Autre symbole de la faillite du système national de santé : Les Algériens sont les premiers étrangers à réclamer des soins dans les hôpitaux français

3
1026

Les Algériens sont les premiers ressortissants étrangers qui réclament des visas ou des titres de séjour pour leur permettre de se soigner en France fuyant ainsi l’état catastrophique de leurs hôpitaux précaires. Les Algériens sont effectivement les premiers postulants à la « procédure d’admission au séjour pour soin », un mécanisme à travers lequel la France a attribué en 2020 16 000 titres de séjours sur 26 000 demandes à des étrangers venus se soigner en France et au frais du contribuable français.

La Procédure d’admission au séjour pour soins offre un droit à rester sur le territoire français aux étrangers dont « la santé serait très gravement compromise » faute de prise en charge, et si l’accès au traitement approprié dans le pays d’origine n’est pas garanti. Les Algériennes et les Algériens sont les premiers à frapper à la porte de la France pour réclamer un titre séjour leur permettant de se soigner en France.

En 2020, le nombre des demandeurs Algériens avait atteint 2712 demandeurs, soit 10,4% de tous les dossiers déposés par des ressortissants étrangers dans le cadre d’une procédure d’admission au séjour pour soins en France, dévoile à ce sujet un rapport de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) a révélé à ce sujet le dimanche 12 décembre le quotidien français Le Figaro.

Ce média français a publié une longue enquête qui pointe des défaillances ayant permis des dérives dangereuses de détournement de ces soins médicaux à des fins purement migratoires. En clair, des migrants étrangers recourent à cette procédure d’admission au séjour pour des soins afin de séjourner légalement sur le territoire français et s’installer, par la suite, durablement dans ce pays.

« Il y a, c’est évident, de plus en plus une migration pour soins « , témoigne un des médecins de l’organisme auprès du Figaro. Cette situation commence à soulever une vive polémique en France notamment en cette période pré-électorale à la veille des élections présidentielles prévues au mois d’avril 2022 autour desquelles la thématique de l’immigration suscite d’interminables débats passionnés.

Dans son rapport consulté par le Figaro, l’OFII  a jugé qu’il faut s’interroger sur l’opportunité de faire droit à ces demandes de titres de séjour lorsque le traitement médical est disponible dans le pays d’arrivée. Selon le rapport, le système « permet chaque année depuis sa création à des dizaines de milliers de personnes étrangères éligibles de se faire soigner, même dans des secteurs en tension ». Cela « à travers des cotisations versées par les partenaires sociaux ou par l’impôt, et ce quel qu’en soit le coût ». Cette analyse dévoile donc un coût financier important pour la France à propos de la prise en charge hospitalière de ces étrangers qui viennent chercher des soins de qualité dans les établissements français.

Les autorités françaises risquent de revoir rapidement ce dispositif pour le durcir et renforcer les mécanismes de contrôle. Ce qui ne manquera pas de compliquer la vie aux demandeurs algériens désireux de se soigner en France faute d’un système de santé national capable de les prendre convenablement en charge dans leur propre pays.

 

3 COMMENTS

  1. Les autorités françaises n’ont qu’à faire le tri entre ceux qui profitent de leurs systèmes de soins et les autres
    « Car la France est le seul pays à offrir ce type de soins gratuitement et sans restriction de plafond», assurent les auteurs du dernier rapport de l’Office français de l’immigration et l’intégration (Ofii). selon le journal Le Figaro

    Même les «traitements innovants et brevetés» entrent dans le panel des thérapies accessibles. Les étrangers bénéficiaires des soins les plus coûteux ne sont pas soumis, comme quiconque cotise à la Sécurité sociale et paie une mutuelle, à une «entente préalable» qui calibre le montant des soins acceptables. «Il n’y a pas de limite pour le public étranger concerné», reconnaît un haut fonctionnaire du ministère de la Santé.

    Dans cette article paru il y’a 2 jours, et accessible il n’y a aucune mention des algériens en particulier, c’est un rajout de Semmar notre Zemmour et traitre

    Il y’a des conventions de soins signé entre les deux états la dernière a été paraphé le 01 février 2019
    L’Algérie n’accepte de payer les factures de soins que pour les malades agréés et dirigés par sécurité sociale algérienne
    Pour avoir un Visas Schengen, il faut disposer d’une assurance voyage et c’est à l’assurance voyage de prendre en charge le voyageur en cas d’un accident ou d’une hospitalisation inopiné …
    Aux USA comme dans d’autres pays, les hôpitaux vous refuseront l’accès aux soins et vous serez obligé de payer individuellement les soins prodigués