Confidentiel. Malaise au sommet de l’Etat algérien : incompris et ignoré, Boukadoum demande à partir

15
2679

Enorme malaise au sommet de l’Etat au moment où l’Algérie fait face à une véritable crise diplomatique avec de nombreuses tensions régionales. Le ministre des Affaires Etrangères Sabri Boukadoum a demandé officiellement à partir pour quitter définitivement son poste de chef de la diplomatie algérienne. A la fin du mois de novembre dernier, il avait exprimé ouvertement ce voeu lors d’une entrevue avec son Premier-ministre, Abdelaziz Djerad, a appris Algérie Part de plusieurs sources concordantes. 

Sabri Boukadoum se sent incompris, ignoré et marginalisé dans l’actuel gouvernement algérien notamment depuis l’hospitalisation à l’étranger d’Abdelmadjid Tebboune. Selon nos sources, plusieurs conseillers à la Présidence et des officiers supérieurs du renseignement algérien désapprouvent Sabri Boukadoum qui entretient également des relations compliquées avec Abdelaziz Djerad. Une grande méfiance règne entre les deux hommes.

D’autre part, nous avons pu confirmer également au cours de nos investigations que la demande de départ de Boukadoum est étroitement à liée aux échecs de la diplomatie algérienne dans le dossier libyen et malien. Plusieurs personnalités libyennes ont refusé de traiter avec Sabri Boukadoum pour dénoncer « un comportement arrogant » de la part du chef de la diplomatie algérienne qui n’aurait pas su comment ménager les sensibilités des notables et chefs de tribus libyennes. Dans l’entourage de Sabri Boukadoum, on balaie d’un revers de main ces accusations et on rétorque que le ministre des Affaires Etrangères a eu beaucoup de bâtons dans les roues car les approches qu’il proposait pour gérer le dossier libyen étaient rejetées par Abdelamdjid Tebboune. Ce dernier privilégiait toujours des propositions formulées par la Direction de la Documentation et de la Sécurité Extérieure (DDSE), le renseignement extérieur algérien, dirigée par un certain général-major Mohammed Bouzit dont les rapports et les expertises sur la situation libyenne ont comporté de nombreuses erreurs d’évaluation et des analyses basées sur des éléments infondés qui ont induit en erreur la diplomatie algérienne sur le terrain très miné en Libye.

Après plusieurs « protestations », Sabri Boukadoum n’a jamais été écoutés ou pris au sérieux. Le malaise a fini par éclater au grand jour avec le départ à l’étranger d’Abdelmadjid Tebboune pour des soins intensifs à la suite d’une infection COVID-19. Selon nos sources, Sabri Boukadoum a demandé une nomination à Washington où il estime qu’il sera beaucoup plus utile à l’Algérie. Et c’est l’actuel ambassadeur d’Algérie à Washington, Madjid Bouguerra, qui est proposé pour remplacer Sabri Boukadoum lorsque son sort sera officiellement et définitivement tranché.

15 COMMENTS

  1. C’est normal, c’est le dernier ministre encore compétent dans cette nouvelle algérie. Donc, sa présence doit faire tâche dans la médiocratie ambiante. Il a raison. Il aurait dû partir il ya deja longtemps. Lamamra à été sali, et le tour de Boukadoum s’il reste encore plus.
    Il n’y a rien à faire, une seule compétente quelle qu’elle soit et quel que soit son sacrifice et son patriotisme ne pourra jamais rien y faire , qu’on est entouré d’ incompétents qui se prennent pour des lumières, des gens qui détruisent en faisant semblant de construire …
    Un pays sans freins, la pente est raide.

  2. c est dommage et ce sera une perte pour la diplomatie algérienne durant cette période d un grande vide angoissant aggravé par la longue absence du seul coordinateur du fonctionnement des institutions.en effet président de la république, ministre de la défense, commandant suprême des armées dont l état réel de santé est caché au peuple.une telle situation aggravée par les menaces à nos frontières, le ralentissement de l économie nationale,les difficultés socio économiques,des activités réduites au minimum des ministres qui ne peuvent s aventurer à prendre des initiatives, un climat malsain au sein de la société civile, échaudée par les périodes vécues durant le règne bouteflika, qui, légitimement angoissée par ce vide,s interroge sur l avenir et la conduite du pays. trop de temps perdu ,ce pays a besoin dans l urgence d hommes compétents , intègres et engagés pour le redresser et il y en a actuellement ; des anciens ambassadeurs, un ex gouverneur de la banque centrale, d anciens ministres et premiers ministres

  3. ministre incompris et IGNORANT PAS IGNORE.
    il veut revenir a Washington normal pcq sa femme est consulat labas au frais de la princesse.
    ce Boukadoum ne fait pas le poids,la diplomatie Algerienne est plus grande que lui,il est totalement dephase ,ajoutant a ca l’incompetence et l arrogance: yakhi hala ,l’homme qu il faut a la place qu’il faut : juste un chimere en Algerie……..

  4. Sauve qui peut, ils ont tous participé au coulage du pays.
    Ils ont voulu donner des leçons à la terre entière, et qu’un vent mauvais arrive, c’est comme disait Djeha Slamt Rassi.
    Si demain il y’a la guerre ils vont tous prendre la tangente ne resteront que les djounouds et le peuple. Peuple qui malheureusement applaudit depuis 62 cette mafia.
    On ne récolte que ce que l’on sème.
    l’Algérie est dans une situation chaotique et ils continuent à bomber le torse.
    Quand l’armée dit au peuple de se préparer à faire la guerre, cela veut tout dire.
    Depuis 62 ils ont mis main basse sur les ressources du pays, avec un budget de 13 milliards de dollars sans aucun contrôle et maintenant c’est le peuple qui doit aller se battre ?
    Yew f ajouter si vous voulez faire la guerre allez y, vous et vos enfants,vous êtes assez nombreux pour former des bataillons entier.
    Drôle de moeurs et drôle de pays.

  5. Le 20 Décembre 1777, et par le Sultan Sidi Mohamed le royaume chérifien du Maroc était le premier pays au monde à reconnaître l’indépendance des Etats-Unis prononcée le 4 juillet 1776. Quelle vision avait ce ROI marocain ! WAAAWWW

  6. @hassan, vision ? Mais il n’y a aucune, c’est juste une reconnaissance d’un état de fait auquel il n’a ni participé ni apporté quoi que ce soit. Drôle les marochiens qui viennent claironner sur un site algérien des faits soit disant d’armes pour tenter de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Si vous, vous êtes manipulés et absorbés par votre makhzen qui vous dit de faire là où vous le devait, c’est vraiment chiant à la longue d’être à ce point soumis. Mais cela est une autre histoire car c’est dans vos gènes d’être des esclaves.

  7. Fake news , il n’a jamais demandé à partir , il ya des indicateurs qui nous donne un point de vue sur la qualité des populations d’un pays , il suffit de se rendre aux tribunaux et voir le volume des affaires d’escroquerie, de vols , de corruption , viols …etc , المواطن هو الاول فاسد

  8. @Hassan
    Tant qu’à être dans l’Histoire, Parle-nous de votre roi mokoko Bocchus le Mebkhoss qui a trahi Jugurtha et sa descendance qui a trahi Juba 1er au début de sa guerre contre Jules César qui envahissait l’Afrique du Nord. On peut bien ajouter toutes les autres trahisons qui ont suivi. Même Abdelkrim Khattabi a été trahi par le mokoko royal, c’est bien pour dire.
    J’imagine qu’on ne vous enseigne pas ça dans les écoles de la descendance du Glaoui.