Comme en 2020, au moins 65 % des entreprises algériennes n’ont pas pu recruter en 2021 à cause de l’impact de la crise du COVID-19

2
1730

C’est une nouvelle enquête qui démontre un constat amer et alarmant : une énorme paralysie s’est emparée du marché de l’emploi en Algérie. Au moins 65 % des entreprises algériennes ont stoppé ou annulé leurs recrutements jusqu’au 1er septembre 2021, nous apprend effectivement une enquête menée par Emploitic, une entreprise spécialisée dans le recrutement, en collaboration avec la Chambre algérienne de Commerce et d’Industrie (CACI), auprès de 700 entreprises.

Intitulée « Les Perspectives de Recrutement en Algérie en 2021 »,cette enquête a concerné les perspectives de recrutement au deuxième semestre 2021. L’objectif des auteurs de cette enquête est d’offrir une vision sur les prévisions des entreprises en termes de recrutement à travers le territoire national.

Et les premières conclusions de cette enquête sont alarmantes pour ne pas dire qu’elles font froid dans le dos. Et pour cause, au moins 65% des entreprises interrogées ont déclaré que leurs recrutements ont été impactés par la crise du Covid 19 au 1er semestre 2021. C’est exactement la même tendance qui a été enregistrée en 2020 avec un taux de 64%. Cela signifie que jusqu’au 1er septembre 2021, les entreprises algériennes ont subi une paralysie similaire à celle de 2020. La crise économique et financière s’est donc prolongée en Algérie sans aucune amélioration notable faute d’une véritable politique de soutien aux entreprises algériennes qui ont été fortement bouleversées par les conséquences financières de la crise du COVID-19.

La même enquête nous apprend, d’autre part, que jusqu’au 1er septembre 2021, pas moins de 26% des entreprises répondantes ayant été impactées par la crise sanitaire ont décalé leurs recrutements, 28% ont, quant à elles, gelé leurs recrutements alors que 11% des entreprises sondées les ont malheureusement annulé contre 14% l’année dernière. La majorité des entreprises algériennes ne peuvent donc pas recruter aggravant ainsi les tensions sur le marché du travail fortement bouleversé auparavant par une vague déferlante de nouveaux chômeurs dont les rangs ne cessent de grossir faute de pouvoir trouver des emplois.

Soulignons enfin que cette étude confirme aussi que le secteur des BTP a été le plus touché par la crise financière née dans le sillage de cette année avec 76% des entreprises sondées exerçant dans ce secteur qui ont annulé, gelé ou décalé leurs recrutements. Le secteur du Commerce-Distribution souffre aussi d’un impact de 73% et celui des services avec 70%. Le secteur des énergies-mines et matière première a quant à lui été touché par la crise à 70% remplaçant ainsi le secteur de l’industrie classé en 4ème position des secteurs les plus touchés en 2020.

Ces chiffres témoignent d’une profonde régression de l’activité économique en Algérie. La crise s’implante durablement dans le pays et va donc provoquer une augmentation du nombre des chômeurs. En plus, les secteurs touchés par la crise sont stratégiques pour la stabilité du pays. A titre d’exemple, ils sont plus d’un million et demi de professionnels à exercer dans le bâtiment, travaux publics et hydraulique (BTPH). Le personnel de services, commerçants et vendeurs sont estimés à pas moins de 1,88 million de travailleurs. Incapables de créer de nouveaux emplois, les acteurs de ces secteurs risquent de se retrouver sous la contrainte de supprimer les emplois existants faute de revenus suffisants pour financer les salaires et maintenir enfin ces emplois.

 

2 COMMENTS

  1. So what? Cela a été un phénomène mondial par le fait du Covid! On n’investit pas quand il y a crise économique, baisse de la demande et un avenir incertain sauf les entreprises qui ont des fonds propres et/ou attires des financement et/ou qui savent surfer sur des nouvelles technologies et/ ou des créneaux porteurs. Article puérile sans intérêt comme tout les articles de ce pseudo media d’investigation. Ca n’apporte rien aux débats contradictoires et à la réflexion!

  2. iI serait ridicule de ne pas reconnaître l’impact négatif de la crise sanitaire sur la santé et sans oublier certaines sociétés ont déjà mis la clé sous la porte.

    Dans le monde la pandémie de COVID-19 représente un bouleversement sans précédent de l’économie mondiale cela concerne le commerce mondial, et la production et la consommation étant réduits dans le monde entier.

    La pandémie a secoué le monde. Plus de 4.millions de vies ont été perdues dans le monde, des revenus ont été détruits, des familles ont été séparées. La Souffrance liés à l’épidémie de COVID-19 et difficultés de la vie en confinement ( personnellement j ai souffert avec ma famille qui ont du Covid 19) comme d autres familles. (bonne santé a tous ).

    Y a-t-il une lumière au bout du tunnel pandémique ?