Confidentiel. Abdelhafid Allahoum, l’ami de Tebboune, à l’origine de la propagande « anti-Banque Mondiale »

16
1480

Abdelhafid Allahoum, le conseiller et l’ami du Président Abdelmadjid Tebboune, est le principal artificier et organisateur de la propagande médiatique du régime algérien dirigée contre « la Banque Mondiale », a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

L’ancien député  – élu de 1982 à 1987 – est conseiller à la présidence de la République depuis le début du mandat d’Abdelmadjid Tebboune, sans que le périmètre de son action ne soit déterminé ou identifié. En clair, parce qu’il est l’ami du Président, ses prérogatives sont quasiment illimitées et le sieur Allahoum se mêle pratiquement de tout sans disposer de la moindre connaissance aiguë ou approfondie du domaine dans lequel il met ses pieds.

Natif de la wilaya de M’Sila, Abdelhafid Allahoum était employé à Algérie Poste à Oran avant de partir à la retraite. Le 27 décembre 2019, Abdelhafid a été nommé par le président Abdelmadjid Tebboune au poste de conseiller à la Présidence de la République. Et depuis ce jour-là, « l’ami du Président » multiplie les dérapages et les bêtises. De la diplomatie aux relations avec la Presse, Abdelhafid Allahoum ne lâche aucun secteur clé de la vie du pays juste pour « briller » et démontrer à son mentor et son ami Tebboune qu’il est d’une grande utilité au Palais Présidentiel d’El-Mouradia.

Selon nos investigations, c’est cet ami de Tebboune qui use de son pouvoir pour donner des directives à l’APS et contraindre l’agence de presse gouvernementale à publier des dépêches mensongères, diffamatoires et des contenus fondés uniquement sur des considérations claniques, politiciennes et idéologiques. Allahoum est le conseiller présidentiel qui a ordonné à l’APS de lancer une campagne hostile contre la Banque Mondiale à la suite de son dernier Rapport de suivi de la situation économique de l’Algérie qui a été réalisé par la Banque Mondiale paru le 22 décembre 2021. Un rapport qui a remis en cause le « bon bilan » de Tebboune en dévoilant ses insuffisances et ses carences criantes. Pour sauver la face de son ami le Président, Abdelhafid Allahoum a outrepassé dangereusement ses prérogatives pour contraindre l’APS à « déclarer la guerre à la Banque Mondiale et ses principaux responsables ».

L’objectif est de mobiliser « la voix médiatique officielle » du pays pour riposter au rapport de la Banque Mondiale et pour défendre le bilan du Président Tebboune. Mais la méthode est sale, répugnante et dégoûtante : mensonges, fake news, diffamation et invectives, Allahoum a contraint l’APS à diffuser des contenus indignes d’une agence de presse relevant du service public. Il a, par ailleurs, engagé l’Etat algérien sur la voie de la « délinquance médiatique » en fomentant des accusations infondées et une propagande ridicule contre l’une des plus prestigieuses institutions économiques internationales. Un dérapage inédit que l’Algérie n’avait jamais connu ou vécu durant le long règne du clan Bouteflika.

Allahoum n’en est pas à son premier dérapage et il collectionne les scandales notamment dans l’affaire de la chaîne de télévision  internationale AL24 NEWS où il avait imposé le sulfureux et controversé Salim Aggar à la tête de ce projet sans consulter préalablement le ministère de la Communication. Allahoum viole régulièrement les prérogatives de la direction de communication de la Présidence de la République en empiétant sur les plates bandes des autres conseillers et chargés de mission au Palais Présidentiel d’El-Mouradia. Allahoum est aussi l’homme qui protège l’ambassadeur d’Algérie à Paris et orchestre dans les coulisses son maintien dans ses fonctions en dépit de tous les scandales de moeurs et de mauvaise gestion dans lesquels il est impliqué jusqu’au cou. Algérie Part publiera dans ses prochains publications de multiples révélations sur le rôle et comportement de ce conseiller qui abuse grandement de son pouvoir pour semer la zizanie au plus haut sommet de l’Etat. Et parce qu’il est l’ami du Président, personne n’ose lui dire… ça suffit !

 

16 COMMENTS

  1. Allahoum et le frère de abdelmadjid Allahoum ex conseiller de Boukharouba ,ils sont de la région d’El Eulma région de Sétif , Abdelmadjid Allahoum est devenu écrivain et c’est lui qui écrit un livre sur la politique de Boukharouba et un autre livre sur sa mort, c’est des gens qui se sont collés au pouvoir et ils se sont enrichis d’une immense richesse, ils se sont approprier des terres des colons a l’indépendance, ils sont 5 frères .

  2. arrêtes de faire lidiot! tu sais bien que cette histoire de banque mondiale est menée par le rédacteur de ce rapport bidon qui n’est autre que le directeur actuel de la zone afrique du nord un certain FARID BELHAJ un marocain qui trempe sa plume dans la haines de lalgerie et ami intime de MIMI6
    voilà la réalité ! ce rapport catastrophe sur lalgerie a été pensé et réalisé par le makhnez

  3. Il y a crime de lèse majesté à suggérer de quelques manières que ce soit que le clan de l’est squatte le pouvoir. Ils ont toujours réussi à faire porter le chapeau aux présidents gérants non associés qu’ils ont choisis !
    Ainsi, à eux, l’intégrité et aux autres, la corruption.
    On n’est pas sortis de l’auberge !

