A la une Après Tayeb Louh, la justice algérienne s'attaque à son...

Après Tayeb Louh, la justice algérienne s’attaque à son beau-frère Ahmed Ouraghi

-

Encore une action de la justice algérienne contre le réseau de l’ex-ministre Tayeb Louh, l’homme qui avait orchestré la ruine du secteur de la justice lors de ces 7 dernières années sous le règne d’Abdelaziz Bouteflika. Cette fois-ci, le ministère de la Justice réclame la tête de son beau-frère Ahmed Ouraghi. 

Et la Commission des affaires juridiques, administratives, des droits de l’homme, de l’organisation locale, de l’aménagement du territoire et du découpage territorial du Conseil de la nation, a annoncé officiellement ce jeudi l’entame des réunions consacrées à l’examen de la demande du ministre de la Justice concernant les procédures de levée de l’immunité parlementaire des sénateurs, Ali Talbi et Ahmed Ouraghi.

« En application des dispositions de l’article 127 de la Constitution et de l’article 125 du règlement intérieur du Conseil de la nation, la Commission des affaires juridiques, administratives, des droits de l’homme, de l’organisation locale, de l’aménagement du territoire et du découpage territorial du Conseil de la nation a poursuivi ses réunions, tenues sous la présidence de M. Noureddine Belatrèche, président de la commission, en présence M. Mohamed Boubtima, vice-président du Conseil de la nation, chargé du suivi des affaires législatives, des relations avec le Gouvernement et l’Assemblée populaire nationale (APN), et ce à l’effet d’examiner la demande du ministre de la Justice, garde des sceaux sur l’application des procédures de levée de l’immunité parlementaire des sénateurs, Ali Talbi et Ahmed Ouraghi », souligne un communiqué officiel de cette instance.

 

A la fin de cette procédure, le beau-frère de Tayeb Louh sera traduit devant les tribunaux pour qu’il soit entendu dans plusieurs affaires de corruption et d’abus de fonctions. A titre d’exemple, Ahmed Ouraghi est cité dans un dossier qui suscite un énorme scandale à Tlemcen. Il s’agit de l’affaire des incidents ayant marqué le déroulement des dernières élections du Conseil de la nation (Sénat) à Tlemcen.

 

D’ailleurs,  à propos de cette affaire, ce jeudi, le juge d’instruction du tribunal de Tlemcen a placé en détention provisoire 4 personnes impliquées, en même temps que le sénateur Ahmed Ouraghi, dans une affaire qui a défrayé la chronique en décembre dernier à Tlemcen, à savoir le premier vice-président de l’APW de Tlemcen, Acimi Sidi-Mohamed, le vice-président de l’APC de Tlemcen, chargé des affaires sociales et économiques, Abdellaoui Abdelaziz, le président du Widad club de football de Tlemcen (WAT), Ghemadi Mohamed, ainsi que le président des supporters du WAT, Otmani Jaâfar.

Le sénateur Ahmed Ouraghî est accusé d’avoir menacé et agressé physiquement un juge de la cour de Tlemcen, qui avait assuré l’opération de déroulement de ce vote. Ce juge s’en est sorti indemne  qu’après s’être réfugié pendant un moment dans les toilettes ! Ahmed Ouraghi est cité et évoqué dans plusieurs autres dossiers de corruption, de détournements de fonciers publics et d’enrichissements illicites. Des agissements mafieux couverts par l’ex-ministre Tayeb Louh, l’homme qui croupit à la prison d’El-Harrach depuis le 22 août dernier.

Soulignons enfin qu’Ahmed Ouraghi a disparu étrangement des radars depuis plusieurs jours et la justice le recherche très activement. Certaines sources assurent qu’il s’est enfui vers le Maroc et d’autres sources locales démentent ces informations en assurant qu’il se cache toujours dans son village natal M’sirda.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

Tebboune finira « emprisonné » ou « assassiné » : la sombre prévision de Nourredine Boukrouh a suscité un malaise au plus haut sommet du pouvoir algérien

C'est une lettre très funeste qui a de quoi susciter toutes les spéculations les plus affolantes. Au moment où...

L’Algérie parmi les 14 pires pays africains où les dirigeants ne respectent pas l’Etat de Droit

L'Algérie fait partie des 14 pires pays africains où les dirigeants politiques ne respectent pas l'Etat de Droit. En...

La justice algérienne classée parmi les deux pires systèmes judiciaires sur le continent africain

La justice algérienne n'en finit pas de susciter des critiques acerbes de la part de tous les organismes internationaux....

L’Algérie ne fait même pas partie des 10 pays les mieux gouvernés en Afrique

L'Algérie ne fait plus partie des meilleurs élèves en matière de bonne gouvernance en Afrique. L'indice de la Fondation...

Exclusif. Fortes tensions entre Anadarko et Sonatrach : les américains craignent un nouvel incident dangereux à El Merk

El Merk, le deuxième gisement pétrolier en Algérie, est au coeur de vives tensions entre la compagnie américaine Anadarko...

Juste après le retour du Hirak, les autorités algériennes affirment avoir détecté des cas du dangereux variant britannique

C'était prévisible. Avant le retour des marches grandioses du Hirak le lundi 22 février passé, les autorités algériennes prétendaient...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you