Comment l’Etat algérien va dépenser l’équivalent de 220 millions de dollars pour les affaires religieuses en 2022

5
883

En 2022, l’Etat algérien a prévu un budget de près de 31 milliards DA, à savoir l’équivalent de 220 millions de dollars, pour financer diverses actions en faveur des affaires religieuses.  Ces budgets ont été inscrits et confiés au ministère des Affaires Religieuses dans le cadre de la répartition des crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par la loi de finances pour 2022, a constaté Algérie Part. 

Rien que pour les fonctionnaires et employés du ministère des Affaires Religieuses, il a été prévu en 2022 un budget dépassant les 1,3 milliard de Da. 288 millions de Da seront consacrés aux rémunérations des activités de l’Administration Centrale du ministère des Affaires Religieuses à Alger. Les charges sociales des employés de ce département ministériel vont coûter plus de 76 millions de Da.

Plusieurs subventions sont également programmées au bénéfice de plusieurs instituts et centres spécialisés comme les instituts nationaux de formation spécialisée des corps spécifiques de l’administration des affaires religieuses et des wakfs qui bénéficieront de pas moins de 831 millions de Da.

Le centre culturel islamique d’Alger bénéficiera, de son côté, de plus de 425 millions de Da de subventions en 2022. L’Etat algérien a prévu aussi pas moins de 580 millions de Da de frais d’encadrement de l’activité cultuelle et culturelle en faveur de l’émigration, à savoir la communauté algérienne établie à l’étranger.

Pas moins de 100 millions de Da seront dédiés à la prise en charge des frais d’impression du Livre Saint, ouvrages et publications religieux en 2022.

Soulignons enfin que les salaires des fonctionnaires des directions des Affaires Religieuses et des Wakfs des Wilayas, des imams, leurs prestations à caractère familial et cotisations de sécurité sociale, leurs indemnités et allocations diverses vont coûter en 2022 près de 21 milliards de Da, soit l’équivalent de 150 millions de dollars US.

 

5 COMMENTS

  1. L’Algérie, c’est des casernes et des mosquées !
    L’islam est la religion d’État ! D’ailleurs, les imams ont un syndicat ef souvent ils font grève pour améliorer leur statut de fonctionnaire !

    Il faut payer aussi les imams algeriens envoyé en France qui délivrer la Bonne parole algérienne aux fidèles !
    Parmi les 529 candidats d’un concours, 70 imams ont été envoyés par l’Algérie !
    Il y en a qui sont envoyé par d’autres pays : le Maroc, la Turquie,… La religion, c’est le nerf de la guerre de la propagande d’Etat !

    https://www.liberte.dz/culture/greve-dimams-quand-lusine-de-production-de-foi-est-bloquee-306033

  2. Nous sommes un pays qui est, et qui sera dans un avenir prochain, victime du réchauffement climatique au même titre que tous les pays méditerranéens. Or toutes les nations de la rive nord de la Méditerranée prennent en compte l’arrivée de ces changements qui s’annoncent, ou qui ont déjà eu lieu, au travers d’aménagements divers ou de projets qui sont budgétés tant au stade de la recherche scientifique qu’au niveau de réalisation de programme en prévision des bouleversements dans les domaines agricoles, paysagers, touristiques, de l’habitats et même industriels.

    Cette démarche oblige les gouvernements en question, sous la pression de leur opinion publique et par l’intermédiaire de leurs députés, à définir un budget adéquat en vue de se préparer à maîtriser ces changements prévus et déterminant leur condition de vie.
    Sachant que nous avons une population qui augmente de quelques 900 000 à 1 000 000 de citoyens par an, que nous avons un grave problème hydrique récurant, une dépendance alimentaire importante, une agriculture soumise aux aléas climatiques et qui n’assure pas la production laitière ni les productions céréalières même dans les bonnes années… Rien qu’en évoquant ces principales déficiences d’une longue liste, on peut se demander si cette gouvernance Tebboune a vraiment pris la mesure de ce qui va nous arriver.

    Comment peut-on attribuer 30.079.668.000 DA aux Affaires religieuses et Wakfs et 232.474.088.000 DA aux Moudjahidines et ayants droit? Sans compter les 1 300 milliards pour la Défense nationale ! Alors que ces milliards devraient être investis dans des domaines essentiels et vitaux pour le bien être des générations futures qui est l’environnement.

    Tous les peuples de l’Afrique du Nord sont concernés par ce réchauffement climatique. Mais leurs dirigeants en sont encore à gouverner « à la petite semaine » (chacun pour soi et surtout gardons le pouvoir !) incapables d’appréhender l’avenir et de définir une politique globale permettant à leur peuple de se sortir du sous développement dans lequel ils baignent. Et nous particulièrement. Mentir, exacerber la haine, jouer à la guéguerre, ponctionner les ressources de l’état à leur profit, ils savent faire. Mais prendre à bras le corps la destinée commune des peuples de l’A. du N. sans attendre que leurs souffrances se manifestent, en cela ils sont incapables.

    Et pourtant, le temps presse. C’est maintenant qu’il faut définir une politique environnementale et à commencer à sensibiliser les citoyens de notre pays quant à leurs responsabilités qu’ils devront assumer. Nous sommes une nation qui est, et qui sera dans un avenir prochain, victime de ce réchauffement climatique au même titre que tous les pays méditerranéens. Il nous faut nous y préparer.
    Les incendies de Kabylie aurait dû être une leçon et un avertissement. Il n’en a rien été, on en a fait un moyen de propagande gouvernementale et de division ethnique et politique. Lamentable et révoltant.

    Ces gens, roi, président, dictateur et leurs thuriféraires, savent très bien qu’ils auront toujours la possibilité de trouver un refuge sous d’autres cieux plus cléments.

    Leurs peuples seront laissés, eux seuls, aux souffrances et au malheur.