  4. Pour les marochiens de services , lisez le rapport de la BM concernant le narco état du cannabis d’avril 2021
    Mais les esclaves restes des esclaves
    « La pandémie combinée à un choc dans le secteur agricole a fait basculer l’économie marocaine dans une profonde récession en 2020. Le gouvernement a toutefois apporté une réponse appropriée à la crise et les am-bitieuses réformes en cours pourraient ouvrir la voie à une relance solide. La crois-sance devrait s’accélérer pour atteindre 4,2 % en 2021, bien que de sérieux risques de ralentissement subsistent. Une relance sporadique assortie d’une faible création d’emplois retarderait le retour aux niveaux de pauvreté d’avant la pandémie.

    Un confinement strict, l’effondrement des re-cettes du tourisme, la perturbation des chaînes de valeur mondiales et un choc agricole expli-quent l’ampleur de la récession. Au deuxième semestre de 2020, le PIB réel s’est contracté de 15,1 % en glissement annuel. Bien que l’activité ait montré des signes de reprise au troisième trimestre, d’après les premières estimations, le PIB réel aurait perdu 7 % en 2020. Du côté de la production, l’impact de la crise a été particu-lièrement grave pour le secteur hôtelier et le secteur des transports, ainsi que pour les seg-ments de l’industrie manufacturière les plus exposés aux fluctuations du commerce interna-tional. De plus, la valeur ajoutée agricole a diminué de 7,1 % en raison de la sécheresse. Du côté de la demande, la consommation privée s’est contractée de 9,4 %, une baisse en partie compensée par une hausse de 6,2 % de la con-sommation publique. Dans ce contexte, l’infla-tion non corrigée a atteint 0,7 % en moyenne en 2020 et la part de prêts improductifs est passée à 8,4 % du portefeuille de crédit des banques (contre 7,6 % en décembre 2019). »

  5. Arrêtez avec votre Maroc, vous êtes ridicules ! On n’a pas besoin de noyer le poisson avec des chiffres alambiqués.
    Les réalités parlent d’elles-mêmes. Il faut être hommes sandwichs pour braver le ridicule et persister dans la connerie !

  6. La connerie c’est de faire croire que la merde c’est à cause des « autres »
    La France a quitté l’Algérie en 1962, et tous les responsables successifs des échecs comme des réussites sont algériens et uniquement algérien
    Moi? je suis honnête, clean, et compétent….les « autres » des malhonnêtes , incompétents et corrompus
    Et les étrangers se moquent de nous, et je ne parle pas que des marochiens
    LES ALGERIENS, TOUS, ont échoué mec…en Algérie , il n’y a plus que des algériens en Algérie DEPUIS L’INDEPENDANCE
    Certains nous sortent les chaouis, comme avant ils accusaient le clan de l’ouest et d’autres les kabyles
    Le problème c’est l’A.L.G.E.R.I.E.N
    Le pouvoir , la junte, l’armée…c’est des algériens de l’Est de l’Est, de Kabylie, de chaouia, de Oued Souf , d’oran, de tlemcen et d’ailleurs de ce contient qu’on appelle Algérie
    S’il y’a des énormément de corrompus algériens, c’est qu’il y’a encore plus de corrupteurs algériens et s’il y’a des incompétents …il faudra se poser la vrai question: sommes nous capables de gérer un pays continent sans pétrole ou comme l’a dit FELLAG dans son sketch …on va tous le quitter pour une raison ou une autre et laisser le pays à de nouveaux colons qui en feront un paradis …

  7. @ Saber. Abdel Madjid Allahoum, officier diplômé de Saint Cyr. Rejoint le FLN en 1956. Fils de Caïd, chef du protocole de Boumediene et ambassadeur jusqu’à sa mort. Il suffit de se renseigner, tout finit par se savoir aujourd’hui

  8. L’Algérie est une des 15 grandes puissances mondiales…Longue vie aux 6 millions de chouhadas.
    Le makhzen avec la complicité de la banque mondiale et l’ONU sont jaloux de l’ équipe nle algérienne de football .

  9. La connerie, c’est ceux qui persistent à stigmatiser le peuple algérien et à ménager les « décideurs » entre-guillemets qui verrouillent la société depuis 60 ans ! Nous avons toujours les mêmes en place depuis 1962 ou leurs successeurs dont le
    la gouvernance verticale, en forme pyramidale, ruisselle naturellement une corruption généralisée, moyen efficace par
    lequel on tient tout le monde par la barbichette. C’est trop facile, de venir dire à postériori que c’est la faute de tous les algériens ! C’est pur alibi de dissimulation et de fuite en avant, puisque ces prédateurs n’ont jamais chercher à rendre des comptes depuis 60 ans, à part de virer les présidents-gérants non associés pour effacer les déficits et repartir de plus belle. Si, vraiment ces gens là veulent le bien de l’Algérie, qui les empêche de mettre en place une gouvernance horizontale avec contrôles à tous les étages et les sanctions qui y correspondent en temps réel ?
    Mais, le sort réservé au Hirak (à qui on prétexté la rage) en dit long sur les intentions !
    Le comble ! C’est qu’on a écrit des lois en 48 heures pour enfourner les gens en prison, mais à aucun moment, durant 60 ans, on a écrit un bout de loi pour lutter contre la corruption. On a même fait fort, on a dégommé Boudiaf(AI) pour le remplacer par Boutesrika. Arrêtez de prendre des gens pour des ploucs. Je sais que mon post sera lu mais la personne qui a réponse à tout, préférera ergoter sur le Maroc, qui ne nous intéresse pas, plutôt que de répondre sur la réalité algérienne. Preuve évidente qu’on a à faire à des … (?!) Dites-le si vous le savez !

  10. La déliquescence de l’Etat…Des crises de gouvernance… Semoule.. Patate… Huile de table… Incendies… Les liquidités.. D’évaluation du dinar… Cherté des produits… Et on cherche après les chaînes de TV F24.Tv5…Al Arabia….les differents sites médiatique..les institutions mondiales BM, FMI… etc… Ce régime aux abois cherche à tirer des plombs sur des comètes …