotek (Technologies pour les hautes énergies, Médecine Nucléaire, Photoniques et Opto-électroniques), Docteur en Physique théorique et mathématiques du Royaume-Uni et Docteur des sciences en génie physique de l’Académie des Sciences de Russie. Conseiller International en développement et commercialisation de technologies de pointe.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Le FMI désavoue Tebboune et reconnaît les conséquences fâcheuses de sa réduction des projets d’investissements décidée en 2020

L'Algérie ne va bénéficier de la croissance exceptionnelle des prix des hydrocarbures sur les marchés mondiaux à cause des...

L’écrivain français Marc Dugain : « Soixante ans après l’indépendance, les Algériens ne sont pas parvenus à récupérer leur pays confisqué par une frange cupide...

Le réalisateur, écrivain et journaliste français Marc Dugain a publié ce vendredi 15 octobre dans les colonnes du quotidien...

La justice française lance des mandats d’arrêt contre 4 stewards d’Air Algérie impliqués dans un vaste réseau de voleurs de smartphones

Des travailleurs et fonctionnaires d'Air Algérie sont au coeur d'un nouveau scandale en France. La justice française vient de...

Retour des manifestations populaires et une répression violente de l’Etat : l’inquiétant scénario prévu par le Foreign Policy pour l’Algérie dans les années à...

Le célèbre magazine américain Foreign Policy prévoit de futurs troubles en Algérie en raison de la très délicate conjoncture...

Le célèbre magazine américain Foreign Policy : « les Algériens ont besoin de se libérer de leurs dirigeants âgés »

Le journaliste et écrivain Francisco Serrano, spécialiste d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient et l'une des plumes du célèbre...

Une note confidentielle de Matignon explique le « vide idéologique en Algérie » par « la fuite des cerveaux »

C'est un document interne et confidentiel qui ne devrait pas manquer de susciter de nouvelles tensions entre Alger et...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you