Confidentiel. Une baisse de 40 % des budgets des prisons menace l’équilibre alimentaire des détenus algériens

4
1268

Les conditions de vie des détenus au sein des prisons algériennes ne cessent de se détériorer dangereusement ces dernières semaines notamment depuis une brutale baisse de 40 % qui a été imposée aux budgets de fonctionnement des prisons algériennes. Cette austérité budgétaire décidée à la fin de cette année 2020 a été motivée par la nécessité de rationaliser les dépenses publiques en raison des conséquences de la crise financière née dans le sillage de la pandémie de la COVID-19. 

Cependant, cette austérité budgétaire décidée à l’encontre des établissements pénitentiaires en Algérie a provoqué une dangereuse détérioration de l’approvisionnement en produits alimentaires et de la qualité des repas servis à plus de 90 mille détenus qui croupissent dans les prisons algériennes réparties à travers l’ensemble du territoire national. Depuis plusieurs jours, les détenus algériens ne reçoivent plus de plats et des repas consistants qui peuvent leur garantir un équilibre alimentaire. Cette détérioration de la nourriture des détenus a commencé à soulever l’indignation au sein des établissements pénitentiaires notamment pendant cette période de crise sanitaire où le droit aux visites familiales a été suspendu pour empêcher la propagation de la COVID-19 au sein des prisons qui connaissent un taux de surpeuplement très inquiétant en Algérie comme il a été révélé dans plusieurs publications par Algérie Part. 

Oui, il faut savoir qu’il y a encore en Algérie près de 50 prisons qui datent de l’époque du colonialisme français ou la présence ottomane à l’image de la prison d’El-Harrach, la plus célèbre prison de la capitale Alger. Selon nos investigations, ces vieilles prisons algériennes ne peuvent plus faire face à l’augmentation vertigineuse de la population carcérale. Si en 2008, il y avait 59 mille détenus, en 2020, l’Algérie compte plus de 90 mille prisonniers. Une énorme surcharge et un nombre anormalement élevé. Preuve en est, l’Algérie compte beaucoup plus de prisonniers qu’un pays comme la France qui enregistre près de 84 mille prisonniers. En Allemagne, un pays de plus de 82 millions d’habitants, la population carcérale ne dépasse pas les 50 mille prisonniers.

La détérioration inquiétante de la qualité des repas servis aux détenus a suscité une vive polémique depuis plusieurs jours au sein de l’administration pénitentiaire algérienne où plusieurs agents et hauts cadres craignent des mutineries ou une aggravation des problèmes sanitaires au sein des prisons que risque de susciter le très mauvais ou précaire régime alimentaire imposé aux détenus algériens.

Soulignons enfin que ce n’est pas la première qu’un grand malaise éclate ouvertement au sein des prisons algériennes. La direction générale de l’administration pénitentiaire est sous tension depuis le début plusieurs mois notamment en raison de l’incapacité avérée de l’homme de confiance du ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, Fayçal Bourbala, de gagner la confiance et le respect des directeurs de prisons, avait révélé récemment Algérie Part au cours de ses investigations.

La gestion de Faycal Bourbala suscite effectivement un véritable mécontentement notamment en cette période de crise sanitaire de l’épidémie du COVID-19 où le personnel pénitentiaire a manqué cruellement de moyens pour se protéger et empêcher la propagation de l’épidémie dans le milieu carcéral et ce depuis l’avènement de l’épidémie au mois de mars dernier.

Les directeurs de plusieurs importantes prisons à travers le pays avaient demandé la mise en place d’un dispositif sanitaire sérieux permettant d’offrir de véritables moyens de protection aux 26 mille gardiens de prison et personnel de l’administration pénitentiaire. Ces derniers ont fait face  aux mois de juillet, août, novembre et décembre à une impressionnante vague de contaminations au COVID-19 dans le milieu carcéral.

Et les prises en charge médicales font entièrement défaut obligeant ainsi les établissements pénitentiaires de programmer l’évacuation des détenus contaminés jusqu’aux hôpitaux environnants prenant ainsi des risques sécuritaires et sanitaires encore plus graves. En plus, les gardiens de prison n’ont bénéficié d’aucune prime de risque dans le cadre de leurs efforts consentis pour la lutte contre la COVID-19 et la préservation de la santé publique. Les gardiens des prisons algériennes ont été totalement oubliées par leur tutelle et les autres services de l’Etat qui ne leur ont accordé aucune importance particulière alors que plusieurs autres salariés algériens ont bénéficié de primes d’encouragement.

 

4 COMMENTS

  1. Donc, Nekkaz avait raison ! Pourquoi tant de haine à son sujet. Il n’y’a que les cachiristes adeptes du statuquo qui continuent de cacher la poussière sous le tapis ! Tôt ou tard, ma yanfaââ ghir Assah ! Makkach el Harba.

  2. boussad Svp ne dites pas Nekkaz a raison , c est une occasion pour lui

    youtube Rachid Nekkaz inciting the murder of deputies j ai lu sa vidéo, non pas possible de revenir sur les années noires,

    il n’est qu’un extrémiste car il fait de la provocation directe au terrorisme qu’est l’incitation à commettre des actes terroristes contre le peuple

    la paix pour le peuple algérien

  3. le gouvernement algérien doit prendre la responsabilité des prisonniers en charge
    voir le système de santé est surchargé, les détenus se voient régulièrement refuser un accès adéquat aux soins médicaux. Ces difficultés ne font que s’aggraver en période d’urgence sanitaire, exposant les personnes privées de liberté

    Messieurs les politiciens algériens, la nouvelle année est la, mettez fin
    à cette injustice et de libérer celles et ceux qui se battent pour faire respecter les droits humains donnez
    une bonne image de cette Algérie

    L’ICJ, Amnesty , FIDH et d autres organismes humanitaires et ses organisations membres appellent plus généralement les gouvernements
    ( Algérie) à décongestionner les prisons en libérant un grand nombre de prisonniers pour des raisons de santé publique

    Aux prisonniers détenus pour avoir exprimé leurs opinions (…) une pensée pour eux

  4. ON AURAIT AIME UNE BAISSE SIGNIFICATIVE DES BUDGETS DE L ‘ANP ET DE LA PRESIDENCE ET TESTS PCR GRATUITS POUR LES ALGERIENS AYANT DES SYMPTOMES EVIDENTS DE CORONA,MAIS NOS » BRILLANTS DIRIGEANTS » ET CES GENERAUX  » MAJORS »MAFIEUX NE L »ENTENDENT PAS DE CETTE OREILLE,AUSSI LONGTEMPS QUE LE PETROLE COULE ……………………………..