Algérie : des institutions en situation de vacances de...
Array

Algérie : des institutions en situation de vacances de pouvoir

-

Un mois après la constitution du nouveau gouvernement, le ministère du Tourisme n’a toujours pas de titulaire. Limogé deux jours après sa nomination, Messaoud Benaggoune n’est toujours pas remplacé.

Et Pourtant, nous entrons de plein pied dans la saison estivale. Interrogé lors de la présentation du plan d’action du gouvernement, le premier ministre, Abdelmadjid Tebboune avait indiqué que la nomination d’un nouveau ministre du Tourisme va intervenir «prochainement ».

Le ministère du Tourisme n’est, cependant, pas la seule institution qui se retrouve sans premier responsable. Au moins 4 wilayas se trouvent sans walis depuis plus d’un mois. Il s’agit de Tlemcen, Oran, Blida et Annaba dont les premiers responsables sont promus comme ministres.

En attendant la désignation d’un nouveau wali, ce sont les secrétaires généraux qui gèrent ces collectivités. Pis, pour la wilaya d’Oran, la situation est doublement problématique : en plus de l’absence d’un wali, ce département n’a pas de secrétaire général depuis plusieurs mois. Il est vrai que les affaires courantes sont souvent gérées par les directeurs de wilaya, mais l’absence d’un secrétaire général complique encore davantage la situation de la wilaya d’Oran.

Plus que les wilayas, des ambassades d’Algérie à l’étranger se retrouvent sans ambassadeurs. C’est ainsi qu’à Paris, c’est le chargé d’affaires qui gère la représentation diplomatique depuis le limogeage de Amar Boudjema la fin de l’année 2016. Aucun remplaçant n’est encore désigné. Des noms de Abdelmalek Sellal ou de Remtane Lamamra sont cités comme de possible futurs ambassadeurs d’Algérie en France. Mais le poste reste toujours vacant. Comme l’est l’ambassade de Rabat au Maroc, qui est toujours gérée par le chargé d’affaires.

En plus de certaines entreprises et autres institutions, le Conseil national économique et social (CNES) se trouve sans président depuis la mort, en février dernier, de Mohamed-Seghir Babès. Là encore, c’est le secrétaire général qui gère les affaires courantes, comme le fait son homologue du HCA (Haut commissariat à l’Amazighité) depuis 2004 !

Saïd Sadia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières news

L’équivalent de 130 millions de dollars USD pour soutenir les catégories les plus fragiles de la société : où ira cet argent public...

En 2022, l'Etat algérien s'est engagé à dépenser l'équivalent de 130 millions de dollars USD pour soutenir et prendre...

Le déclin inquiétant et dangereux de plusieurs secteurs industriels se poursuit en Algérie

Le discours officiel du régime algérien sur la nécessité de développer l'économie nationale en la diversifiant pour renforcer la...

La majorité écrasante des jeunes algériens habitent encore avec leurs parents et peinent à obtenir leur indépendance

La majorité des jeunes algériens habitent encore avec leurs parents et peinent à obtenir leur indépendance en ayant leurs...

Révélations – Le Consul Général à Marseille, le Conseiller de la Présidence Sont-ils Véritablement au Service du Peuple Algérien ?

Nul besoin de le dire. Les Algériens savent que dans ce club très fermé de privilégiés et d’opportunistes composé...

Plus de 8,6 millions d’enfants et 6,8 ans d’adolescents algériens : quel pays va-t-on léguer pour les générations futures ?

L'Algérie compte plus de  8,6 millions d'enfants âgés de moins de 9 ans et plus de 6,8 millions d'adolescents...

L’Algérie ne compte que 4,3 millions de personnes âgées

L'Algérie compte seulement 4,3 millions de personnes âgées, nous apprennent les plus récents chiffres sur l’évolution démographique dans notre...

Les plus lus

- Advertisement -

You might also likeRELATED
Recommended to you